Accueil
  • les bulletins enregistrés de Kol Israël en différé :
    - de 17h30 en français, ( heure de Paris)
    - de 21h30 en français, ( heure de Paris)
  • Kol Israël en continu et en français,
    à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)

Google

Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Jeudi 20 Juin 2002 - 10 Tammouz 5762- mise à jour 19:39 (heure de Paris, GMT +2)
  • Cinq morts lors d'un attentat dans l'implantation d'Itamar, près de Naplouse, une femme et trois de ses enfants et un garde civil

    Des terroristes palestiniens ont pénétré jeudi soir dans une maison dans l'implantation d'Itamar, près de Naplouse.

    Un membre des secours Hezi Tzuriel a déclaré à la radio israélienne que le deuxième étage de la maison était en flammes.

    Des habitants ont rapporté que des soldats avaient pénétré de force dans la maison mais que les tirs se poursuivaient. Selon Kol Israël, les militaires ont abattu l'un des assasins et un autre s'est jeté par la fenêtre et a continué à échanger des tirs avec les soldats.

    L'infiltration a eu lieu vers 21h30 (18h30 GMT).

    Selon un voisin, Rinat Cabra, la famille vivant dans la maison prise pour cible comptait sept enfants et le père ne se trouvait pas chez lui au moment de l'attaque. Un autre habitant Yaacov Heiman a raconté. «Nous avons entendu des cris. Nous avons fermé la maison et alors l'armée est arrivée ...Maintenant nous attendons les ordres. C'est un sentiment horrible».

    Un correspondant se réclamant du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a revendiqué l'opération dans un appel téléphonique à l'Associated Press. Il a affirmé que l'infiltration avait été lancée en représailles contre l'arrestation d'un chef du FPLP et la tentative d'Israël pour séparer Israël de la Rive Occidentale.

    Selon Kol Israël, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a quitté une manifestation publique dès qu'il a appris la nouvelle de l'attaque et a réuni ses principaux conseillers dans son bureau de Tel Aviv. «C'est une attaque horrible», a déclaré son porte-parole Raanan Gissin, «et il faut toujours répondre à de telles choses».

    Le ministre de l'Education Limor Nivnat, membre du Likoud, a de son côté appelé au démantèlement de l'Autorité palestinienne. «Se défendre ne suffit pas. Nous devons démanteler l'infrastructure terroriste et le régime qui soutient le terrorisme», a-t-elle déclaré.

    L'implantation d'Itamar n'est pas clôturée. Le 29 mai dernier, un Palestinien armé avait attaqué une école de l'implantation, tuant trois adolescents israéliens.

  • Un rappel d'urgence de Tsahal concernant quelques réservistes
    Amos Harel, Amira Hass, Correspondants d'Ha'aretz

    Tsahal a commencé à publier des ordres de rappel aux réservistes cette après-midi à la lumière de la situation actuelle dans les territoires. L'armée a décidé d'appeler un relativement petit nombre de réservistes, à qui l'on demandera probablement de fournir un appui le long de la ligne verte en réponse aux tentatives intensifiées des terroriste-suicide d'essayer d'entrer en Israël.

    Les forces de sécurité étaient en haute alerte dans le secteur de Sharon cette après-midi en raison des tentatives d'infiltrations de terroristes en Israël près de la ville de Rive occidentale de Tulkarem, a annoncé Kol Israël . La police de l'air et des frontières a été déployée le long de la ligne verte et la police a augmenté ses forces aux entrées des villes de Netanya, Afula, Hadera et Kfar Sava.

    Tsahal a significativement étendu ses opérations dans la Rive occidentale, avec ses forces entrant dans les villes de Tulkarem, Bethléem et Naplouse en réponse au deux attentats-suicide de Jérusalem, qui en l'espace de juste 36 heures, ont fait 26 mortes et plus de 100 blessés.

    L'Agence de presse française a annoncé que les troupes de Tsahal avaient regroupé des centaines de Palestiniens pour l'interrogatoire dans le camp de Djénine. Soldats et les blindés a encerclé la ville de la Rive occidentale de Tulkarem et y entrent périodiquement pour effectuer des opérations, a annoncé Kol Israël . Il y a eu des échanges de feu entre des troupes etdes Palestiniens armés dans la ville. Aucun blessé n'a été annoncé.

    Les parachutistes de Tsahal sont entrés à Bethléem et dans le camp de Dehaisheh adjacent quelques heures après l'attentat-suicide de la Colline française mercredi soir, dans lequel sept personnes ont été tuées. Les soldats ratissaient le secteur à la recherche de Palestiniens suspects

    Les troupes se sont aussi déplacées dans la ville de Ramallah dans le secteur de Beitounia et l'armée opérait toujours jeudi matin dans les villes de Rive occidentale de Djénine et Qalqilyah. Les fonctionnaires de sécurité ont dit que les opérations de Tsahal dans les territoires s'étendraient probablement dans les joursà venir.

  • L'Irak, l'Iran et la Syrie suppots des attentats terroristes palestiniens
    Ha'aretz

    Le Premier Ministre Ariel Sharon a dit jeudi matin que l'Autorité Palestinienne était responsable de la vague récente d'attentats terroristes et que l'Irak, l'Iran et la Syrie soutenaient le terrorisme, a annoncé l'agence de presse Itim.

    "L'erradication du terrorisme, la fin complète de la violence et de l'incitation à la haine sont les conditions nécessaires à toute possibilité de paix," a dit Sharon dans un discours au 34ème Congrès Sioniste Mondial.

    Les commentaires du Premier ministre suivent les deux attentats-suicide à Jérusalem, mardi et mercredi, qui ont tué 26 personnes et fait plus de 100 blessés.

  • Ben-Eliezer : Aucun autre choix possible que "d'approfondir" notre présence dans les secteurs palestiniens.
    Ha'aretz

    Le Ministre de la Défense Nationale Benjamin Ben-Eliezer a dit à Kol Israël :
    "Dans cette nouvelle réalité nous n'avons aucun autre choix, que d'approfondir notre présence (dans les secteurs palestiniens) pour rechercher l'infrastructure terroriste et par notre présence perturber le départ (de terroristes-suicide) des villes palestiniennes," a-t-il dit dans l'interview.

    Le ministre de la Défense Nationale a dit que Tsahal resterait dans les villes et les villages palestiniens d'où les terroristes-suicide viennent de tant que cela sera nécessaire.

    Mais il a dit qu'il était "oppposeéà une quelconque présence permanente ou à la reconquête de la terre palestinienne."

    Le ministre de la Défense Nationale se référait apparemment à la nouvelle politique du gouvernement annoncée mercredi qu'Israël se saisirait de terre palestinienne en réponse aux attentats terroristes.

    Il a dit que tandis qu'il n'y avait aucune réponse définitive aux attentats terroristes, les forces de sécurité arrêtaient "presque 90% des terroristes-suicide," mais que "les résultats des 10% restants étaient douloureux."

    Ben-Eliezer a dit que Tsahal est mieux préparé pour arrêter des attentats terroristes et que la barrière de séparation qui sera construite le long de la ligne verte était un atout de plus. Il a ajouté qu'il a espéré que la construction sur la barrière à Jérusalem commencerait la semaine prochaine.

    Le ministre de la Défense Nationale a aussi dit que le Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat était "dans un processus d'affaiblissement" et que les Etats-Unis et le monde arabe ont compris cela.

  • L’Autorité palestinienne, sur la défensive

    « Il n’y a aucune issue à ce cercle vicieux, sauf une initiative politique, basée sur les résolutions des Nations unies », a indiqué le ministre du Travail Ghassan al-Khatib, appelant les États-Unis et Israël à « ne pas réduire la crise entre Palestiniens et Israéliens à un problème sécuritaire comme le veut le Premier ministre Ariel Sharon ».

    Face au durcissement de la politique israélienne, un proche conseiller de M. Yasser Arafat, Nabil Abou Roudeina, a pressé l’Administration américaine « d’agir d’urgence pour contraindre Israël à cesser ses agressions et sauver le processus de paix ». « La politique de Sharon est destructrice et ne sert pas la paix. Les États-Unis doivent agir en déclarant un État palestinien et en acceptant l’envoi d’observateurs internationaux » dans les Territoires, a-t-il déclaré.
    La direction palestinienne a condamné la décision de réoccuper pour une période plus longue des zones autonomes. « Nous condamnons l’agression et l’escalade israéliennes contre nos villes, contre l’Autorité palestinienne et le peuple palestinien, qui font partie d’un plan visant à détruire nos institutions », a affirmé un communiqué de cette direction.

    Le principal négociateur palestinien, Saëb Erakat, a affirmé que « l’agression israélienne » faisait partie « d’un plan de réoccupation des territoires palestiniens autonomes dont l’objectif est de détruire l’Autorité palestinienne et de la remplacer par une administration civile israélienne ». M. Erakat a aussi estimé que « Sharon n’a pas besoin de prétextes pour poursuivre sa politique de colonisation et sa guerre contre tous les efforts visant à relancer le processus de paix ». Il a indiqué s’être adressé à l’Union européenne et aux États-Unis « afin qu’ils stoppent immédiatement l’agression israélienne ».
    La direction palestinienne a également lancé des « appels urgents » aux pays arabes africains et islamiques.

    Nabil Chaath a de son côté expliqué hier que les Palestiniens refuseront les offres leur proposant de proclamer un État dont les frontières ne respecteraient pas celles qui prévalaient avant la guerre de 1967. « Qu’un État soit annoncé maintenant ou après la libération, il doit être proclamé en respectant les frontières du 4 juin 1967 », veille du déclenchement de la guerre des Six-Jours, a déclaré le ministre palestinien de la Coopération internationale, dans cet entretien accordé au journal al-Hayat. « Nous ne proclamerons par d’État, intérimaire ou transitoire, s’il n’a pas de frontière ou si ses frontières ne sont pas clairement définies », a-t-il ajouté au cours de cette entrevue réalisée à New York.

    (NDLR- Faut-il rappeler encore une fois qu'avant le 4 juin 1967 l'état palestinien n'existait pas, les seules frontières qui existaient étaient celles entre Israël, et l'Egypte et la Jordanie, ces deux derniers pays n'ayant pas réussi à créer en 20 ans l'état palestinien que Nabil Chaath réclame aujord'hui, signalons aussi que la "conquête" de ces territoires Egyptiens et Jordaniens fut la conséquence de l'agression armée commise à cet époque par les états arabes ligués pour la destruction d'Israël)

  • Ramallah - jeudi 20 juin 2002, 2h54 - Associated Press -
    A SUIVRE...

    Yasser Arafat doit appeler à l'arrêt des attentats probablement, en anglais comme d'habitude, selon des membres de son bureau

    Le chef de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat doit appeler jeudi le peuple palestinien à cesser toute attaque terroriste contre les civils israéliens, ont annoncé des représentants du bureau du leader palestinien.
    Yasser Arafat a en effet pris la décision de s'exprimer publiquement et en personne après le deuxième attentat-suicide qui a fait sept morts et plus de 35 blessés mercredi à Jérusalem. C'est à la télévision qu'il doit s'adresser au peuple palestinien. Toutefois, on ignorait jeudi matin si l'opération de Ramallah ferait changer d'avis le représentant du terrorisme palestinienne.

    Selon une copie du texte de cette déclaration obtenue par l'Associated Press, Yasser Arafat devrait lancer un appel clair à l'arrêt des attentats contre Israël.

    "Je dois être honnête avec vous - ces opérations doivent cesser totalement", parce qu'"elles ont donné au gouvernement israélien l'excuse de réoccuper notre territoire, tuant des centaines d'innocents (Palestiniens) et détruisant tout ce que nous avons construit ces huit dernières années", peut-on lire dans le texte de la déclaration.

    Un discours dans lequel Yasser Arafat devrait également rappeler qu'il a souvent condamné le terrorisme prenant pour cible des Israéliens et que l'Autorité palestinienne a déjà "pris des mesures contre ceux qui sont derrière " ces attaques.

    S'agissant de "l'agression israélienne et de l'escalade militaire", Yasser Arafat devrait finalement souligner qu'une "condamnation totale et entière de toutes les opérations qui visent des civils israéliens", "cela n'a rien à voir avec notre droit légal de résister à l'occupation israélienne et notre droit de défendre notre existence et nos lieux saints."

    Mercredi, l'Autorité palestinienne a vivement condamné l'attentat-suicide de Jérusalem. Toutefois, le secrétaire du Cabinet palestinien Ahmed Abdul Rehman a estimé que l'occupation du territoire palestinien par Israël était la cause sous-jacente de la violence.

    "Nous tous dénonçons les opérations perpétrées contre les civils - palestiniens ou israéliens - mais le gouvernement israélien devrait s'interroger sur ce qu'il fait aujourd'hui... et sur sa décision de réoccuper nos villes."

    Tandis que la direction de l'Autorité palestinienne condamnait vivement la réoccupation des zones palestiniennes par Tsahal, plus de cinquante personnalités palestiniennes - parmi lesquelles le député Hanan Ashrawi et le haut-représentant palestinien de Jérusalem, Sari Nusseibeh, - ont lancé un appel sans précédent aux groupes islamistes leur demandant, dans une tribune publiée dans la presse, de mettre fin aux attentats-suicides contre les civils israéliens.
    A SUIVRE...

  • Un terroriste tente de pénétrer dans un lycée de Kiryat Arba: Tsahal l'a abattu

    Tsahal a annoncé qu'un Palestinien armé avait tenté tôt ce matin de pénétrer dans un lycée de de Kiryat Arba, au sud d'Hébron.

    Le soldats israéliens ont ouvert le feu et abattu l'assaillant.

  • Deux soldats israéliens tués et trois autres blessés à Kalkiliya

    Tsahal a annoncé que deux soldats israéliens avaient été tués et trois autres blessés dans des échanges de tirs à Kalkiliya où les forces de Tsahal sont entrées mercredi matin.

    L'armée a expliqué que des coups de feu avaient été échangés alors que les soldats entraient dans la maison d'un Palestinien suspecté d'activités terroristes.

    Depuis mercredi, la ville de Kalkiliya est sous couvre-feu et des perquisitions sont menées à la recherche de terroristes présumés.

  • Opération israélienne à Bethléem

    Les forces israéliennes sont entrées jeudi matin dans la ville de Bethléem et ont pris position autour du camp de Dheisheh, un couvre-feu a été instauré a annoncé Tsahal.

    Cette opération succède à celle menée mercredi soir dans Beitunia, au sud de Ramallah, où les forces israéliennes ont pénétré, à la recherche de suspects.

    Selon le communiqué de l'armée, les soldats israéliens resteront dans Bethléem et Beitunia "jusqu'à ce que les buts de la mission soient accomplis."

  • Opération israélienne à Ramallah

    Des blindés israéliens sont entrés au cours de la nuit dans Ramallah.

    Ils ont pénétré dans la ville où se trouve le QG de Yasser Arafat, depuis Beitunia au sud et depuis l'ouest avant de se diriger vers le centre-ville.

    Les forces de Tsahal ont également encerclé une maison de Beitunia où les soldats israéliens auraient l'intention de procéder à des arrestations, toujours selon des témoins.

    L'armée israélienne n'a pas fait de commentaires dans l'immédiat.

    D'après des Palestiniens, une vingtaine de véhicules israéliens sont entrés dans la ville.

    Quelques heures avant l'entrée des blindés dans Ramallah, des hélicoptères israéliens sont entrés en action dans la Bande de Gaza, menant plusieurs raids qui ont fait 13 blessés, selon des médecins.

  • Les Arabes consacrent 22,5 M USD à une campagne d'information contre Israël

    Les ministres arabes de l'Information ont décidé jeudi d'affecter 22,5 millions de dollars à une campagne d'information contre les pratiques israéliennes qualifiées de "racistes", mais n'ont pas interdit aux télévisions arabes de donner la parole aux dirigeants israéliens. (...)

    Au terme de leur réunion, les ministres arabes ont décidé de lancer notamment "une campagne médiatique arabe contre les mesures de séparation racistes prises par Israël (contre le peuple palestinien), à savoir la clôture défensive, le blocus (des territoires), et les sanctions collectives". (...)

    La veille, les ministres avaient examiné une proposition d'interdire aux télévisions arabes d'interviewer des responsables israéliens. Proposition qui semblait être dirigée contre la chaîne satellitaire qatariote al-Jazira qui donne parfois la parole aux responsables israéliens.

    Mais cette idée n'est finalement pas mentionnée dans le communiqué final. (...)

    Ils ont accepté par ailleurs de créer "une chaîne satellitaire arabe qui s'adressera à l'opinion publique mondiale et américaine", selon le texte.

    Des ministres de 13 pays -- Arabie saoudite, Bahrein, Egypte, Irak, Jordanie, Liban, Mauritanie, Oman, Soudan, Syrie, Tunisie, Yémen et Maroc-- ont notamment participé à ces travaux, qui se sont achevés jeudi après-midi, au siège de la Ligue arabe au Caire.

Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30