Accueil
  • les bulletins enregistrés de Kol Israël en différé :
    - de 17h30 en français, ( heure de Paris)
    - de 21h30 en français, ( heure de Paris)
  • Kol Israël en continu et en français,
    à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)

Google

Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mercredi 19 Juin 2002 - 9 Tammouz 5762- mise à jour 19:39 (heure de Paris, GMT +2)
  • Des forces aériennes de Tsahal ont frappé des cibles de la Bande de Gaza à partir de 21h30 (heure de Jérusalem)
    Jerusalem - Post

    Les jets de Tsahal et des hélicoptères d'attaque ont tiré des missiles sur des cibles palestiniennes à plusieurs emplacements partout dans la Bande de Gaza ce soir.

    Les missiles ont été tirés sur des cibles militaires de l'Autorité Palestinienne dans et autour de la Ville de la Bande de Gaza à la limite nord de la bande, y compris Beit Lahiya, Beit Hanun et le camp de Jebaliya.

    Des cibles ont été aussi frappées dans Khan Yunis et Rafah au sud, ont dit des sources palestiniennes.

    Des centres du Hamas et du Jihad Islamique ont été bombardé par des rafales de missiles.

    Les Palestiniens ont dit que six personnes ont été blessées par les attaques aériennes.

    L'armée a confirmé ces rapports, disant des forces ont frappé des installations militaires et des fonderies fabriquant et préparant des munitions.

  • Lors d'une rencontre à l'Elysée, Tony Blair exprime sa « douleur » après l'attentat de Jérusalem et Jacques Chirac fait également part de « l'horreur que lui inspire ces attentats ».

    Le Premier ministre britannique Tony Blair a fait part mercredi soir de sa «douleur» après l'attentat meurtrier de Jérusalem.

    A l'issue d'un entretien à Paris avec le président français Jacques Chirac, M. Blair a exprimé sa « profonde sympathie » et présenté ses «condoléances aux familles des personnes décédées».
    Il est «vital de remettre sur les rails un processus politique fondé sur la sécurité pour Israël et sur un accord politique négocié», a-t-il souligné.

    Jacques Chirac a également fait part de «l'horreur que lui inspire ces attentats». Le chef de l'Etat a dit son «indignation, cela va de soi sa condamnation, mais aussi sa compassion à l'égard, une fois de plus, des victimes».


  • Dominique de Villepin: "rien ne justifie l'utilisation du terrorisme contre des innocents"

    Le ministre français des Affaires étrangères Dominique de Villepin a condamné mercredi le nouvel attentat commis dans la journée à Jérusalem de "la façon la plus ferme", estimant que "rien ne justifiait l'utilisation du terrorisme contre des innocents".

    "La violence ne peut constituer une solution. Elle ne fait que rendre plus urgente la reprise du dialogue politique", a déclaré le chef de la diplomatie française dans une déclaration diffusée par le Quai d'Orsay.

    "Je pense aux victimes, à leur famille, au peuple israélien tout entier, à qui je souhaite dire ma profonde émotion", a-t-il ajouté.

  • Saddam Hussein a salué les attentats suicide anti-israéliens


    Le président irakien Saddam Hussein a rendu mercredi un vibrant hommage aux auteurs d'attentats suicide anti-israéliens, les qualifiant de "héros", rapporte l'agence INA.

    "Je salue avec fierté et respect les héros des opérations de martyre qui font don de leurs vies à la Palestine et à la nation arabe", a déclaré le président Saddam Hussein lors de la réunion du Conseil des ministres.

    Le président irakien a salué en particulier "les femmes palestiniennes qui font leurs adieux, de bon coeur et dans la joie, à leurs enfants" alors qu'ils s'apprêtent à commettre des attentats suicide.

    Saddam Hussein avait déjà justifié les attentats suicide et pris la défense des kamikazes palestiniens, le 16 avril dernier. Le 1er avril, le secrétaire à la Défense américain Donald Rumsfeld avait accusé l'Irak, l'Iran, mais aussi la Syrie, d'encourager "une culture d'attentats suicide" chez les jeunes musulmans. (VAD)

  • Un nouvel attentat suicide a été perpétré vers 18h30 (heure de Jérusalem) à un arrêt d'autobus dans le nord de Jérusalem, faisant au moins sept morts.

    De source médicale, on parle de 35 blessés, dont huit sont sérieusement touchés, dans ce nouveau carnage, qui visait une file d'attente dans le quartier de French Hill (Givah hatsarfatit), non loin du siège national de la police.

    Un bébé et un enfant sont parmi les tués

    Les parties de corps ont été dispersées dans la rue, une voiture d'enfant a été renversée et les représentants d'un organisme humanitaire l'ont couvert d'un sac en plastique noir.

    Le Canal Deux de télévision a annoncé que le terroriste est arrivé dans une voiture, est sorti, rapidement vers la station d'auto-stop et s'est faite sauter. La télévision a aussi dit que deux officiers de Police de l'air et des frontières dans le secteur ont essayé d'arrêter le terroriste, mais n'ont pas pu l'arrêter à temps.

    Le chef de la police de la zone de Jérusalem, Mickey Levy a dit qu'un des officiers est dans un état sérieux.

    La police a effectué des recherches dans le secteur pour de nouveaux dispositifs explosifs.

    "La meute palestinienne du terrorisme continue à être lâchée contre la population civile d'Israël," a dit David Baker, un porte-parole du bureau de Premier Ministre Ariel Sharon.

    Galei Tsahal a annoncé que des sources de sécurité disent que l'attaque pourrait bien avoir été effectuée par un terroriste-suicide dont elles suivaient la trace dans la capitale depuis quelques jours.

    Les forces de sécurité demandent aux gens de se tenir loin de la scène de la détonation. La Police a fermé le secteur au trafic.

    Aussitôt après le second attentat suicide, la Maison blanche a annoncé que le président George Bush Jr avait renoncé à dévoiler dans les jours qui viennent, comme il en avait l'intention, son initiative de paix.

  • La censure stalinienne et le facisme vert en guerre contre Oriana Fallaci n'ont pas trouvé grâce en référé


    Répondant à la requête du MRAP de faire interdire le livre d’Oriana Fallaci, La rage et l’orgueil (éd. Plon), le qualifiant de « brûlot islamophobe », le juge des référés a décidé, mardi 18 juin, qu’il se prononcerait vendredi prochain à 13h30.

    Le représentant du parquet, Pierre Dillange, a estimé à l’audience que les propos contenus dans ce livre constituaient « incontestablement un amalgame inadmissible, mais que l’interdiction provisoire, dans l’attente d’une décision sur le fond, n’aurait pas de sens ».

    Il a également fait observer que la nécessité d’une interdiction n’était pas suffisamment évidente pour être ordonnée en référé, seul le MRAP en ayant fait la demande.

    Comme la Ligue des droits de l’homme et la Licra, il s’est prononcé pour l’insertion d’un avertissement dans les livres mentionnant qu'« il ne faut pas confondre islamiste et musulman » .

  • Le 119e kamikaze depuis le début de la seconde Intifada

    Rony Shaked (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Mohammed Al’oul, qui s’est fait sauter hier dans l’autobus 32 A, était le 119e Palestinien à le faire depuis le début de la Seconde Intifada, le 29 septembre 2000 – et le 48e venu des rangs du Hamas.

    A ce bain de sang ne participent pas uniquement des gens du Hamas et du Jihad islamique, mais beaucoup d’autres : les attentats suicide sont devenus légitimes dans la société palestinienne, et ce qui est encore plus grave, ils sont devenus une norme sociale. Des mères encouragent leurs enfants à se suicider, les kamikazes sont les nouveaux héros de la société palestinienne.

    L’opinion palestinienne justifie et encourage ces attentats – parce qu’elle y voit une “ réponse ” et une parade aux avions “ F.16 ” et aux chars israéliens. Les Palestiniens ont perdu tout espoir de règlement politique, mais ils ne sont pas brisés. Au contraire : la volonté de poursuivre la lutte s’est seulement accrue. Leur sentiment est qu’ils n’ont plus rien à perdre…

    Ne nous faisons pas d’illusions : la force militaire ne cassera pas le moral des Palestiniens. L’expulsion d’Arafat ou la reconquête des territoires ne fera pas d’eux des “ amants de Sion ”…

    (…) En l’absence d’un horizon politique, la seule réponse adéquate qui puisse amener une baisse du terrorisme – c’est une barrière. Prière de prêter attention : pas la fin du terrorisme, seulement sa réduction. En ces temps de folie, cela non plus n’est pas négligeable.

  • Sari Nusseibeh et Hanan Ashrawi appellent une énième fois dans un journal palestinien à la fin des attaques terroristes
    Source LF/Guysen.com
      
    Il est raisonnable de penser que si les dirigeants palestiniens étaient remplacés par des gens comme les auteurs de cet appel la fin du conflit pourrait enfin être envisagée.
    En effet, au moins pour Nusseibeh, ces palestiniens plaident depuis longtemps pour des solutions "envisageables et réalisables" par les deux parties et malgré son apprêté dans les négociations, à la rédaction Guysen nous lui prëtons un début de confiance.

    Jerusalem Post
    Hanan Ashrawi et Sari Nusseibeh appellant à l'arrêt des attentats contre des civils innocents. Ils expliquent que cela nuit à la cause palestinienne et augmente la haine entre les deux peuples.

  • Représailles de l’armée israélienne
    Jerusalem Post

    L'armée israélienne est entrée à nouveau dans les villes de Djenine et Naplouse en représailles de l'attentat meurtrier d'hier. Ce matin avant l'aube, des tanks et des blindés ont pris position aux endroits stratégiques de ces villes. Les analystes politiques s'attendaient à une riposte mesurée dans la perspective du discours que le président Bush doit prononcer sur le Moyen Orient, mais il n'en est rien.

    Tard dans la soirée, après consultation avec les membres de la coalition gouvernementale, un communiqué a été publié. Il indique que"l'attitude d'Israël face aux attentats va changer et que des territoires sous contrôle palestinien seront investis jusqu'à la cessation du terrorisme."

    Cette terminologie n'avait pas été utilisée lors de l'opération Rempart qui avait vu Tsahal se maintenir dans les villes arabes pendant 6 semaines. On peut donc en déduire que cette fois-ci, il en ira autrement car il n'y a aucune précision quant à la durée de ces incursions. En outre, le communiqué ajoute que si d'autres attentats se produisent, l'armée reprendra encore d'autres territoires.

    Dans cette éventualité, la population de Ramallah a commencé à faire des provisions de denrées alimentaires.Certains hauts fonctionnaires, tout en répétant que pour l'instant il n'était pas question d'expulser Arafat, indiquent que certains responsables du terrorisme pourraient bien connaître ce sort.

  • Quelle sorte d' état palestinien ?
    Par Ze'ev Schiff - Haaretz

    La question réelle n'est pas de savoir si un état palestinien sera établi, mais quelle sorte d''état, il sera. Si le Premier ministre a l'intention d'empêcher son établissement, lui et par son intermédiaire la nation Juive entière, peuvent être assurés que cette approche échouera. La tentative d'empêcher l'établissement de l'état palestinien au moyen de subterfuges divers convaincra seulement le monde qu'Israël est en fait une puissance d'occupation qui nie sciemment à une nation occupée le droit à l'autodétermination.

    Il est vrai que les Palestiniens se sont déjà une fois opposés à la décision de l'Assemblée Générale de l'ONU appelant à l'établissement de deux états, un Juif et un Palestinien [le Plan de Division de novembre 1947], seulement parce qu'ils étaient opposés à l'établissement de l'Etat Israël. Mais cet argument ne peut plus être employé, parce qu'il y a eu des changements depuis lors et ce serait une erreur de penser que nous pouvons changer la position de Washington sur la question de l'état palestinien seulement parce que le chef actuel des Palestiniens est Yasser Arafat.

    Au lieu d'un combat contre l'établissement de l'état palestinien, nous devons nous engager dans une bataille pour déterminer la nature d'un tel état. Nous devons nous assurer que cet état ne continuera pas à s'engager dans la violence et le terrorisme et ne rentrera pas dans un cycle d'autodestruction, comme cela est arrivé aux Palestiniens plus d'une fois dans le passé. Nous devons éliminer les risques potentiels pour nous d'une intention palestinienne malfaisante et nous assurer qu'il ne dépendra pas complètement de nous économiquement. À cette fin, il est relativement facile de motiver les Etats-Unis, mais il y a aussi les états arabes qui comprennent le danger pour la stabilité de la région posée par un état palestinien renégat.
    Donc, on ne doit pas voir la mesure prévu par le Président américain Bush simplement comme une déclaration de la nécessité d'établir un état palestinien. Il y a des choses qui doivent certainement être incluses dans la déclaration prévue par le Président Bush et il y a d'autres choses qui ne doivent pas être encore explicitées. La déclaration doit, par exemple, inclure une demande claire que l'état palestinien, même si à la première étape est établie sur une base territoriale provisoire, promette de résoudre ses différents avec ses voisins par des moyens pacifiques et par des négociations.

    Arafat a donné une tel engagement personnellement dans sa lettre au Premier ministre de l'époque,Yitzhak Rabin à la veille des accords d'Oslo et cela a été violé dans la confrontation militaire qu'Arafat nous a imposée. Une telle déclaration doit inclure une déclaration de principe claire que l'état palestinien sera soumis aux mesures de sécurité qui incluent une démilitarisation. Cela signifie une souveraineté limitée pour l'état palestinien, semblable à ce qui a existé dans un certain nombre de pays après la Deuxième Guerre mondiale.

    Pour les Palestiniens, d'autre part, il est important de déclarer que l'état palestinien aura une contiguïté territoriale maximale. Pour Israël, ce serait plus que souhaitable que le Président Bush déclare que l'état palestinien ne basera pas son avenir en envoyant son peupler vivre dans un état voisin, Israël.

    Il n'y a aucun moyen de savoir si l'état palestinien désirera accepter ces principes et il est meilleur de ne pas y compter. Arafat a un pauvre score por le respects des accords, y compris ceux avec les pays arabes. Même si à établissement l'état palestinien déclare qu'il est en faveur de la stratégie de paix et du respet des accords, il est douteux que ce sera le cas. C'est pourquoi il est important que ces choses soient déclarés comme politique américaine.

    La déclaration du Président Bush d'un état palestinien est une déclaration de principe et ne peut pas remplacer des négociations détaillées. Même s'il a en vue les propositions de médiation proposées par le président Clinton après l'échec du sommet de Camp David, qui étaient très détaillées,qu'il avait vues comme une offre de conclusion des négociations. Une telle tentative de continuer les négociations a été faite à Taba, mais a échouée, comme nous le savons.

    L'annonce de Bush ne peut pas déterminer où exactement les frontières de l'état palestinien seront dessinées mais peut au plus fixer les principes par lesquels les frontières seront décidées. Il peut parler de deux capitales à Jérusalem, mais laisser les détails de la division aux deux parties. La même politique s'appliquera aussi aux détails quant aux mesures de sécurité et certainement à la question du droit de retour pour les réfugiés palestiniens; tous ceux-ci doit être laissés aux négociations entre Israël et les Palestiniens.
  • Les noms des 18 victimes ont été publiés

    Raphael Berger(Z’L), 28 ans

    Mendel Birzon(Z’L), 72 ans

    Dr. Moshe Gottleib(Z’L), 70 ans

    Galila Bugale(Z’L), 11 ans

    Baruch Gronani(Z’L), 56 ans

    Gila Nekev(Z’L), 55 ans

    Tatiana Braslovski(Z’L), 41 ans

    Helena Ivan(Z’L), 53 ans

    Boaz Aluf, (Z’L) 54 ans

    Liat Yagen(Z’L), 24 ans

    Rachamim Tzidkiyahu(Z’L), 51 ans

    Shiri Nagari(Z’L), 22 ans

    Leah Baruch(Z’L), 59 ans

    Shani Avitzedek(Z’L), 15 ans

    Baiman Aazi Kabhah(Z’L), 23 ans

    Iman Kabha(Z’L), 26 ans

    Orit Hayla (Z’L) , 20 ans

    Raisa Dikstein (Z’L), 67 ans

  • Les blindés de Tsahal et les troupes sont entrés à Djénine, Qualkilia, Betlhéem, Ramallah et à Naplouse, après les 19 morts de Jérusalem

  • Les organisations terroristes pronant ouvertement la destruction d'Israël louent les attentats-suicides lors d'une réunion avec des responsables officiels libanais à Beyrouth

    Des dirigeants d'organisations opposées à Israël ont loué mardi les attentats-suicides commis contre Israël, lors d'une réunion avec des membres du gouvernement libanais, peu après la mort de 19 Israéliens assasinés à bord de l'autobus à Jérusalem.

    Au nombre des participants à cette réunion, figuraient Moussa Abou Marzouk, un haut représentant du Hamas -le groupe qui a revendiqué l'attentat de mardi-, Ahmed Jibril, le chef du Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG) et le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah. Plusieurs des délégués représentaient des organisations qui ont été intégrées dans la journée sur la liste noire des groupes terroristes de l'Union européenne.

    Au cours de la rencontre à laquelle étaient présents un ancien Premier ministre libanais, deux membres du cabinet et plusieurs parlementaires libanais, Maher Taher, un Palestinien membre du FPLP a promis de nouvelles attaques. "Aujourd'hui, les Etats-Unis font tout ce qu'ils peuvent aux côtés d'Israël, et malheureusement avec la connivence de certains gouvernements arabes, pour écraser l'Intifada", a-t-il déclaré. "Ils veulent fondamentalement arrêter les opérations martyres et les opérations militaires héroïques, parce qu'il s'agit de l'arme la plus efficace...afin de pouvoir imposer la reddition et l'humiliation".

    Beyrouth n'a jamais approuvé les attentats-suicides, mais les autorités libanaises critiquent les opérations militaires israéliennes contre les Palestiniens et soutiennent l'Intifada.

    La conférence s'est ouverte peu après l'attentat-suicide de Jérusalem et ses participants ont insisté sur le fait que les Palestiniens luttaient pour leur vie. "Le peuple palestinien a le droit de choisir les moyens de la lutte qui lui permettent de se défendre", a souligné Ali Akbar Mohtashemi, un parlementaire iranien et ancien ministre de l'Intérieur.

    Cheikh Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah soutenu par Téhéran, a de son côté déclaré que l'Etat hébreu devrait être démantelé et remplacé par un Etat palestinien. "Nous ne voulons tuer personne ou jeter quiconque à la mer. Laissons les retourner d'où ils viennent", a-t-il déclaré dans un sourire aux participants, ajoutant que les pays arabes pouvaient même financer ce retour.

    Israël a violemment critiqué cette réunion, soulignant par la voix de Noam Katz, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, qu'il était "très malheureux que le gouvernement libanais accueille des organisations terroristes à l'intérieur de ses frontières". AP

  • L’épouse du Premier ministre britannique Cherie Blair : Les jeunes Palestiniens sont désespérés...


    Cherie Blair, a failli mardi provoquer une crise diplomatique avec Israël en déclarant que les jeunes Palestiniens « avaient l’impression de n’avoir plus d’autre espoir que de se faire sauter », obligeant Tony Blair à s’en expliquer.

    Mme Blair s’est déclarée ensuite, par la voix de sa porte-parole, « évidemment désolée si l’interprétation faite de ses propos avait pu offenser ».

    « Elle n’en avait aucune intention, et il va sans dire qu’elle condamne dans les termes les plus forts, comme toute personne sensée, l’atrocité de ce (mardi) matin », a ajouté la porte-parole, en référence à l’attentat qui a tué le même jour 18 civils israéliens dans un bus à Jérusalem.

    Cherie Blair avait déclaré quelques heures plus tôt à Londres lors d'une manifestation de charité visant à aider médicalement les Palestiniens, en présence de la reine Rania de Jordanie que « tant que les jeunes (Palestiniens) auront l’impression de n’avoir plus d’autre espoir que de se faire sauter, aucun progrès ne sera possible ».

    Ces propos ont suscité une réaction de l’ambassade israélienne, qui a « regretté toute déclaration publique qui pourrait être interprétée comme exprimant de la compréhension pour le terrorisme palestinien ».

    Cherie Blair s’exprimait devant l’association caritative Aide médicale pour les Palestiniens (Medical Aid for Palestinians) aux côtés de la reine Rania de Jordanie.

    L’ambassade d’Israël a souligné que les propos de Mme Blair étaient d’autant plus regrettables qu’ils avaient lieu « le jour où 18 Israéliens innocents ont péri dans un attentat à la bombe du Hamas ». L’ambassade a ajouté « qu’aucune revendication politique ni aucune circonstance ne pouvaient justifier de prendre volontairement pour cible des civils en vue d’un gain politique ».

    Les propos de Mme Blair avaient été immédiatement dénoncés par le responsable des Affaires étrangères au sein de l’opposition conservatrice, Michael Ancram, qui les avait qualifiés de « particulièrement malheureux » et « insultants pour les familles des victimes ». L’écart de sa femme a contraint le Premier ministre britannique lui-même à tenter de l’expliquer au cours d’une conférence de presse, à l’issue d’un entretien avec son homologue espagnol José Maria Aznar.

    « Le terrorisme n’offre rien pour l’avenir, aucune issue à cette crise, a estimé le Premier ministre. Mais il est vrai, bien entendu, que nous devons nous assurer qu’il y a de l’espoir pour l’avenir et cet espoir réside dans un processus de paix en lieu et place des extrémistes, des terroristes et des kamikazes ». « Et je suis sûr que c’est ce que Cherie voulait dire, comme tout ceux qui suivent ce problème le savent », a conclu M. Blair.

  • Le point de presse du Quai d'Orsay, on prend les mêmes et on recommence :

    POINT DE PRESSE DU 19 JUIN 2002
    Au point de presse électronique de ce jour, le porte-parole adjoint a fait les déclarations et répondu aux questions suivantes :
    (...)
    6 - PROCHE-ORIENT

    (Avez-vous une réaction à la décision israélienne de réoccuper plusieurs zones dans les territoires palestiniens ?)

    Nous avons déjà eu l'occasion de nous exprimer sur ce sujet.

    Nous appelons les parties à tout mettre en œuvre pour briser l'engrenage de la violence et relancer une dynamique de paix. Il est plus que jamais nécessaire d'œuvrer dans ce sens.

    (Est-ce que M. de Villepin va exprimer pendant son voyage en Israël les inquiétudes de la France face à cette régression et cette violation nouvelle des accords d'Oslo ?)

    Nous répondrons à votre question, et sûrement à beaucoup d'autres, le moment venu.

Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30