Accueil
  • les bulletins enregistrés de Kol Israël en différé :
    - de 17h30 en français, ( heure de Paris)
    - de 21h30 en français, ( heure de Paris)
  • Kol Israël en continu et en français,
    à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)

Google

Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Dimanche 16 Juin 2002 - 6 Tammouz 5762
  • Les dirigeants Américains se concertent sur le discours sur la politique au Moyen-Orient
    Janine Zacharia - Jerusalem Post

    La plupart des hauts fonctionnaires Américains ont conféré hier pour essayer d'écarter les divergences sur ce que le Président George W. Bush doit dire d'un jour à l'autre cette semaine dans un discours sur la politique au Moyen-Orient

    Le conseiller de Sécurité nationale Condoleezza Rice, le Secrétaire d'Etat Colin Powell, le Vice-président Dick Cheney, le Ministre de la Défense Nationale Donald Rumsfeld, le Chef de cabinet de la Maison Blanche Andrew Card et le Directeur de la C.I.A. George Tenet ont participé à une téléconférence, qui avait été reportée de vendredi.

    Bush, qui passe le week-end de la Fête des Pères dans son ranch à Crawford, dans le Texas, retourne à Washington demain soir.

    Dans son discours, on s'attend à ce que Bush développe son point de vue sur la structure de l'Etat palestinien et propose très probablement des délais à sa mise en place, avec de forts atouts, la concession faite au Premier Ministre Ariel Sharon et l'annonce du voyage de Powell dans la région avant une conférence internationale de paix le mois prochain.

    Le ministre des Affaires Etrangères Saoudien Saud Al-Faisal, qui a rencontré Powell vendredi, a fait pression pendant son voyage à Washington pour un appel à l'interruption de toute l'activité d'implantation israélienne. Tandis que l'on s'attend à ce que les implantations soient mentionnées, il n'est pas certain que les Etats-Unis entreront plus loin dans la critique.

    Le fonctionnaire palestinien Senior Nabil Shaath a rencontré Powell vendredi et a dit que n'importe quelle proposition de la paix doit avoir un calendrier pour en assurer le progrès.

    "Sans un calendrier, la tergiversation peut entrer," a dit Shaath. Il aurait dit à Powell que l'Autorité Palestinienne veut un calendrier fixé pour deux ans pour créer un état palestinien.

    Shaath a écarté la notion d'état temporaire envisagé par Powell et discuté par Bush à sa réunion avec le ministre des Affaires Etrangères Saoudien la semaine dernière. L'idée serait d'un état de la Palestine devant être déclaré, avec le report de la résolution des questions du statut final comme les frontières, Jérusalem et les réfugiés palestiniens.

    "Il ne peut pas y avoir un état sans frontières définies. Aucun état ne peut être "temporaire". Ce sera un état dont le territoire a été occupé, comme le Liban," a dit Shaath après sa réunion avec Powell vendredi.

    Israël a occupé des parties de Sud-Liban pendant 22 ans pour garantir sa frontière Nord des attaques terroristes avant de se retirer en 2000.

    Les fonctionnaires Américains aiment dire que ce que le président dira ne sera pas un "playbook". Mais la visite de Sharon lundi dernier, a fait monté la pression chez les fonctionnaires arabes pour que Bush soit aussi précis que possible dans sa description de la structure de l'Etat palestinien.

    La spéculation sur le discours a été intense, en se rappelant la semaine avant le discours de Powell le 19 novembre à Louisville, dans le Kentucky. Ce discours avait inclus quelques éléments de pure forme et contenait la nouvelle que Anthony Zinni étant nommé représentant spécial au Moyen-Orient, un poste qui semble avoir presque disparu, au moins pour le moment.

    Mais les enjeux apparaissent cette fois plus élevés et l'administration, en promettant à plusieurs reprises un sommet, cet été, des ministres et des consultations diverses à de si de haut niveau, que cela offre la promesse d'un plan plus complet.

    La déclaration de Bush jeudi dernier qu'il avait discuté de la structure de l'Etat temporaire avec le ministre des Affaires Etrangères Saoudien et l'annonce que sa vision de l'Etat Palestinien "aidera à avancer vers deux états vivants côte à côte," a suscité la critique des partisans d'Israël au Capitole.

    Le membre du Congrès Eliot Engel (D-New-York) a dit dans une déclaration : "en offrant cet Etat maintenant, le président récompense l'Autorité Palestinienne et son Président Yasser Arafat de l'utilisation du terrorisme comme un instrument de politique étrangère." Nita Lowey (D-New-York) a envoyé une lettre à Bush dans le même sens.

    Le lobby pro-Israël AIPAC a aussi demandé à Bush ne pas soutenir un Etat Palestinien maintenant et l'a pressé de résister à la pression des Etats Arabes de mettre un calendrier qui pourrait contraindre Israël à faire des concessions territoriales avant qu'il y ait de la part des Palestiniens une garantie assurant la sécurité d'Israël.

    "AIPAC presse le président de rester ferme dans son appui à Israël à la fois quand certains le pressent d'approuver "un calendrier"' ou '"un état intérimaire" qui mènerait à la création d'un Etat Palestinien avant que la direction palestinienne ne rejette le terrorisme comme un instrument. Nous pressons le président de continuer son obligation inébranlable envers Israël et de rejeter un tel conseil, qui récompenserait le terrorisme car l'Amérique travaille pour le détruire dans le monde entier," dit une déclaration publiée jeudi par le Président de l' AIPAC Amy Friedkin et le directeur Howard Kohr.

    "Nous ne sommes pas opposés à un Etat Palestinien. Nous sommes opposés à un état terroriste. Il est certain, que les objectifs Américains dans la région n'incluent pas la création d'un Etat qui pourrait être classé comme " Etat sponsor du terrorisme". Le refus d'Arafat d'en finir avec l'incitation au terrorisme, d'appréhendez les terroristes, ou d'œuvrer à démonter l'infrastructure terroriste qui s'est développée dans son Autorité Palestinienne, un état sous sa direction serait juste cela," ajoute la déclaration.

    Vendredi, le Secrétaire d'État adjoint William Burns qui a prévu de témoigner au Capitole mardi sur les mesures Américaines de paix au Moyen-Orient, a rencontré les membres "du Quartet" le Représentant de l'Union Européenne au Moyen-Orient Miguel Moratinos, le représentant spécial de l'ONU Terje Roed-Larsenn et l'enoyé russe au Moyen-Orient Andrei Vdovin.

    Avant la réunion avec Shaath vendredi, Powell a conféré avec le Chef de Tsahal le général Shaul Mofaz, qui avait dit avant la réunion qu'il soulignerait à Powell comme il est important pour les Etats-Unis d'assurer l'avantage stratégique d'Israël dans la région.

    En parlant aux journalistes israéliens jeudi soir, Mofaz a dit qu'Israël continuerait à entrer dans la Rive occidentale quand le service de renseignement avertirait sur la présence de terroristes recherchés et d'attaques projetées. Il n'a pas exclu la possibilité d'une occupation future, permanente, mais a dit qu'Israël doit tout faire pour éviter une telle réalité. "Pour le moment, ce n'est pas dans l'intérêt d'Israël de revenir conquérir les territoires," a-t-il dit.

    Israël, a-t-il ajouté, contrecarre 85 à 90% d'attaques terroristes tentées, principalement des attentats-suicide. "Mais nous ne pouvons pas assurer que desterroristes-suicides individuels ne réussiront pas," a-t-il ajouté.

  • Deux soldats ont été tués dans la nuit dans une attaque à Dugit
    Margot Dudkevitch - Jerusalem Post

    Deux soldats ont été tués et quatre blessés, un sérieusement, dans une confrontation avec des terroristes près de Dugit dans le Nord de la Bande de Gaza dans la nuit.

    Les soldats ont été tous admis à l'Hôpital Barzilai de Ashkelon; un sérieusement blessé a été transporté par hélicoptère et les autres par ambulance. Un des soldats a été modérément blessé et l'autre deux a été annoncé en bon état.

    Le terroriste a été tué. Le Colonel Yoel Strick de la Zone nord de la Bande de Gaza a évalué à trois ou quatre terroristes qui ont participé à l'attaque. Les autres terroristes se sont échappés.

    Tsahal a dit que des soldats de Brigade Givati ont été déployés sur place après la réception d'avertissements de plans de terroristes pour commettre une attaque dans le secteur. C'est pendant une recherche dans le secteur que les terroristes ont ouvert le feu.

    L'aile militaire du Hamas Izzadin Kassam a revendiqué l'attaque. Ismael Hanya, un leader du Hamas dans la Bande de Gaza, a dit sur le réseau satellite arabe Al-Jazeera que les Palestiniens se défendaient contre l'agression israélienne dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza.

    "Nous sommes un peuple qui se défend et résiste à cette occupation avec une résistance légale qui est reconnue par toutes les lois et accords internationaux," a dit Hanya.


Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30