Accueil
  • les bulletins enregistrés de Kol Israël en différé :
    - de 17h30 en français, ( heure de Paris)
    - de 21h30 en français, ( heure de Paris)
  • Kol Israël en continu et en français,
    à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)

Google

Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Jeudi 13 Juin 2002 - 3 Tammouz 5762
  • Sondage : hausse de l’antisémitisme aux Etats-Unis

    Eytan Amit (Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Selon un sondage réalisé par la Ligue anti-diffamatoire américaine, plus de 50 % des Américains ont des préjugés à caractère antisémite.

    Le sondage montre également que 17 % des Américains, soit environ 35 millions de personnes, ont des opinions "sans aucun doute antisémites" sur les juifs.

    Seuls 48 % des Américains n’ont pas de préjugés à l’égard des Juifs (contre 53 % lors d’un sondage réalisé il y a 4 ans). L’antisémitisme aux Etats-Unis est en hausse -- après une tendance au déclin enregistrée ces dix dernières années.

    Selon la Ligue, les attaques contre les juifs et les institutions juives ont augmenté de 11% au cours des cinq premiers mois de 2002, comparées à la même période de 2001 (626 contre 564).

    A la question “ Pensez-vous que les Juifs ont trop de pouvoir aux Etats-Unis ? ”,
    20 % des personnes interrogées ont répondu par la positive. Le sondage révèle également que les sentiments anti-israéliens ont engendré une hausse de l’antisémitisme. 51% des interrogés prétendent que les Etats-Unis “ prennent trop partie pour Israël ”.

  • Vers la création d’un Etat palestinien
    Orly Azoulaï-Katz (Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Les propos du président Bush durant la conférence de presse conjointe avec le Premier ministre israélien ont fait sortir les dirigeants arabes de leurs gonds. Ceux-ci se sont empressés d’affirmer que le président américain s’était littéralement aligné sur les positions d’Ariel Sharon.

    L’interview accordée par le secrétaire d’Etat américain Colin Powell au quotidien “ Al Hayat ” n'est donc pas tout à fait le fruit du hasard. Powell affirme que le président Bush soutient la création d’un Etat palestinien “ provisoire ”. A la Maison Blanche, on examine de près cette possibilité et Ari Fleischer, le porte-parole de George Bush déclarait hier que “ le président en est pour l'instant toujours à écouter un certain nombre de gens qui ont des idées à partager avec lui ”.

    (..) Avec Sharon, le président américain fait preuve d’intelligence tactique. La pression de Bush s’exerce dans l’ombre, très loin des objectifs des caméras télévisées. Dans quelques jours, le Premier ministre israélien s’en apercevra lorsque Bush présentera publiquement sa vision pour le règlement du conflit israélo-palestinien, et qu’il rendra publique un calendrier contraignant pour les deux parties.

    (..) Sharon a effectivement réussi à conquérir Washington durant son séjour, mais il n’est pas parvenu à faire plier l’intérêt américain du moment : la création d’un Etat palestinien.

  • Sharon n’est pas opposé à la déclaration d’indépendance d’un Etat palestinien

    Janine Zacharia - Jerusalem Post

    Le Premier ministre Ariel Sharon a indiqué au Président Américain George N W. Bush à leur réunion cette semaine qu'il est ouvert à l'idée d'une déclaration d'indépendance d'un Etat palestinien, précédant des négociations et un accord sur la le statut final des frontières et de Jérusalem, selon une source diplomatique de la Maison Blanche.

    "Sharon en a parlé d'une façon très générale, n'excluant pas la possibilité d'un état palestinien sans déterminer les frontières jusqu'à l'étape finale de négociations,"a dit la source . "Ce n'est pas quelque chose qu'il ne peut pas avaler."

    "Il était ouver à l'idée d'une déclaration d'indépendance d'un Etat comme une des phases. Non immédiatement bien sûr. D'abord il doit y avoir un cessation de la violence et du terrorisme," a ajouté la source .

    Quoique les Etats-Unis et Israël soient en désaccord sur qui serait le chef acceptable d'un tel état, la franchise apparente de Sharon à la proposition générale promue par le Ministre des Affaires Etrangères Shimon Peres, aussi bien que par des leaders arabes incluant le Président égyptien Hosni Mubarak peut servir comme ouverture pour un progrès diplomatique.

    C’est peut être la raison pour laquelle Colin Powell, le secrétaire d’état, s’est laissé aller à des confidences sur un état palestinien intérimaire devant un journal quotidien en langue arabe de Londres Al Hayat car Bush sait que "un état provisoire" pourrait avoir être créé comme "une mesure transitoire" vers la structure d'un Etat palestinien définitif.

    Un fonctionnaire Américain a dit que Powell exprimait l'idée d'un état "intérimaire" ou "temporaire", "le concept étant qu'un gouvernement serait formé et déclaré, mais le territoire, la capitale et d'autres questions de statut final seraient décidés dans des discussions permanentes avec les Israéliens."

    Tout cela n'est-il pas une nouvelle et révolutionnaire suggestion," a dit Powell aux journalistes comme il volait vers une réunion des ministres des Affaires Etrangères du G-8 au Canada hier. "Cela est un élément assez cohérent dans toutes les discussions de "comment avancer" au Moyen-Orient." (...)

    Interrogé sur les détails d'un état palestinien transitoire possible, Powell a dit : "c'est une question à laquelle l'on devra répondre, mais s'il doit être un état il devra avoir quelque structure. Il devra avoir quelque chose qui ressemble au territoire, bien qu'il ne puisse pas être parfaitement défini pour toujours."

    À la Maison Blanche, le porte-parole de presse Ari Fleischer a dit que Bush n'avait pas encore souscrit à l'idée d'une déclaration d'un Etat temporaire et a décrit les commentaires de Powell comme "reflétant une des variété des conseils que les gens du gouvernement sont payés pour écouter, de n'importe quelle origine ." On s'attend à une vision plus claire des plans de l'administration dans les jours à venir, probablement la semaine prochaine, a-t-il dit.

    Bush a l'intention de rencontrer le Ministre des Affaires Etrangères Saoudien, le Prince Saud Al-Faisal à la Maison Blanche aujourd'hui pour des consultations. Les Saoudiens, dérangés par l'épanchement de sympathie de Bush pour la position de Sharon lundi, ont expédié le Prince Saud pour s'assurer que l'on donne toujours toute l'attention adéquate à leurs avis.

    Dans la guerre d'influence, Sharon a laissé derrière lui à Washington deux conseillers supérieurs, Dov Weisglass, son chef de bureau et le Général de brigade. Moshe Kaplinsky, son secrétaire pour les affaires militaires, pour qu'ils puissent rencontrer les fonctionnaires Américains après la réunion du Prince Saud et s'assurer que "la déclaration présidentielle est acceptable pour nous," a dit un fonctionnaire israélien .

    Enfin on attend une réunion du "Principals' Committee" un groupement des conseillers présidentiels, aujourd'hui ou demain discuter du conseil contradictoire que la Maison Blanche a reçu et travailler pour formuler une politique logique au Moyen-Orient.

    Parmi ceux qui ont poussé l'idée "de la structure de l'Etat d'abord" il y a, le plus récemment, Moubarak, qui a demandé à Bush le week-end passé à Camp David de soutenir une déclaration d'indépendance de l'Etat palestinien l'année prochaine avec des négociations pour suivre les questions incluant les frontières, les réfugiés et Jérusalem.

    Les commentaires de Powell ont semblé conçus pour équilibrer la déclaration de Bush lundi dans laquelle il a dit qu'il était prématuré de tenir des pourparlers ministérielles sur la structure de l'Etat parce que personne n'est satisfait de la direction palestinienne.

    Tandis que Bush a aussi minimisé l'importance du Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat, Powell dans l'interview, a réaffirmé que les Etats Unis, y compris Bush, continuent à le reconnaître comme le chef élu des Palestiniens. Powell a dit que l'administration de Bush n'était pas d'accord avec l'avis de Sharon "que nous ne devrions pas travailler avec le Président Arafat."

    Un fonctionnaire israélien senior avait averti après la réunion de Sharon avec Bush qu'Arafat n'était "préservé" d'aucune action israélienne.

    "Les Palestiniens l'ont choisi [Arafat] comme son leader et l'ont élu et il est le président du gouvernement de l'Autorité Palestinienne. Les Etats-Unis reconnaissent cela. J'ai dit cela à plusieurs reprises et le président comprend cela," a dit Powell.

    Powell a aussi dit quedes plans sont toujours faits pour une conférence de niveau ministériel un jour ou l'autre cet été sur le Moyen-Orient. Fleischer, en attendant, a reconnu qu'elle aurait lieu, mais a dit que ses bases avaiten toujours besoin d'être mises en place.

  • Sondage: une majorité de Palestiniens espèrent la destruction d'Israël

    La moitié des Palestiniens (51%) estiment que le but du soulèvement palestinien est de "libérer toute la Palestine historique", c'est-à-dire toute la région située entre la Méditerranée et le Jourdain, Israël inclus, selon un sondage du Centre de communication et de médias de Jérusalem, un institut palestinien.

    La proportion était de 44% en décembre dernier.

    Toutefois, le nombre de Palestiniens qui soutiennent la deuxième Intifada a légèrement reculé, à 79% au lieu de 84% en mars, d'après cette enquête publiée mardi. De même pour les attentats-suicides, approuvés par 68% des personnes interrogées, contre 74% en décembre.

    L'enquête a été réalisée auprès de 1.170 Palestiniens. La marge d'erreur est de trois points. AP

  • 5 soldats légèrement blessés dans les territoires; Tsahal achève sa sortie de Ramallah
    Amos Harel et Amira Hass, Correspondants d'Ha'aretz

    Cinq soldats ont été légèrement blessés dans deux incidents séparés mercredi soir tard dans la nuit dans les territoires.

    Dans le village de la Rive occidentale de Tubas à l'est de Djénine, un capitaine et un soldat de la Brigade Golani ont été blessés dans un échange de tir pendant des opérations pour arrêter des Palestiniens soupçonnés de participation dans des activités terroristes. L'officier a été admis à l'hôpital Rambam dans Haifa avec des blessures à l'estomac et le soldat a été pris avec des blessures légères à l'Hôpital Poriya dans Tiberiade.

    Kol Israël a annoncé que les troupes continuaient jeudi les opérations dans le village.

    Dans le secteur de Gush Katif de la Bande de Gaza, trois soldats ont été légèrement blessés par un obus de mortier. Dans Rafah, les troupes de Tsahal ont arrêté un membre de l'aile militaire du mouvement du Fatah de Yasser Arafat.

    Tsahal achève le retrait de Ramallah
    Les troupes de Tsahal et des blindés ont achevé leur retrait du blocus du Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat dans son bureau dans la ville de la Rive occidentale de Ramallah mercredi soir tard dans la soirée.

    Au moins 20 réservoirs, des véhicules blindés et des jeeps sont partis la ville après la retraite vers les faubourgs de Ramallah de positions à travers les résidants de la ville, locaux a dit.

    Comme les blindés se retiraient, des officiers chargé de la sécurité et de la police se sont précipités dans les bureaux d'Arafat pour crier des slogans d'appui.

    Les troupes avaient commencé leur blocus dans une opération à l'aube de lundi, après l'attentat-suicide sur un autobus à Megiddo qui a tué 17 personnes.

    Un correspondant de presse a vu Arafat dans son quartier général peu de temps après que les blindés se soient retirés. Il a dit que le chef palestinien avait bonne mine et souriait comme il recevait le Représentant de l'Union européenne au Moyen-Orient Miguel Angel Moratinos.

    À Madrid, le président d'UE l'Espagne a condamné la violence ininterrompue dans la région et a dit que les mesures à lesquelles Arafat étaient soumises étaient "injustifiables et contre-productves."

    Pendant l'opération dans la ville de Rive occidentale de Ramallah, les soldats ont arrêté environ 75 Palestiniens, ont découvert un laboratoire de bombes et ont trouvé deux voitures piégées prêtes à l'emploi, a dit Tsahal.

    "L'action a été faite tranquillement et je pense que les résultats sont tout à fait impressionnants," a dit le Ministre de la Défense Nationale Benjamin Ben Eliezer à la Télévision avant que le retrait ait commencé.


Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30