Accueil
  • les bulletins enregistrés de Kol Israël en différé :
    - de 17h30 en français, ( heure de Paris)
    - de 21h30 en français, ( heure de Paris)
  • Kol Israël en continu et en français,
    à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)

Google

Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur

Vendredi 7 Juin 2002 - 27 Sivan 5762
  • Dahlane serait pressenti pour le remplacement du chef de l’OLP
    Arafat prendra sa retraite après la création d’un État palestinien

    Le président palestinien Yasser Arafat a affirmé aux membres de son mouvement, le Fateh, qu’une fois qu’un État palestinien aura été créé, il prendra sa retraite et cédera la place à un dirigeant plus jeune, a déclaré hier le diplomate palestinien Mohammed Sobeih.

    M. Sobeih répondait à une question sur sa réaction aux déclarations du président égyptien Hosni Moubarak au New York Times, dans lesquelles il évoquait un éventuel remplacement de M. Arafat dans un an, quitte à ce qu’il conserve un poste honorifique.

    « Je pense que M. Moubarak se référait au fait que Arafat lui-même voudrait peut-être prendre sa retraite après la création d’un “État palestinien” », a dit M. Sobeih.
    « Je n’interprète pas ces déclarations comme une pression sur Arafat », a ajouté le diplomate palestinien.

    Le président égyptien, en visite aux États-Unis, soumettra à son homologue américain un plan d’accord-cadre pour résoudre le conflit israélo-palestinien, prévoyant la proclamation dès 2003 d’un État palestinien et des garanties pour que cet État s’étende, dans trois à quatre ans, à l’ensemble des territoires occupés en 1967.

    Des analystes égyptiens, qui ont requis l’anonymat, estiment que les propos de M. Moubarak concernant M. Arafat prêtent à confusion.

    Par ailleurs, le colonel Mohammed Dahlane, proche collaborateur du président palestinien, à qui il a présenté cette semaine sa démission de ses fonctions de chef de la sécurité préventive dans la bande de Gaza, est considéré par beaucoup comme un successeur possible de M. Arafat.

    M. Dahlane, 41 ans, a annoncé mercredi qu’il souhaitait se « retirer en douceur » de ses responsabilités sécuritaires, « au terme de sept ans de travail au sein des services de sécurité », ajoutant qu’il avait « exprimé au président Arafat (sa) disposition à travailler dans tout autre domaine ».

    Le nom de M. Dahlane a régulièrement été cité comme un candidat possible à un poste de vice-ministre de l’Intérieur de l’Autorité palestinienne, sous l’autorité directe de M. Arafat, dans le cadre de la restructuration des services de sécurité promis par le président palestinien.

    Ce poste lui permettrait de prendre l’ascendant sur son homologue en Cisjordanie et rival, le colonel Jibril Rajoub, apparemment tombé en disgrâce auprès de M. Arafat après avoir laissé l’armée israélienne prendre le contrôle de son QG début avril pendant l’opération « Rempart »
    .
    M. Dahlane avait déjà présenté sa démission en novembre 2001, mais M. Arafat l’avait rejetée. Selon des sources palestiniennes, M. Dahlane entendait alors manifester son opposition à l’arrestation d’activistes et dénoncer la corruption et l’absence de stratégie de l’Autorité palestinienne.

    En janvier 2001, dans un article publié par le quotidien israélien Haaretz, il avait dénoncé les liquidations ciblées d’activistes palestiniens par Israël et le bouclage des secteurs autonomes palestiniens, sans effet, selon lui, sur la sécurité, puisqu’ils ne parviennent pas à empêcher les attentats-suicide.
    M. Dahlane avait également rappelé son souhait d’une solution négociée au conflit.

  • Les auteurs des attentats-suicide sont des terroristes, affirme un cardinal de l’entourage du pape

    Les Palestiniens impliqués dans des attentats-suicide « sont des terroristes », a affirmé jeudi sur Radio Vatican le cardinal Roberto Tucci, organisateur du voyage du pape Jean-Paul II en 2000 en Israël et dans les territoires palestiniens.

    « On ne peut pas les appeler kamikaze, comme le fait parfois la presse, parce que le terme était utilisé pour désigner les aviateurs japonais qui pendant la dernière guerre mondiale se lançaient contre des objectifs militaires », a-t-il dit.

    « Les Palestiniens, eux, sont des terroristes, parce qu’ils frappent des objectifs civils », a accusé le prélat, âgé de 81 ans et président de Radio Vatican.

    Le cardinal Tucci a dénoncé à cette occasion « les journaux, radio et télévisions dans les pays islamiques qui poussent les jeunes à de telles actions ».

    « Tout en comprenant la frustration des Palestiniens dans leur droit à avoir leur État, il faut comprendre également les raisons des Israéliens, leur préoccupation de ne pas avoir la sécurité pour l’avenir », a-t-il souligné.

    « Il faut condamner ceux qui sont derrière ces actions et les soutiennent », a-t-il conclu.

  • Les remords d’un terroriste-suicide /
    Sharon Rofa, Ynet - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    « J’appelle les jeunes palestiniens à réfléchir à deux reprises avant de commettre un attentat suicide ». C’est ce que déclare dans une interview accordée à Ynet, Zidane Zidane, 18 ans, blessé par l’explosion partielle de la ceinture d’explosifs qu’il portait à la taille en mai dernier
    Depuis l’attentat manqué, Zidane est hospitalisé dans un hôpital du nord d’Israël. Zidane est issu d’une famille de 10 enfants, et seuls quelques mètres le séparent des blessés de l’attentat de Meggido.

    Zidane avoue bénéficier d’un traitement exceptionnel de la part des médecins israéliens. « Je souhaite un bon rétablissement à tous les blessés israéliens et espère qu’ils retrouveront leur foyer au plus vite. Je veux qu’ils comprennent que parfois les hommes font des choses sans réfléchir ».

    Zidane essaie de nous expliquer les mobiles des jeunes palestiniens candidats au suicide en Israël. Pour Zidane, le principal facteur est la situation économique difficile dans les territoires. « Le problème est qu’il n’y a pas de travail, mais l’attitude de Tsahal et le couvre-feu favorise le découragement auprès de la population palestinienne. Lorsque tu n’as pas de quoi manger, tu préfères mourir. » souligne-t-il avant de poursuivre, « lorsque nous gagnions notre pain, tout allait bien, mais les problèmes ont commencé lorsque Sharon s’est rendu sur le Mont du Temple. A vrai dire, Arafat aussi est un grand problème. »

    Zidane semble regretter son geste. Il prétend que l’attentat de l’autobus n°830 a été une erreur. « Il ne faut pas que cela recommence, mais l’utilisation de la force ne peut entraîner que des explosions. Il est temps de nous séparer et de régler tous ces problèmes. »

    Interrogé sur les promesses faites aux terroristes-suicide, Zidane répond que « 72 vierges les attendent au paradis . Je ne sais pas ce que l’on promet aux candidates au suicide le phénomène est relativement nouveau, mais ce qui est sûr, c’est que je ne laisserai jamais ma sœur être candidate au suicide. »

    « Même si j’ai voulu me faire sauter au milieu d’Israéliens poussé par le découragement, je comprends aujourd’hui que c’était une erreur. Je m’adresse aux jeunes palestiniens en leur demandant de ne pas commettre d’attentats suicide » renchérit Zidane, « car il est grand temps que la paix arrive ».

  • Le sixième voyage de Sharon à Washington

    • Sharon dira à George Bush que la Syrie porte la responsabilité de l’attentat de Meggido
      Shimon Shiffer, Itamar Eichner, Eytan Gluckman, Rony Shaked (Yediyot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

      Le Premier ministre partira demain soir pour les Etats-Unis, et devrait prononcer une mise en garde : “ Si la Syrie ne muselle pas le Hezbollah, nous agirons en force contre elle ! ”.
      Le cabinet du Premier ministre : “ Sharon ne proposera pas à Bush l’expulsion de Yasser Arafat ”.

      § Shimon Pérès : Les Etats-Unis travaillent à une nouvelle initiative de paix, dont l’essentiel est : l’évacuation de toutes les implantations juives – en contrepartie à l’abandon du “ Droit au Retour ” par les Palestiniens.

      Le Premier ministre aura des entretiens lundi avec le Président George Bush, à Washington, et il lui dira que c’est la Syrie qui a patronné le sanglant attentat d’avant-hier près de Meggido. En effet, la Syrie a intensifié récemment son aide au Hezbollah et aux autres organisations terroristes. Si les Syriens ne mettent pas le frein au Hezbollah, dira Sharon, Israël sera contraint d’agir en force contre eux. “ Assad joue avec le feu et ne comprend pas où il va se fourrer ”, disent les milieux gouverne-mentaux israéliens.

      Sharon exprimera son opposition catégorique à la participation de la Syrie à la conférence régionale de la paix, parce qu’elle accorde l’asile aux organisations terroristes palestiniens – dont le Jihad islamique qui a revendiqué l’attentat de Meggido. “ Il est honteux que la Syrie exerce la présidence tournante du Conseil de Sécurité ”, a déclaré hier le ministre de la Défense, Binyamin Ben-Eliezer.

      Hier en effet, l’état d’alerte a été décrété le long de la frontière du Nord, de crainte que le Hezbollah ne perpètre des attaques pour commémorer le 20ème anniversaire de la Guerre du Liban.

      Certains estimaient hier que Sharon s’apprête à évoquer auprès du chef de la Maison-Blanche la possibilité d’une expulsion de Yasser Arafat des territoires. Mais le cabinet du Premier ministre a vigoureusement démenti ces rumeurs. Ce n’est pas une question personnelle, ce qui importe est qu’il y ait une Autorité palestinienne différente, ajoute-t-on au cabinet de Sharon ; il faut définir une démarche qui fera en sorte qu’Arafat ne gênera pas le processus diplomatique, ni les réformes nécessaires.

      … Lors de la précédente rencontre entre Bush et Sharon, le chef de l’Etat américain a dit à Sharon : “ Arik, je suis d’accord avec vous, Arafat est une grosse épine dans le pied. Nos divergences portent seulement sur la question de savoir si nous pouvons progresser sans lui en direction d’un règlement. Nous pensons que c’est impossible ”.

      Hier, plusieurs porte-parole américains ont fait des déclarations en ce sens, dont l’un des porte-parole de la Maison-Blanche…

      (…) Dans le courant de sa visite aux Etats-Unis, Sharon s’efforcera de peser sur l’élaboration de la solution politique. On prévoit qu’il s’opposera très vivement à la proposition que va présenter aujourd’hui le président égyptien, Hosni Moubarak, à Bush : la création d’un Etat palestinien dans les zones “ A ” et “ B ” dès le début de l’année prochaine. Sharon fera savoir à Bush qu’Israël n’entamera pas de pourparlers avec l’Autorité palestinienne, aussi longtemps qu’Arafat en est le chef.

    • Bush s’approche de l’instant de vérité
      Shimon Shiffer (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

      A Washington, on sait que la colère et la frustration ne remplacent pas une ligne politique. En dépit de cela, la colère monte là-bas contre Yasser Arafat… 35 ans après la victoire en coup de vent d’Israël et la conquête de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza, le Président américain essaie de se mesurer aux fruits de ladite victoire. Pour le moment, il n’y parvient pas mieux que nous. (…)

      Ramzi Samoudi, le terroriste de 18 ans qui s’est fait sauter mercredi matin au carrefour de Meggido, a de nouveau soulevé devant les décideurs en Israël, aux Etats-Unis, en Europe et dans la majorité des Etats du Moyen-Orient, une question cruciale : comment peut-on se mesurer à l’arme des kamikazes ?

      Hosni Moubarak est arrivé à Washington pour persuader les Américains qu’il faut imposer un règlement à Sharon et Arafat : “ Autrement, toute la région, l’Egypte y compris, sera noyée dans un bain de sang et de feu ”.

      Au début de la semaine prochaine, Sharon tentera de son côté de convaincre Bush qu’il a une solution différente, meilleure : pour commencer, Arafat doit être mis à l’écart, et ensuite, on appliquera un accord intérimaire de longue durée dans le cadre duquel Israël se montrera généreux sur le plan territorial.

      (…) La distance entre la présence d’Arafat dans les territoires et son expulsion va en diminuant. Parallèlement, le délai qui reste pour le maintien de la présence israélienne dans les mêmes territoires, conquis en 1967, va en s’écourtant lui aussi. Le moment approche où Israël devra trancher de la question qu’il a éludée pendant des dizaines d’années : quand et dans quelles conditions quitter les territoires ? Faut-il définir les frontières définitives de l’Etat d’Israël dans le cadre d’un accord négocié avec les Palestiniens – où en ignorant ces derniers ?

      Voilà le résultat de 20 mois de soulèvement palestinien violent.

    • Bush ne veut pas d’affrontement autour du plan du département d’Etat
      Aluf Benn (Haaretz)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

      Sharon dispose d’un avantage à la veille de sa rencontre avec Bush : le monde est lassé d’Arafat.

      (…) Le sort d’Arafat sera cette fois encore au centre des entretiens du Premier ministre israélien à Washington. Sharon part pour les Etats-Unis, muni d’un léger avantage sur son vieil ennemi. La communauté internationale est lassée d’Arafat, et les débats politiques focalisent autour de la question de son éventuel départ. Tous s’accordent à dire qu’il faut lui retirer le contrôle des organisations de sécurité et des fonds financiers. Les pays donateurs, y compris les Européens et les Saoudiens, parlent de nommer des fonctionnaires chargés de contrôler les comptes.

      Le président égyptien, Hosni Moubarak, veut prendre l’Autorité palestinienne sous son aile, en prenant le contrôle de ses organismes de sécurité. Le chef de la sécurité égyptienne, Omar Suleiman, est devenu le principal artisan des réformes sécuritaires dans l’AP. Ses représentants ont déjà commencé à travailler dans les territoires. (…) Cette activité est surtout destinée à renforcer le statut de l’Egypte aux Etats-Unis, face à l’Arabie Saoudite, qui avait promis de négocier la cessation des activités terroristes avec le Hamas ou le Jihad, et n’en a rien fait.

  • Un seul flottement de Bush, et Sharon n’hésitera pas à expulser Arafat de la région »
    Elie Kamir, Ben Caspit, Ytshak Ben-Horine (Maariv)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    « Nous ne sommes pas loin de l’instant où nous serons contraints d’expulser Arafat ». c’est ce que s’apprête à dire le Premier ministre israélien au président Bush lors de leur prochaine rencontre lundi à la Maison Blanche.

    L’une des personnalités les plus proches du Premier ministre israélien prétendait hier que le chef du gouvernement israélien avait déjà tranché, et que l’expulsion d’Arafat n’était qu’une question de temps. « Le Premier ministre israélien a déjà fait son choix , mais il est néanmoins conscient qu’une telle mesure ne peut être prise sans le soutien des Etats-Unis. Sharon consacrera donc l’essentiel de son temps à Washington à tenter de convaincre l’administration américaine des bienfaits de l’expulsion du dirigeant palestinien. Un seul flottement de Bush et Sharon n’hésitera pas à expulser Arafat de la région. » apprenait-on de même source.

  • Un jeune Israélien meurt de ses blessures après une attaque à l'arme à feu dans la Rive occidentale
    Par Aluf Benn, Gideon Alon et Amos Harel, Correspondants d'Ha'aretz

    Un adolescent israélien a été tué jeudi suite aux blessures supportées dans un attaque à l'arme à feu dans la Rive occidentale au nord de Ramallah, près de l'implantation d'Ofra.

    Erez Rund, 18 ans, de l'implantation d'Ofra, s'était déplacé à l'implantation d'Elei au nord d'Ofra pour se faire inscrire à une préparation militaire de Tsahal. Rund était en terminale au lycée.

    Il a été transporté à l'Hôpital Hadassah, au Mont Scopus à Jérusalem dans un état sérieux avec des blessures par balle à la poitrine. Malgré les tentatives de le réanimer, il est mort à l'hôpital. Les obsèques de Rund seront tenues vendredi à 11h30 dà Ofra.

    Les décharges ont été tirées de la direction du village palestinien de Sinjilon, surun véhicule utilitaire israélien dans lequel Rund voyageait. Tsahal a placé un couvre-feu sur la ville, qui est placée dans le Secteur B - sous contrôle de sécurité israélien - et portée a recherché dans le village les criminels.

    Kol Israël a annoncé que dans la nuit Tsahal a arrêté trois Palestiniens dont une femme recherchés dans les villes de Rive occidentale de Tulkarem et de Ramallah.

  • Ben Eliezer : la Syrie est derrière l'attaque de terrorisme de Megiddo
    Jerusalem Post

    Le Ministre de la Défense Nationale Benjamin Ben Eliezer a dit que la Syrie était derrière l'attaque de terrorisme Megiddo, où 17 Israéliens ont été tués, a annoncé Kol Israël . Il a été cité, visitant certains des blessés de l'attaque, se remettant à l'Hôpital Haemek d'Afula.

    Le ministre des Affaires Etrangères Shimon Peres, dans un interview sur Al Jazira jeudi, a dit que lles ordres d'effectuer l'attaque ont été donnés à Damas par le chef du Jihad Islamique, Ramadan Shalach.

    Une déclaration soutenant la poursuite des attentats terroristes contre Israël a été publiée jeudi par les représentants du Hezbollah, du Hamas, du Jihad Islamique et du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP), qui se sont rencontré à Beyrouth.

  • La délégation israélienne demande à l'ONU de réagir à l'attentat-suicide de Meggido en exigeant que la Syrie cesse d'entretenir sur son territoire les groupes terroristes impliqués

    Mikhail Wehbe l'ambassadeur syrien est actuellement président du Conseil de sécurité, son pays sert de fief notamment au Djihad islamique, au Hamas et au FPLP.

    Dans une lettre adressée au président du Conseil, l'ambassadeur d'Israël Yehuda Lancrya appelé la communauté internationale à exiger que la Syrie cesse immédiatement de soutenir les "groupes terroristes" tels que le Djihad islamique.

    La délégation palestinienne auprès des Nations unies a eu le culot de demander au président syrien du conseil de sécurité que l'attaque israélienne perpétrée jeudi contre le quartier général de Yasser Arafat à Ramallah soit condamnée par la communauté internationale et que le Conseil de sécurité de l'ONU intervienne dans l'immédiat afin de mettre un terme aux opérations israéliennes.

    Les Palestiniens se sont bien gardés de rappeler que le raid israélien contre les bureaux de Yasser Arafat répondait à la violence de l'attentat de Megiddo qui a tué 17 Israéliens mercredi, Yehuda Lancry a redit que le Djihad islamique portait la responsabilité de cette attaque à la voiture piégée et que l'organisation terroriste avait ses bureaux à Damas.


Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30