Accueil
  • les bulletins enregistrés de Kol Israël en différé :
    - de 17h30 en français, ( heure de Paris)
    - de 21h30 en français, ( heure de Paris)
  • Kol Israël en continu et en français,
    à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)

Google


Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mercredi 5 Juin 2002 - 25 Sivan 5762
  • L'administration Bush condamne une attaque 'brutale'

    La Maison Blanche a condamné l'attentat-suicide d'aujourd'hui et a soulevé des questions à nouveau au Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat sur la pertinence d'un processus de paix au Moyen-Orient.

    "Aux yeux présidentiels, Yasser Arafat n'a jamais joué le rôle de quelqu'un en qui l'on peut avoir confiance ou qui est valide," a dit le porte-parole de presse présidentiel Ari Fleischer.

    Il a dit que le Président George W. Bush a condamné "en termes les plus forts" la voiture piégée près de Megiddo qui a englouti un autobus dans les flammes pendant la matinée à des heures de pointe, qualifiant l'attaque, de "brutale".

    "Cette attaque souligne le fait que ces terroristes sont les plus pires ennemis de non seulement le peuple d'Israël qui cherche la paix, mais aussi des Palestiniens," a dit Fleischer. Il a dit que l'attaque met aussi en évidence l'importance de développer une force de sécurité palestinienne qui pourrait refréner les attaques.

    Assailli de questions sur le rôle d'Arafat dans le processus de conciliation, Fleischer a semblé regarder au-delà du chef palestinien vers d'autres éléments de l'Autorité Palestinienne.

    "Le président est concentré par des actions et pas par des individus," a dit Fleischer. "L'Autorité Palestinienne comprend beaucoup de personnes."

    En attendant, l'administration de Bush dresse la carte des plans pour une conférence de paix au Moyen-Orient le mois prochain en Turquie, une des principales mesures des efforts Américains pour résoudre le conflit Israélo-arabe.

    Selon un fonctionnaire Américain bien placé, la conférence serait tenue avec les ministres des Affaires Etrangères du Moyen-Orient et l'Europe.

    Mais un fonctionnaire, parlant mardi sous condition d'anonymat, a averti que l'arrangement d'un ordre du jour et la fabrication d'autres préparatifs difficiles constituent des obstacles potentiels.

    La conférence de paix serait tournée vers la réouverture des négociations entre Israël et les Palestiniens en s'adressant aussi plus largement au conflit Israélo-arabe.

    Les réunions prévues de Bush ce week-end avec le Président égyptien Hosni Mubarak et le lundi suivant avec le Premier Ministre Ariel Sharon pourraient en accélérer l'organisation.

    Ils pourraient clarifier l'étape suivante, le changement démocratique promu dans l'Autorité Palestinienne et de nouvelles mesures de sécurité dans les secteurs contrôlés par les Palestiniens dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza, a dit le haut fonctionnaire Américain.

    Sharon a proposé auxs Etats Unis que - la conférence soit patronnée au niveau des ministres des Affaires Etrangères pour tenir Yasser Arafat en dehors. Sharon insiste qu'Arafat n'est pas partisan de la paix avec Israël et est donc ainsi indigne de suivre la conférence.

    Le secrétaire d'Etat Colin Powell a dit mardi qu'il croit que les Palestiniens s'attendaient à ce qu'Arafat fasse plus pour eux.

    Dans un interview , Powell a dit que le soulèvement de 19 mois contre les Israéliens "ne leur a rien apporté sauf du chagrin." Maintenant qu'Arafat a été libéré de sa détention imposée par les Israéliens, Powell a dit, "Il y a un fardeau sur lui pour s'exécuter. Les chefs s'exécutent.
    C'est le moment pour Arafat de faire des réformes.."

  • Qu'est-ce que signifie l'attentat de Megiddo
    Par, Ze'ev Schiff l'analyste militaire de Ha'aretz
    -traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    La voiture piégée de Megiddo dans lequel 16 Israéliens ont été tués est une indication que même si l'Autorité Palestinienne peut entreprendre quelques réformes, le terrorisme continuera toujours . Ce que nous allons probable voir maintenant est une combinaison de réformes et de terrorisme.

    Des leaders israéliens et des fonctionnaires de sécurité doivent avertir les Américains d'un tel développement et particulièrement le directeur de C.I.A. George Tenet, qui est dans la région pour vérifier des conditions sur le terrain d'une décisionque doit prendre l'administration de Bush pour savoir s'il faut pousser une nouvelle initiative diplomatique.

    Tant que les attentats terroristescontinuent, le programme de réforme pour l'Autorité Palestinienne et son appareil de sécurité restera virtuel. Le débat entier pour savoir s'il y aura quatre ou cinq branches d'un service de sécurité palestinien restructuré est sans signification.

    Ce qui est clef, c'est l'élimination de toutes les milices armées, du Hamas au Jihad Islamique aux Brigades Al Aqsa . Autrement Israël sera forcé de continuer à agir partout dans les territoires.

    Il est aussi clair que toutes ces attaques servent les intérêts irakiens. Ils déclenchent une réponse militaire israélienne et donc il devient plus difficile de coordonner la position des états arabes quant à une confrontation Américaine avec Saddam Hussein.

    C'est le moment de vérité pour les régimes arabes modérés et responsables : Ils doivent se bouger pour retenir Yasser Arafat. Il sape l'initiative Saoudienne de paix et les accords atteints entre les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite sur ce front.

  • Le cabinet de sécurité s'est réuni ce matin.
    Galei Tsahal

    Mais cette fois-ci, outre la question des menaces qui pèsent sur le nord du pays, du fait du Hezbollah et de la Syrie – la discussion va évidemment porter sur l’attitude à suivre après l’attentat de ce matin.
    - L’attentat de Meggido va certainement avoir des répercussions sur le voyage du Premier ministre aux Etats-Unis, prévu à la fin de cette semaine : il ne sera sans doute pas annulé – sauf imprévu – mais Sharon va être amené à l’écourter. Il annulera le séjour à New York et se rendra directement à Washington, pour ses conversations avec le Président George Bush.
    - Le ministre de la Défense, Binyamin Ben-Eliezer : “ Parler de réformes de l’Autorité palestinienne est superflu ; la première de toutes les réformes doit être la cessation totale du terrorisme – pratiqué aujourd’hui principalement par le Fatah, dont Arafat est en fait le commandant suprême ! ”
    - Selon les observateurs, l’attentat va également faire rebondir la polémique entre l’échelon politique et celui de la sécurité, autour de la recommandation du chef du Shin Beit, Avi Dichter, de maintenir des forces israéliennes en zone ‘A’ -- aussi longtemps que les obstacles de la ‘zone tampon’ n’auront pas été déployés (la fameuse “ barrière de séparation ”).

  • Une bombe désamorçée sans dégats à Jérusalem
    Etgar Lefkovits -Jerusalem Post

    Les experts de déminage de la police ont sans risque démonté une petite bombe aujourd'hui à en ville à Jérusalem, a dit un porte-parole.

    La bombe a été placée devant une vieille construction dans la Rue Strauss.

    Le trafic a été fermé dans le secteur pendant l'après-midi pendant que la police a traité le dispositif, qui a éveillé les soupçons en raison d'une alerte au terrorisme dans tout le pays aujourd'hui.

    Un dispositif semblable a été trouvé et désamorcé à côté d'un immeuble dans le quartier de Ramat Eshkol il y a une semaine.
  • L'attentat de Megiddo condamné par la France

    Paris a condamné l'attentat à la voiture piégée qui a fait au moins 17 morts mercredi en Israël, le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, estimant que «des actes d'une telle barbarie déshonorent ceux qui s'en rendent coupable et desservent la cause qu'ils prétendent défendre. Aucune lutte politique, rien ne peut justifier de tels crimes».

    Pour M. de Villepin, qui a fait part de son émotion, «cette tragédie rend plus urgentes que jamais la lutte contre le terrorisme et la relance du dialogue politique

  • A Madrid, le chef du gouvernement espagnol qui assure la présidence tournante de l'Union européenne, a exprimé ses condoléances aux familles des victimes et a appelé à l'arrestation et au jugement des auteurs de l'attentat.

    "La présidence de l'Union européenne réitère sa conviction que ces actes terroristes perpétuent les souffrances des deux peuples, palestinien et israélien", déclare en outre le gouvernement espagnol dans un communiqué.

    "Aujourd'hui, il est nécessaire de redoubler d'effort, une fois encore, pour trouver une alternative à l'actuel cycle du terrorisme et de la violence", poursuit-il.  


  •  Joschka Fischer condamne l'attentat de Megiddo et le qualifie de "calcul perfide"

    Le ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer a condamné mercredi l'attentat de Megiddo, dans le nord d'Israël, qualifiant de "calcul perfide" cet acte suicide destiné à ses yeux à faire échec à tout processus de paix au Proche-Orient.

    Cet attentat, qui a fait 17 morts dont le kamikaze, selon un dernier bilan, avait "pour objectif évident de perturber les efforts menés pour tenter d'obtenir une reprise des négociations", a constaté M. Fischer dans un communiqué.

    En conséquence, le chef de la diplomatie allemande appelle toutes les parties à "tout faire pour que ce calcul perfide ne fonctionne pas". Selon lui, les efforts visant à organiser une conférence internationale consacrée au Proche-Orient suscitent "des espoirs justifiés de perspective politique" pour la région. AP

  • Les blindés de Tsahal roulent dans Djénine quelques heures après l'attentat-suicide de la jonction Megiddo.

    Jerusalem Post

    Les fonctionnaires palestiniens ont dit que deux douzaine de véhicules blindés sont entrés dans Djénine depuis trois directions.

    De plus, deux hélicoptères d'attaque ont tiré à la mitrailleuse vers un des quartiers, ont dit les témoins . Il n'y avait aucun rapport immédiat de blessures.

    Dans l'attente d'une incursion israélienne, les résidants de Djénine ont rapidement quitté les lieux publics et ont cherché abri dans leurs maisons.

    Djénine, une forteresse terroriste, a été la cible de raids israéliens répétés durant les derniers mois, y compris une incursion brève lundi.

    Pendant l'offensive militaire de six semaines d'Israël contre les milices palestiniennes, qui a fini le mois dernier, le camp de Djénine adjacent à la ville a été la scène de combats les plus féroces.

    L'attentat à la voiture piégée d'aujourd'hui a été effectué par le groupe du Jihad Islamique. Les membres de l'aile militaire du Jihad Islamique ont dit que l'assaillant venait du secteur de Djénine, mais ils ont dit qu'ils ne donneraient pas son nom de crainte de représailles israéliennes contre sa famille.
  • Des soldats tuent un infiltré palestinien près de la Bande de Gaza
    Jerusalem Post

    Des soldats de Tsahal lont tiré sur un palestinien armé et l'ont tué comme il essayait de s'infiltrer dans le Kibboutz Nahal Oz ,au sud de la Bande de Gaza a annoncé Kol Israël .

    Un autre infiltré s'est enfui deu lieu de l'attaque ratée.

    L'incident est arrivé deux heures environ après la voiture piégée contre l'autobus dans le Nord d'Israël qui a tué au moins 17 personnes.

  •  La voiture piégée "à rajouter au compte" du Djihad Islamique

    Les terroristes palestiniens du Djihad Islamique ont revendiqué l'attentat, rapporte la chaîne de télévision du Hezbollah, Al Manar.
    "Les Brigades de Jérusalem, branche militaire du Djihad islamique, ont revendiqué leur responsabilité dans cette opération dans un appel téléphonique à Al Manar", a annoncé la chaîne.

    Un responsable du cabinet du Premier ministre israélien Ariel Sharon a qualifié l'attentat de "nouvel et lâche acte de terrorisme de la part des Palestiniens, montrant une nouvelle fois que le meurtre et l'Autorité palestinienne sont indissociables".

    Tout ce qu'il reste de la voiture piégée est un morceau de métal déformé. Le véhicule, en explosant, a pulvérisé des corps dont les morceaux ont été projetés sur plusieurs centaines de mètres, couvrant toute la largeur de l'autoroute au bord de laquelle le bus était garé.

    Trois corps vêtus d'uniformes olive étaient étalés devant la carcasse du bus, entourés de secouristes et de soldats du génie chargés de s'assurer qu'il n'y avait pas d'autres bombes sur les lieux.

    Un témoin qui s'est rendu sur les lieux pour proposer son aide a fait état d'une déflagration très puissante.


    "Je n'ai pas pu m'approcher du bus, il était brûlant", a déclaré Ogen Drori, un employé médical. "Du personnel pénitentiaire est venu de la prison voisine. Nous avons commencé à nous occuper des blessés, il y avait parmi eux de nombreux soldats."
    La prison à laquelle il faisait référence est peuplée de terroristes Palestiniens responsables de nombreux meurtres d'Israéliens.

  • Les réactions...

    Peu après l'attentat, le porte-parole du gouvernement israélien, Avi Pazner, a accusé le président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat d'"encourager les organisations terroristes à poursuivre leurs attentats".
    "Cette atrocité prouve une fois de plus que l'Autorité palestinienne et Yasser Arafat font tout pour encourager les organisations terroristes à poursuivre leurs attentats", a déclaré Avi Pazner, porte-parole du gouvernement israélien.

    "Cette atrocité prouve une fois de plus que l'Autorité palestinienne et Yasser Arafat font tout pour encourager les organisations terroristes à poursuivre leurs attentats", a-t-il déclaré. "Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour défendre les habitants israéliens", a-t-il poursuivi.

    M. Pazner a refusé de dire si les autorités israéliennes avaient l'intention de donner leur feu vert à une opération militaire de grande envergure du même type que celle menée en Cisjordanie du 29 mars jusqu'au 10 mai.

    Des images de la télévision israélienne ont montré l'autobus totalement calciné d'où de la fumée continuait de s'échapper. Des pompiers s'employaient à éteindre les dernières flammes.

    Selon la radio publique, les policiers ont fouillé les ambulances arrivées sur place par crainte d'un nouvel attentat.

    Sur la chaussée, il ne reste pratiquement rien de la voiture piégée. Des débris ont été projetés sur des dizaines de mètres.

  • Explosion dans un autobus près d'Afula; au moins 17 morts

    Une énorme bombe a explosé près d'un autobus ce matin vers 7h30 (heure d'Israël) dans le secteur d'Afula et il y aurait au moins 17 morts et 55 blessés selon la 2e Chaine de TV.

    Les blessés dont 3 dans un état désesperé, ont été admis au Hillel Yaffe Hospital de Hadera.

    Lignes téléphoniques d'information pour les blessés :
    HaEmek Hôpital, Afula : 12-55-165
    Hillel Yaffeh Centre Médical, Hadera : 12-55-166

    La police confirme qu'une voiture piégée avec plus de 20kgs d'explosifs puissants a explosé à côté d'un autobus comme il a roulait sur la route de l'Oued Ara, près de la Jonction Megiddo.

    L'autobus, sur l'itinéraire 830, était parti de Tel-Aviv tôt ce matin avec comme destination Tiberiade. On pense que beaucoup de soldats étaient à bord, a dit un fonctionnaire de la société d'autobus Egged .

    Le Premier Ministre Ariel Sharon devrait convoquer son cabinet de sécurité mercredi matin pour discuter de la réponse d'Israël à l'attentat, un des massacre terroristes les plus dramatique dans les récents mois.

    "La scène a été très dramatique, c'est un incident avec un très grand nombre de victimes. C'est une voiture piégée qui a explosé près d'un autobus et le résultat était très, très sérieux," a dit le commandant israélien de la police du nord Yaakov Borovsky.

    Un témoin oculaire a dit que l'autobus brûlait toujours une heure après l'explosion, gênant les efforts pour sauver les blessés. Il a dit que la force de l'explosion avait renversé l'autobus.

    Borovsky a dit que bien que les détails soient toujours à l'étude, il était clair, que l'attaque a impliqué "une voiture piégée qui a éclaté à côté d'un autobus voyageant d'Afula à Hadera." Il a refusé de citer précisément des chiffres de victimes, mais a dit que le nombre total de victimes était "extraordinairement grand."

    La société d'autobus Egged a identifié l'autobus comme celui qui a quitté Tel-Aviv à 5h50, se dirigeant vers Tiberias sur la ligne 830.

    Megiddo, à quelques kilomètres du nord de la Rive occidentale, abrite une importante prison où sont détenus de nombreux Palestiniens. Les auteurs d'attentats-suicides sont souvent originaires du nord de la Rive Occidentale, Djénine notamment. Depuis le début septembre 2000, plus de 60 attentats-suicide ont été perpétrés en Israël.

    «Les terroristes palestiniens continuent de viser des civils israéliens», a commenté mercredi matin David Baker, un responsable des services du Premier ministre israélien Ariel Sharon. Cet attentat «montre que les Palestiniens n'ont pas l'intention de renoncer à leur campagne» de terreur, a-t-il ajouté.
     
    Selon l'agence de "presse"... Reuters... toujours bien renseignée... : « des témoins palestiniens à Djénine, de l'autre côté en Cisjordanie, ont dit avoir vu une épaisse fumée s'élever du lieu de l'attentat, situé dans un secteur habité par de nombreux Arabes israéliens

  • Un des terroristes bannis de Bethléem "accueilli" en Belgique.

    Exilé en Belgique, Halil Mohamad Abdallah Nawareh est un membre de bas niveau de la branche armée du Fatah. Et pas vraiment un "gros poisson" du terrorisme.
    J'espère qu'il ne souffre pas trop et que le gouvernement belge le protège. C'est tout ce que je demande. Sur les hauteurs de Daza, une petite colline située dans la périphérie de Bethléem, Maryan Ahmad Mahram passe son temps assise à côté du téléphone. Elle attend les appels de son fils Halil, envoyé en exil en Belgique après la levée du siège de l'Eglise de la Nativité le 10 mai. Ici, nous sommes tous affiliés au Fatah, explique-t-elle. Mon mari (décédé il y a vingt-trois ans, ndlr) en faisait également partie. Comme mes autres enfants. Ils se sont tous battus pour l'indépendance et Halil a poursuivi la même voie, je ne comprends pas ce qu'on lui veut.
    Selon les services de sécurité israéliens, Nawareh opérait sous les ordres d’Ibraham Abayat (alias «Abou Galif»). Il aurait notamment participé à des attaques de voitures de colons circulant sur les routes de Cisjordanie ainsi qu'à des tirs sur les appartements de Gilo, un quartier du sud de Jérusalem (annexé après la guerre des Six-Jours en 1967), situé à quelques centaines de mètres de Bethléem. En outre, le Shabak (la Sûreté générale) et l'Aman (le Renseignement militaire) l'accusent d'avoir été mêlé à l'assassinat d'au moins un Israélien. En tout cas, lorsque la sortie des 250 personnes enfermées dans l'Eglise de la Nativité durant 37 jours a été négociée, ces services l'ont classé dans la catégorie des «terroristes ayant du sang sur les mains», qui n'avaient pas d'autre alternative que d'être jugés en Israël ou d'être bannis à l'étranger.
    Ouvrier maçon peu éduqué (il a abandonné les études à la fin des années 80, durant la première intifada), Nawareh est aujourd'hui considéré comme un «héros de la Palestine» à Bethléem. Comme pour les 12 autres bannis et les 26 Palestiniens envoyés en «exil intérieur» dans la bande de Gaza, son portrait orne dorénavant la façade de nombreux commerces de la ville. Pourtant, avant son «fait d'armes», l'exilé ne passait pas vraiment pour un élément de pointe du Fatah. Encore moins pour combattant de première valeur. Plutôt comme un suiveur (il traînait dans l'entourage des membres de la famille Abayat) beaucoup plus intéressé par le football, par ses séances d'entraînement au club de body building ou il venait de s'inscrire, et par sa Golf d'occasion (elle a été incendiée par Tsahal avant son départ de la ville) que par l'action politique.
    Dernier né d'une famille de sept garçons et de quatre filles, l'exilé ressemble en fait à la plupart de ces jeunes Palestiniens que l'on croise à Bethléem, à Ramallah, à Gaza-city ou ailleurs. Pour lui comme pour nous tous, tirer sur des Israéliens fait partie du combat quotidien contre l'occupation, explique Nasser H., l'un de ses amis devenu guide touristique. C'est tout simplement l'intifada. Une guerre est une guerre, non? Il n'y a rien de mal à défendre sa terre. Et de poursuivre : Des gens comme Halil, il y en a des centaines. Ici, tout le monde à une arme à la maison. Depuis que les Israéliens (il dit «les Juifs», ndlr) ont évacué la ville, beaucoup d'entre nous ont acheté une nouvelle arme puisque l'on en trouve comme on veut, malgré le bouclage. D'une manière ou d'une autre, nous avons tous ouvert le feu sur Gilo. Le fait que Halil soit exilé en Belgique ne changera pas le fait que cela recommencera à un moment ou à un autre.
    En réalité, Halil Mohamad Abdallah Nawareh correspond parfaitement au type de «terroriste» que le gouvernement voulait accueillir en Belgique : un combattant mais pas un «trop dangereux» pour éviter les ennuis avec Israël (qui veut toujours demander son extradition) et avec les organisations palestiniennes (qui auraient pu exiger sa libération en menaçant de commettre des attentats). Quoi qu’il en soit, la mère du banni va bientôt demander l'autorisation de se rendre à Bruxelles pour rencontrer son fils. Il n'est pas sûr qu'elle l'obtiendra.
    Merav Lipner
    Correspondant israélien de Copyright © REGARDS 2002
    .  

  • Les auteurs de l’attentat du Park Hôtel avaient planifié d’utiliser du cyanure
    Arié Bender, Yoav Limor, Elie Kamir (Maariv)

    C’est ce qu’a déclaré hier le chef des Renseignements militaires israéliens, le général Aharon Farkach, devant la Commission des Affaires étrangères et de l a Défense. Les terroristes, a-t-il affirmé, ont dû renoncer à l’utilisation du poison en raison d’une “ panne ” de dernière minute. Selon le général Farkach, le Hamas et le Fatah tentent à tout pris de perpétrer une série d’attentats d’envergure en Israël sur le modèle de l’attentat du Delphinarium ou de celui du dépôt de carburant de Pi Glilot, et ce, afin de causer un maximum de pertes du côté israélien. S’ils se concrétisent, a-t-il ajouté, cela produirait en Israël un effet jamais connu jusque là.
    Le chef des Renseignements militaires a également souligné que Yasser Arafat et l’Autorité palestinienne ne faisaient absolument rien pour réduire à néant l’activité terroriste dans les territoires. La passivité d’Arafat, a-t-il précisé, encourage les organisations terroristes à poursuivre leurs actions, y compris l’envoi de kamikazes en territoire israélien.
    Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères israélien Shimon Pérès a confié au secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, qu’il est impératif de réunir au plus vite un Sommet régional, car les menaces d’attentats d’envergure se multiplient en Israël, et que tout “ partira en lambeaux ” si l’une d’entre elles se traduit dans les faits.


Juin 2002
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30