Accueil de Desinfos
Kol Israël en différé - bulletin de 17h30 en français, ( heure de Paris)
Kol Israël en continu et en français, à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)
Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
RECHERCHER
(par exemple)

 

téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Jeudi 16 Mai 2002 - 5 Sivan 5762
  • 64 % des Israéliens ne font pas confiance à Nétanyahou, alors que 72 % croient en Sharon

    Sever Plotzker (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Les milieux politiques israéliens et étrangers se trompent lorsqu’ils affirment que l’opinion israélienne s’est radicalisée et a adhéré aux positions traditionnellement “ faucons ” de la droite. Ce phénomène ne s’est pas produit. Ce qui s’est passé, c’est un déplacement vers la droite des groupes modérés de la Gauche, et un déplacement vers la gauche de la Droite. Ces deux camps se sont libérés de leurs schémas de pensée traditionnels et ont mis de côté leurs propres vaches sacrées. La droite “ recentrée ” a accepté l’idée de partage d’Eretz Israël en deux Etats pour deux peuples, un Etat palestinien aux côtés de l’Etat d’Israël. Pour sa part, la gauche “ recentrée ” a reconnu la nécessité d’en finir avec le régime irréaliste et terroriste de Yasser Arafat et de reprendre le processus de paix à zéro.
    La baisse de Nétanyahou dans les sondages s’explique de plusieurs façons. Certains estiment que c’est à des fins personnelles, et non pas pour le bien de l’Etat, que Nétanyahou a tenu à mettre aux voix sa proposition contre la création de l’Etat palestinien. Aussi brillant soit-il, Nétanyahou n’a pas su lire les aspirations politiques de l’opinion israélienne d’après l’Intifada. Comme le montrent les résultats du sondage, les Israéliens n’ont que faire de l’Etat palestinien qui ne leur font pas peur. 72 % d’entre eux sont persuadés qu’un tel Etat verra le jour et 63 % se prononcent en faveur de la reconnaissance de cet Etat par Israël dans le cadre d’un accord de paix.
    Par contre, les Israéliens ne veulent pas d’Arafat qui menace à leurs yeux l’existence même d’Israël.
    La négation d’Arafat est un élément central de la politique de Sharon vis-à-vis des Palestiniens, et il l’applique dans la réalité, en Israël, dans les territoires, et aux Etats-Unis. Ainsi, la lutte acharnée et ouverte de Sharon contre Arafat lui accorde une force et une supériorité sans précédent.
    La même chose qui, chez Nétanyahou, le faisait passer pour un opportuniste dénué de tout principe, et qui, chez Barak, était considéré comme du dédain chez un homme politique qui excellait dans les zigzags, passe chez Sharon pour du réalisme politique. L’opinion israélienne a approuvé le lancement de l’opération “ Rempart ” ainsi que son arrêt ; elle s’est prononcée en faveur du siège du Q.G. d’Arafat, ainsi que de sa levée ; elle a souscrit à l’opération à Gaza, et a approuvé son annulation, si telle était la décision de Sharon. Le Premier ministre bénéficie d’un chèque en blanc alors que Nétanyahou est réprimandé et que Pérès fait l’objet de rires moqueurs.
  • Le Commandant de Tsahal : Arafat et l'Autorité Palestinienne contrôlent toujours les territoires
    Amos Harel, Correspondant d'Ha'aretz

    Le commandant deTsahal, Yitzhak Eitan, a dit mercredi après-midi que l'Autorité Palestinienne fonctionnait toujours et avait le contrôle de la Rive occidentale malgré l'Opération "Rempart" menée par Israël.

    Eitan a dit aux journalistes que "partout dans les territoires ... les ordres d'Arafat sont exécutés." Eitan a ajouté que "ce qui été prouvé pendant les négociations sur l'impasse à l'Église de la Nativité où un accord a été seulement trouvé qu'avec l'approbation d'Arafat."

    Eitan a aussi dit que depuis que l'Opération "Rempart" a fini il y a trois semaines, 20 Palestiniens ont été arrêtés sur le chemin d'attentats-suicide à l'intérieur d'Israël .

    Malgré qu'Arafat contrôle toujours les territoires, des sources de Tsahal a dit mardi que la critique d'Arafat par des Palestiniens est maintenant beaucoup plus dure que cela a jamais été depuis que l'Autorité Palestinienne a été établie en 1994.

    Néanmoins, ils ont dit, que cette critique ne semble pas poser une menace sérieuse à l'autorité d'Arafat.

    Les sources ont noté que la critique, qu'ils ont attribuée aux effets de l'Opération "Rempart", est maintenant plus ouverte que jamais auparavant et peut même s'entendre aux niveaux les plus hauts de l'AP. De plus, elle vient de plusieurs directions différentes : des mouvements Islamiques qui élèvent une objection à l'appel d'Arafat d'une halte provisoire aux attentats-suicide; des organisations politiques diverses qui ont dénoncé son consentement à l'emprisonnement des meurtriers d'ancien ministre Rehavam Ze'evi et à l'expulsion des hommes armés, cachés dans l'Église de la Nativité de Bethléem ; et aussi le grand public palestinien qui le tient responsable de la destruction à grande échelle causée par l'Opération "Rempart" dans la Rive occidentale.

    La tournée d'Arafat dans plusieurs villes de la Rive occidentale lundi a été un échec, ont dit les sources , avec seulement quelques centaines de personnes sortant pour l'accueillir. Dans le camp de Djénine, le Hamas et les activistes du Fatah ont menacé de ne pas laisser le gouverneur de la ville entrer dans le camp pendant la visite projetée d'Arafat, en raison du fait qu'il s'était enfui en Jordanie pendant l'assaut de Tsahal. En conséquence, Arafat a annulé la visite.

  • Le Shin Bet a frappé la cellule qui était derrière l'attaque de l'Hôtel de Parc
    Amos Harel, Correspondant d'Ha'aretz

    Tsahal et les services de sécurité du Shin Bet ont arrêté ou ont tué presque toute la cellule terroriste du Hamas de Tulkarem qui était responsable de l'attentat-suicide de la nuit du Seder à l'Hôtel du Parc à Netanya le 28 mars, dans lequel 29 personnes ont été tuées et 150 ont été blessées.

    Les enquêtes à Netanya ont révélé que c'était la même cellule qui était aussi derrière un attentat-suicide au marché de Netanya le 4 mars 2001 dans lequel 3 personnes avaient été tuées et 55 blessées et dans un troisième attentat à Netanya le 18 mars 2001, dans lequel cinq personnes ont été tuées et 74 blessées.

    Le leader de la cellule Abbas Said a été arrêté avec plusieurs autres membres de la cellule pendant l'incursion de quatre jours dans Tulkarem début Mai. Said est entré dans la clandestinité après l'élimination d'un membre dirigeant de la cellule, Fuaz Badran, en juillet de l'année dernière et d'Amar Hadari, un fabricant de bombes, le mois suivant.

    Après l'élimination de Badran et Hadari, le Shin Bet a arrêté plusieurs des personnes reliées à la cellule de Tulkarem après avoir obtenu le renseignement que c'était deux des terroristes-suicide de la cellule, Abed Ouda et Nidal Kalk devaient effectuer d'autres attaques. Leurs noms avaient été remis à l'Autorité Palestinienne, mais elle n'a rien fait pour les arrêter et les empêcher de réaliser leurs plans. Ouda a effectué l'attaque d'Hôtel du Parc et Kalk a été arrêté pendant l'Opération "Rempart".

    En janvier cette année Shin Bet avait reçu une information selon laquelle des agents du Hamas à Naplouse avaient réussi à transférer une bombe à la cellule de Tulkarem. En mars le Shin Bet a réussi à rssembler une projection partielle de l'attaque future, mais les détails étaient insuffisants. Le jour de l'attentat ils ont reçu l'information du moment projeté de l'attentat, mais pas de l'emplacement et la police a échoué à appréhender le terroriste.

    Selon l'enquête du Shin Bet, Ouda a été transporté à Netanya dans une voiture avec des plaques d'immatriculation israéliennes conduite par Fathi Hatziv, un activiste du Hamas de Kafr Kafin, qui a été arrêté au commencement l'Opération "Rempart". Ouda était déguisé en femme et portait une carte d'identité israélienne.

    Le Shin Bet assure que Said a révélé pendant son interrogatoire que l'attentat de l'Hôtel du Parc avait été projeté depuis longtemps, mais qu'il avait gelé les plans de l'attentat pendant plusieurs mois. Cependant quand il a vu que le Fatah effectuait des attaques à l'intérieur d'Israël et qu'Yasser Arafat n'avait pas donné l'ordre d'arr^ter ces attaques il a décidé d'agir. Il a dit au Shin Bet qu'il avait reçu 10 à 13,000 $ par mois pour financer ses opérations depuis le quartier général du Hamas à Damas et qu'il croit que l'argent est venu des Etats-Unis ou de l'Europe.

  • Israël annonce la découverte d'un tunnel entre Rafah et l'Egypte
    Reuter-Jérusalem

    L'armée israélienne a annoncé que ses troupes avaient découvert dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, un tunnel sophistiqué servant à faire passer des armes provenant d'Egypte.

    Equipé de lignes électriques et téléphoniques et d'un chariot destiné à transporter des armes et des personnes, ce boyau long de 250 mètres était caché sous une maison civile proche de la frontière avec l'Egypte, a déclaré le colonel Shlomo Dagan à la radio militaire israélienne.

    Il a fallu une fouille poussée pour découvrir l'entrée du tunnel, que l'armée a fait exploser, a-t-il précisé.

    Selon lui, le réseau de tunnels qui relie le camp de Rafah à l'Egypte est le principal point de passage utilisé pour le trafic d'armes à destination de l'Autorité palestinienne.

    Il n'y a pas eu de réaction palestinienne officielle mais des sources palestiniennes avaient signalé que Tsahal avait fait sauter une maison du camp de Rafah lors d'une opération mercredi matin.

    L'armée israélienne a détruit des dizaines de maisons cachant, selon elle, des tunnels servant au trafic d'armes ou utilisées comme protections par les tireurs palestiniens visant les soldats patrouillant le long de la frontière voisine.

    Tsahal ajoute que ces maisons ont été construites illégalement dans une zone de sécurité israélienne et que la plupart ont été abandonnées par leurs propriétaires, en raison des combats qui font rage quasiment toutes les nuits dans la région de Rafah.

    Les Palestiniens affirment de leur côté que des centaines de personnes se sont retrouvées sans abri en raison de ses démolitions.

  • Découverte d'un tunnel reliant Rafah à l'Egypte

    RAFAH, Bande de Gaza (AP)
    - L'armée israélienne a annoncé avoir découvert dans le camp de réfugiés de Rafah (Bande de Gaza) un tunnel passant sous la frontière égyptienne et qui était utilisé pour faire passer des armes et de la drogue.

    Ce tunnel descend jusqu'à 20 mètres sous terre, et les soldats en ont découvert au moins sept de même type en deux semaines le long de la frontière entre Gaza et l'Egypte.

    Les journalistes escortés par les militaires ont pu voir mercredi la petite entrée de ce passage, dans une petite maison située à une centaine de mères de la barrière marquant la frontière égyptienne. Ce tunnel, auquel on accèdait par un puits étayé de planches de bois, était équipé, avec un téléphone, des fils électriques, un câble d'acier actionné par un treuil et un moteur. Les ingénieurs de Tsahal ont ensuite fait sauter ce tunnel.

    Toujours selon Tsahal, les autorités égyptiennes se sont montrées coopératives pour fermer ces tunnels

Un soldat israélien rampe dans un tunnel creusé par des Palestiniens entre une maison de Rafah, dans la bande de Gaza, et l'Egypte, découvert par l'armée israélienne. Tsahal a fait sauter le tunnel et la maison. /Photo prise le 15 mai 2002 /Dani Sholomon REUTERS

  • La Ministre Roselyne Bachelot a parlé de sa postion par rapport au Premier ministre israélien, Ariel Sharon dans Marianne du 4 au 10
    février.

    La députée du Maine-et-Loire (Angers nord) avait déclaré qu'Ariel Sharon « est le boucher de la paix. Il mériterait d'être traîné devant un tribunal international s'il existait ». Au-delà de cette position, la présidente du Groupe d'amitiés France-Irak à l'Assemblée nationale, a persisté et signé :« Sharon s'est engagé dans une stratégie d'élimination des Palestiniens, une stratégie de génocide ».

    Voici ce qu'écrit Martin Perez dans Actualité juive ce jour
    En choisissant Roselyne Bachelot comme porte-parole de sa campagne Présidentielle, Jacques Chirac a fait appel à une "vieille amie" des réseaux pro-arabes du RPR. Connue surtout du grand public pour son mlilitantisme en faveur du PACS et des gays,; Roselyne Bachelot est d'abord une fervente admiratrice des dictatures arabes. A l'Assemblée nationale, elle cumule les
    titres de présidente du Groupe d'Etudes France-Irak, de vice-présidente du Groupe d'amitié France-Syrie, de vice-présidente de l'Association Parlementaire Euro-Arabe et de vice-présidente du Groupe d'études sur les territoires palestiniens. Elle se déclare volontiers "amoureuse" de la Syrie, depuis l'époque où elle a appris l'arabe à l'université. Enfin elle compte parmi ses très proches amies, Souha Arafat, qu'elle rencontre régulièrement à Paris.

    Selon le journal libanais Almustakbal du 14 avril, Souah Arafat, dans une interview accordé au magazine saoudien Almajala, encourage les attentats-suicides contre Israël.

    Voici une citation de cet article: “Souha déclare: l'opposition constitue un droit légitime pour chaque peuple occupé, et les attentats-suicides sont inséparables de ce droit”. En réponse à la question: si vous aviez un fils, seriez-vous prête à ce qu'il soit un kamikaze?, Souha a répliqué: “est-il un sort plus glorieux que de mourir pour Allah?”. Elle a en outre demandé aux dirigeants arabes de soutenir la 'lutte palestinienne', en soulignant qu'elle était certaine de 'la victoire'.


Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31