Accueil de Desinfos
Kol Israël en différé - bulletin de 17h30 en français, ( heure de Paris)
Kol Israël en continu et en français, à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)
Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
RECHERCHER
(par exemple)

 

téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mercredi 15 Mai 2002 - 4 Sivan 5762
  • Extrait d'un éditorial de Thomas Friedman (New-York Times)
    [ De mieux en mieux .... Sacré Rouleau ... F. L. ]

    « Je viens de suivre une conférence de médias arabe et j'étais sur la tribune avec Eric Rouleau, l'ancien correspondant au Moyen-Orient du Monde Diplomatique, qui a dit il avait récemment parlé à quelques généraux français qui lui auraient dit : "ce qu'Israël a fait à Djénine est pire que tout ce que la France a fait pendant la guerre d'Algérie."

    Un million d'Algériens ont été tués dans cette guerre et deux millions ont perdu leur foyer.

    Jusqu'ici 60 corps ont été récupérés à Djénine, beaucoup d'entre eux des hommes armés. Vous faites le calcul.»

  • Le Roi de Jordanie : «Arafat ne souhaite pas mettre un terme au terrorisme »
    Roni Shaked, Itamar Eichner (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat devrait prononcer aujourd’hui un discours sur les réformes qu’il entend entreprendre au sein de l’Autorité palestinienne. Il devrait s’exprimer ce matin devant l’assemblée du Conseil législatif palestinien.
    Par ailleurs, le Roi de Jordanie Abdallah a vivement critiqué le leader palestinien pendant sa visite à Washington. « Arafat ne contrôle rien et ne souhaite pas mettre un terme au terrorisme » a-t-il dit. « Il (Arafat) a déçu le peuple palestinien et le monde arabe. » a-t-il encore ajouté devant les membres de la Commission des Affaires étrangères du Sénat et de la chambre des Représentants.

  • La guerre de succession
    Roni Shaked (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Même si l’on n’en parle pas ouvertement au sein de l’Autorité palestinienne, la guerre de succession a bel et bien débuté. Des camps se forment, des coalitions s’établissent pour pouvoir succéder au raïs le jour venu.

    3 camps essentiels s’opposent :
    • La nouvelle Troïka

    Menée par Mohamed Dahlan, le chef de la sécurité préventive à Gaza, elle est composée également d’Abou-Mazen, le n°2 de l’OLP, et de Mohamed Rashid, le conseiller financier d’Arafat.
    Dahlan a considérablement renforcé son statut politique durant l’opération Rempart où le président de l’Autorité palestinienne était confiné dans son QG. C’est alors Dahlan qui dirigeait les « affaires » de l’Autorité palestinienne.

    • Le camp des « jeunes »

    Il est composé de Jibril Rajoub, le chef de la Sécurité préventive en Cisjordanie et de personnalités issues de la « direction de Tunis » tels que Yasser Abed Rabo et Nabil Chaat’. Contrairement à Dahlan, Rajoub est sorti affaibli de l’opération Rempart où il avait été accusé d’avoir « cédé » aux Israéliens et d’avoir agi contrairement aux instruction du raïs.

    • Le camp parlementaire

    En tête figure Abou Ala, le président du Conseil législatif palestinien. Selon la constitution palestinienne, c’est lui qui devrait légalement succéder à Arafat en cas de décès de ce dernier. Il serait alors nommé président de l’Autorité palestinienne pour une période de 60 jours, au terme desquels de nouvelles élections auraient lieu.

  • Tsahal découvre un nouveau tunnel servant a faire de la contrebande d'armes près de Rafah, à la frontière de Israëlo-Egyptienne

    L'armée israélienne a légèrement pénétré ce matin dans le secteur autonome de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza: des soldats, appuyés par quatre chars et un bulldozer, sont entrés jusqu'à environ 200 mètres à l'intérieur de Rafah, et ont procédé à des perquisitions, a-t-on appris de source sécuritaire palestinienne.

    La veille, deux Palestiniens avaient été légèrement blessés par des tirs israéliens dans le secteur de Rafah, ville frontière avec l'Egypte. Un porte-parole de Tsahal a de son côté fait état de tirs palestiniens contre Névé Dekalim, proche de Rafah, qui n'ont pas fait de blessé. Selon une source militaire, deux obus de mortier ont d'autre par été tirés mardi soir contre le bloc du Goush Katif, toujours dans la même région, endommageant une maison.

    Enfin, cette source a aussi indiqué que Tsahal avait découvert à Rafah un tunnel creusé sous la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza servant notamment au trafic d'armes et de drogue.

  • Arafat s'adressera au Conseil Législatif sur des réformes internes de l'Autorité Palestinienne
    Par Lamia Lahoud - Jerusalem Post

    Le président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat s'adresseraau Conseil Législatif palestinien à Ramallah aujourd'hui, pour la première fois depuis que Tsahal a levé le siège autour de son cbureau dans la ville.

    On s'attend à ce qu'il parle aux membres de conseil de réformes dans l'Autorité Palestinienne et ses services de sécurité, a dit.l'ancien MinistreNabil Amr. Le conseil prendra des dispositions pour une conférence vidéo avec des membres dans la Bande de Gaza.

    Appeller à des réformes devient de plus en plusurgent.

    Le membre de Conseil Hatem Abdul Qader a dit que le Fatah prépare un plan qui limiterait les pouvoirs d'Arafat en nommant un Premier ministre et en limitant le cabinet à 15 membres. Dans un interview avec le quotidien londonien Al-Hayat, Abdul Qader a dit que le document du Fatah servira comme directive pour les réformes internes.

    "Arafat devra liaisser quelque chose de son autorité mais... Arafat comme chef, le commandant et le symbole politique est important, fondamental et un élément essentiel," a-t-il dit. Abdul Qader a suggéré qu' "un coordonnateur" ou un Premier ministre soient nommé pour surveiller les contacts avec le Parlement palestinien.
    Les Etats Unis et des États arabes font pression pourque des réformes décentraliseraient le processus décisionnel de l'Autorité Palestienne et exigeraient qu'Arafat fusionne ses services de sécurité dans un ou deux corps puissants qui peuvent imposer l'autorité de la loi et empêcher le terrorisme.

    Le Chef de Sécurité Préventive dans la Bande de Gaza Muhammad Dahlan et le Chef de Sécurité Préventive dela Rive occidentale Jibril Rajoub auraient chacun rédigé leurs propres suggestions pour reformer les services de sécurité.

    Le directeur de la C.I.A. George Tenet viendra bientôt dans la région pour aider l'AP à reconstruire leurs services de sécurité.

    Dahlan suggère de créer deux services - un pour la sécurité interne et un pour la sécurité externe - basé sur le modèle des Etats Unis du FBI et de la C.I.A..

    Le conseiller d'Arafat, Bassam Abu Sharif appelle à de nouvelles élections, mais il veut des élections générales et des élections municipales.

    Il a dit au Jerusalem Post hier qu'il va créeer un nouveau parti palestinien qui fera appel aux Palestiniens qui ne sont pas satisfaits de la conduite des mouvements palestiniens comme le Fatah et le Hamas.

    Abu Sharif a dit que son parti s'adressera au chômage en soutenant une économie de marché et des projets de créer des emplois. Il appelle à un pouvoir judiciaire indépendant et l'égalité devant la loi - incluant Arafat.

    Il a dit que son parti soutient un accord de paix avec Israël basé sur les Résolutions 242 et 338 de l'ONU, la vision des Etats Unis de deux états côte à côte dans des frontières sûres et l'initiative Saoudienne de paix, qui appelle à un retrait aux lignes de 1967 en échange de la pleine normalisation.

    La résolution de la question des réfugiés n'a pas besoin d'être un préalable pour atteindre à un accord sur un état palestinien, a-t-il ajouté. La question des réfugiés peut être résolue par un comité multilatéral, prenant en considération les besoins des Palestiniens et les craintes d'Israël.
  • Akko (Saint-Jean d'Acre) sera inscrit au patrimoine mondial le 21 mai

    Lors d'une cérémonie, le 21 mai, la ville d'Akko (Saint-Jean d'Acre) sera inscrite au patrimoine du monde au cours d'une cérémonie officielle. En octobre 2001, la Vieille ville d'Akko et le parc national de Massada avaient été enregistrés comme appartenant au patrimoine international lors d'une conférence spéciale de la commission du patrimoine mondiale de l'UNESCO. Ce sont là les premiers sites israéliens à être inclus dans cette liste.

    Au plan pratique, un tel choix implique une reconnaissance internationale du lieu comme destination touristique préférentielle, des fonds budgétaires pour le développement de projets divers, l'épanouissement du tourisme régional, les visites d'historiens, d'archéologues et d'architectes, l'organisation de conférences et d'ateliers par l'UNESCO, et enfin la reconstruction et la protection du site.

    L'antique Akko est une cité historique d'un intérêt universel. Diverses influences - croisées, ottomanes, européennes – sont sensibles dans l'architecture locale, qui porte la marque d'influences ethniques pluriculturelles. La population d'Akko, qui inclut des musulmans, des juifs, des chrétiens et des membres de la secte Bahaï, peut donner une leçon instructive sur les interactions entre l'occident et l'orient, l'ancien et le nouveau, tant au plan culturel qu'au plan architectural.

    Akko viendra ainsi s'ajouter aux 102 sites du Proche-Orient figurant sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. La société pour le développement du vieil Akko a décrété que le 21 mai, Akko serait officiellement placé sur la liste de l'UNESCO. Ce jour sera marqué par des visites, des ateliers, et des conférences. Il se terminera par une cérémonie officielle à laquelle participera le ministre de l'Education Limor Livnat.
    Napoléon Bonaparte, qui tentait de faire une percée sur la côte méditerranéenne à partir de sa base égyptienne, fut arrêté par les Britanniques à Acre, en 1799.
    On raconte que Napoléon entra un jour dans une synagogue le jour de Tisha BeAv. Il vit des Juifs assis à même le sol dans l'obscurité, pleurant à chaudes larmes. Il s'enquit de la cause de leur peine et on lui répondit qu'ils pleuraient la destruction de Jérusalem. "Cela s'est produit quand ?" demanda-t-il. "Voilà deux mille ans", lui fut-il répondu. "Un peuple qui se souvient de sa terre durant deux millénaires, finira bien par y retourner", prophétisa alors l'empereur.

  • Après l'attaque dont il a été victime avec son garde du corps, le ministre de l'Autorité Palestinienne, Hassan Asfour déclare que c'était un "'acte répugnant ayant comme but d'inciter à une guerre civile "
    Haaretz

    Un matraquage sans précédent sur un Ministre siégeant au Cabinet palestinien, apparemment par des Palestiniens, a mis au jour des perspectives de lutte violente pour le pouvoir interne au milieu du mécontentement face au régime de Yasser Arafat.

    Cinq hommes masqués ont agressé le Ministre Hassan Asfour à l'extérieur de sa maison dans Ramallah lundi soir tard, le battant avec un club, lui cassant un pied et un bras et le blessant à la tête.

    Étant couché dans un lit d'hôpital Ramallah avec son pied droit dans un plâtre jusqu'à la hanche, un autre plâtre sur son bras droit et un bandage couvrant son crâne, Asfour a laissé entendre que l'attaque pourrait faire partie d'une lutte interne pour le pouvoir.

    "C'est un acte ayant comme but d'inciter à une guerre civile," a dit Asfour. Personne n'a revendiqué l'attaque.

    Dans une déclaration, l'Autorité Palestinienne a condamné l'attaque sur Asfour et a appelé à l'arrestation des attaquants.

    En cherchant une explication, les Palestiniens ont indiqué les liaisons d'Asfour avec un chef de la sécurité et avec Arafat.

    Asfour est un allié clef de Mohammed Dahlan, le chef de la sécurité palestinienne dans la Bande de Gaza qui est donné comme successeur possible d'Arafat.

    Le principal rival de Dahlan est Jibril Rajoub, le chef de la sécurité dans la Rive occidentale. les deux sont engagé dans une lutte pour le pouvoir en coulisses depuis des années.

    Quelques analystes palestiniens ont dit que les alliés de Rajoub pourraient être derrière l'attaque dans une tentative de discréditer Dahlan, qui a essayé d'augmenter son influence dans la Rive occidentale. Asfour, un des alliés les plus proches de Dahlan dans la Rive occidentale, a récemment donné le bureau de Dahlan pour son quartier général de la Rive occidentale.

    Interrogé sur cette rivalité, le Ministre palestinien de l'information Yasser Abed Rabbo a dit, "Nous leur avons dit qu'ils doivent se tenir silencieux et qu'ils doivent diriger leurs efforts pour la reconstruction des services qui ont été détruits par les forces israéliennes," une référence à l'opération israélienne qui vient juste de s'achever après six semaines dans la Rive occidentale, dans laquelle les bureaux des ministère palestiniens dans le centre administratif de Ramallah ont été anéantis.

    Dahlan et Asfour, qui ont passé des années dans les prisons israéliennes, parlent l'hébreu couramment et ont été parmi les négociateurs palestiniens clefs au sommet de Camp David avec Israël en 2000.

    Depuis lors, ils ont participé fréquemment aux pourparlers de coordination de sécurité avec les Israéliens et les fonctionnaires Américains.

    Cependant, les Palestiniens indiquent qu'il y a d'autres raisons possibles à l'attaque.

    Asfour a aidé à négocier la fin des sièges israéliens dans Ramallah et Bethléem pendant les deux semaines passées , y compris l'exil de 13 palestiniens accusés de terrorisme qui étaient cachés dans l'Église de la Nativité à Bethléem. Ils ont été amenés à Chypre vendredi comme contrepartie pour arrêter le siège israélien de cinq semaines.

    L'accord a entrainé une grande colère parmi beaucoup de Palestiniens, qui l'ont considéré une trahison. C'était la première fois qu'un leader palestinien avaient approuvé l'expulsion de Palestiniens.

    Aussi, quelques Palestiniens ont dit que l'attaque pouvait aussi faire partie d'une dispute impliquant un honneur de famille.

    Mais la plupart des spéculations proches d'Asfour le relie avec Dahlan et Arafat.

    Quand Israël a fait le siège du quartier général d'Arafat le 29 mars, Dahlan et Asfour étaient parmi les trois seuls Palestiniens à être autorisés par les Israéliens, à entrer et sortir à volonté . Le troisième était le conseiller économique d'Arafat, Mohammed Rashid.

    L'attaque survient au milieu de la colère grandissante contre la direction palestinienne. Des Palestiniens ont appelé aux réformes de la direction, qui est largement considérée comme corrompue. Les enquêtes conduites par des sondages d'opinion des Palestiniens ont successivement reflété le mécontentement face à l'administration d'Arafat.

    Les Etats-Unis ont appuyé cet appel. Israël, allant plus loin, a exigé des réformes comme condition pour la reprise des pourparlers de paix.

    En s'adressant à la Knesset mardi, le Premier Ministre israélien Ariel Sharon a dit, "Il ne peut y avoir aucune paix avec un régime terroriste corrompu qui est pourri et dictatorial."

  • Une des informations que "Le Monde" n'a pas publiée :

    A Naplouse, le 13 mai, Arafat lors de sa "première" sortie a proclamé que les Palestiniens étaient prêts à sacrifier des "millions de martyrs pour Jérusalem".

  • Arno Klarsfeld est inculpé de diffamation publique, tous au tribunal

    Venez nombreux avec vos amis

    Jeudi 16 mai 2002 a 13h00
    Au tribunal de grande instance 17ème chambre
    Palais de Justice 4 boulevard du Palais 75001 Paris
    Métro : Cité / parking palais de justice

    Rendez-vous directement à la 17eme Chambre.

    Arno Klarsfeld est inculpé de diffamation publique

    Au cours d’une émission de télévision à Canal+ le 21/01/2001

    Arno a déclaré :
    “le MRAP ? N’est-ce pas une association sous laquelle on a crié " mort au juifs " il n’y a pas longtemps "

    le MRAP a porté plainte
    c’est pourquoi nous serons tous aux cotés d’Arno le jeudi 16 mai 2002 à 13h00

  • Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) avait "déploré" mardi de n'avoir pas reçu de réponse du ministère de l'Intérieur auquel il avait demandé "d'annuler le rassemblement provocation" en soutien à Tsahal dans la salle de spectacle parisienne du Bataclan.

    La réunion de solidarité du LIBI avec les blessés de Tsahal s'est déroulée normalement avec une nombreuse assistance.


Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31