Accueil de Desinfos
Kol Israël en différé - bulletin de 17h30 en français, ( heure de Paris)
Kol Israël en continu et en français, à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)
Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
RECHERCHER
(par exemple)

 

téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mardi 14 Mai 2002 - 3 Sivan 5762
  • Pas de paix avec le "régime terroriste corrompu", dit Sharon

    Ariel Sharon a déclaré devant la Knesset que la paix avec les Palestiniens ne serait pas possible tant que ceux-ci resteraient dotés d'un "régime terroriste corrompu".

    Le Premier ministre israélien s'adressait au parlement 48 heures après avoir été désavoué par le comité central de son parti, le Likoud, qui a rejeté toute idée de création d'un Etat palestinien.

    Sharon, qui avait accepté l'idée d'un tel Etat avec de multiples conditions, n'est pas revenu sur la question durant son intervention.

    Mais il a déclaré: "Il ne peut pas y avoir de paix avec un régime terroriste corrompu qui est pourri et dictatorial. Il faut une Autorité (palestinienne) différente.

    "Quand nous verrons comment les Palestiniens bâtissent leur société et leur gouvernement autonome, quand nous constaterons qu'ils veulent vraiment la paix, nous pourrons avancer vers des discussions sur la nature d'accords permanents entre nous."

    "Nous n'avons pas fini le travail. Notre combat contre le terrorisme continue. Il n'y a pas et il n'y aura pas de tanière pour les terroristes, leurs soutiens et leurs complices", a-t-il dit.

  • Relations scientifiques franco-israéliennes au beau fixe, selon responsables israéliens

    La situation actuelle en Israël n'a eu aucun impact sur les relations
    scientifiques entre la France et Israël, ont assuré lundi des responsables israéliens en visite à Paris.

    "Les rapports entre scientifiques des deux pays sont indépendants de la situation politique", a estimé le directeur général du ministère israélien des sciences David Lefler au cours d'un point de presse.

    L'Association franco-israélienne de recherche scientifique et technologique (AFIRST) dispose d'un budget annuel de 2 millions de dollars, financé à parts égales entre les deux pays. "Il s'agit de donner un premier coup de pouce à des études scientifiques communes, qui peuvent bénéficier par ailleurs de financements autres, notamment européens", a indiqué M. Lefler.

    Des recherches communes sont ainsi menées dans les domaines de la thérapie génique, où un programme est en passe d'aboutir à des expériences cliniques, du génome des plantes (production de matériel génétique innovant, ouverture de consortium internationaux...) et dans la chimie fine.

    Dans le domaine spatial, un accord a été conclu en 1994 pour des recherches communes dans le domaine des satellites de télédétection, a rappelé le directeur général de l'Agence spatiale israélienne (ISA) Aby Har-Even.
    Israël, qui a eu souvent recours à des lanceurs russes Soyouz, souhaite d'autre part continuer d'utiliser la fusée européenne Ariane pour ses satellites les plus gros, a ajouté le responsable de l'ISA.

    M. Har-Even a indiqué qu'il avait eu des entretiens en ce sens à Paris avec les dirigeants du Centre national d'études spatiales (CNES). Un satellite de télécomunication israélien (Amos) a été lancé en mai 1996 par une fusée
    Ariane et un deuxième (Amos-II) figure dans le carnet de commandes de la société Arianespace.

  • Les anti-israéliens primaires s'affichent

    Ce matin sur le quai d'Aulnay Sous-Bois dans les 93, des affiches placardées demandaient de nouveau, aux " franciliens" de manifester ce soir devant "le Bataclan " où est organisé une soirée de soutien en l'honneur du Yom Yeroushalayim .

    En voici certains passages ,en espérant que G.Sarre et le responsable du théâtre ne céderont pas à la pression

    " Cette soirée a lieu à l'occasion de la " Journée de Jérusalem ", l'une des principales manifestations annuelles de l'extrême droite Israélienne en Israël ,pour affirmer le caractère irrévocable de l'annexion totale de cette ville "

    "Cette journée est l'occasion pour les colons de Cisjordanie de parader encadrés par la police dans le quartier musulman de la vielle ville de
    Jérusalem"
    " A l'évidence la tenue de telle réjouissances au Bartaclan est
    assimilable à une apologie de crimes de guerre , laquelle est punie par la
    loi "
    " Parisiens, franciliens, nous vous demandons de faire savoir à toutes
    les autorités concernées qu en qualité d'habitant de citoyen d électeur de
    ce pays, vous êtes indignés par une telle perspective "

    puis ils demandent d'envoyer des fax au Bataclan ,a u maire de du 12e arr. et c'est signée
    " Collectif contre la présence de l'armée israélienne en France (CCPAIF )"
    Ils ont prévu une manif devant le Bataclan ce soir à 19 h
    À l'évidence ce " comité" est un adepte de re-lecture de l'histoire

  • Le journal Le Monde lance une "fatwa" contre Alexandre Del Valle
    P. L.

    Sous le titre "le danger de l'islamophobie", le journal le Monde (édition du 12-13 mai 2002) se livre à une véritable campagne de diffamation contre un jeune chercheur spécialiste de l'Islam, M. Alexandre del Valle, connu pour ses prises de position courageuses contre le terrorisme islamiste.
    L'article du Monde, signé Xavier Ternisien, se présente tout d'abord comme un recensement des agressions commises au cours des derniers mois contre des mosquées en France. Enumérant cinq agressions récentes, l'auteur affirme que "les musulmans restent les principales victimes d'un racisme au quotidien" et que le "sentiment raciste est davantage répandu dans l'opinion que l'antisémitisme". Mais c'est dans la seconde partie de l'article que l'auteur dévoile sa véritable cible. "Après les attentats du 11 septembre", explique-t-il, "on a vu poindre dans les médias d'étranges spécialistes de l'islam surgis de nulle part". "De ce point de vue", poursuit-il, "le cas d'Alexandre del Valle est éclairant…" Suit une véritable entreprise de diffamation contre ce jeune chercheur, accusé de n'être "pas favorable à la religion musulmane" (ce qui est un crime aux yeux du Monde, comme des autorités de certains régimes islamiques…) et présenté comme un collaborateur de publications liées à la Nouvelle Droite. Selon Xavier Ternisien, "l'ascension d'A. del Valle illustre la façon dont un certain discours hostile à l'islam s'est répandu comme un poison".

    Cet article, véritable chef d'oeuvre de propagande dans le plus pur style de la Pravda soviétique, soulève plusieurs questions troublantes
    • pour quelles raisons le journal Le Monde a-t-il pris pour cible A. del Valle, en se livrant à une attaque ad hominem et en lui consacrant un article en première page ?

    • quel est l'objectif de cette campagne diffamatoire contre un chercheur spécialiste de l'islam, qui s'apparente à une véritable "fatwa" de style khomeiniste ? Ce n'est pas la première fois qu'un chercheur spécialiste de l'islam est victime de telles attaques. D'autres chercheurs dont les thèses ne plaisaient pas aux tenants de l'islam le plus intégriste ont fait l'objet dans le passé de campagnes de dénigrement, voire de menaces physiques…

    • dans quel but Le Monde, qui a récemment donné une large publicité - tout en feignant de les condamner - aux thèses négationnistes de Thierry Meyssan, auteur d'un best-seller prétendant que les attentats du 11 septembre n'avaient pas eu lieu, cherche-t-il à présenter aujourd'hui l'islam comme victime, au moment même où une nouvelle campagne d'attentats terroristes islamistes touche la France ?

    • qui sont les véritables instigateurs de cette "fatwa" contre A. del Valle, dont le journal Le Monde se fait le relais, et quelles connivences idéologiques ou quels intérêts financiers expliquent la participation active du Monde à cette campagne de terrorisme intellectuel ?


  • N.B. vous pouvez envoyez des messages de protestation à ternisien@lemonde.fr

  • L'arrogance politico-électoraliste de M. Chirac
    FRANCE-ISRAËL - Alliance Général Kœnig

    Le Président de la République, s’adressant par téléphone au Premier ministre d’Israël, s’est élevé contre la campagne qui serait menée dans ce pays pour présenter la France comme un pays antisémite. Et il a ajouté une menace : " Cette campagne n’est pas acceptable et ne saurait se poursuivre sans conséquences ".
    L’Association France-Israël n’a jamais confondu le peuple français avec les appareils politico-médiatiques qui parlent en son nom. Mais elle se sent d’autant plus fondée à récuser la réaction de M. Chirac qu’elle l’a mis en garde depuis plusieurs années contre l’antijudaïsme que sa politique étrangère induisait dans notre pays, un antijudaïsme amplifié avec constance par les radios et télévisions d’État ainsi que par l’Agence France Presse.
    Le fait que M. Chirac ait rendu public un entretien téléphonique, qu’une diplomatie de sagesse avait voulu discret, est révélateur :
    - d’une part, dans un souci électoraliste, M. Chirac prend le risque et la responsabilité d’accroître l’agressivité de tous ceux qui ont commis en France des attentats contre des personnes et des biens de la communauté juive ;
    - d’autre part, il envoie un message de complaisance aux dirigeants arabes pour leur montrer l’arrogance satisfaite dont il est capable à l’égard d’Israël et dont il n’use avec aucun autre État, aussi corrompu, despotique ou terroriste soit-il.

  • Le CRIF condamne les appels au boycoott de la France.

    Une importante délégation du Crif, conduite par son président Roger Cukierman, vient de rentrer des Etats-Unis. Elle a rencontré les dirigeants des principales organisations juives américaines afin de répondre à leurs fortes inquiétudes exprimées, notamment à l'occasion de visites en France, à la suite des nombreux actes de violence, qui frappent des synagogues, des écoles, et des personnes juives en France. Le Crif les a remerciés pour le souci légitime qu'ils manifestent à l'égard de leurs coreligionnaires français.

    Le Crif a insisté auprès de ses interlocuteurs sur le fait que le choix massif du peuple français en faveur du candidat hostile au racisme, à l'antisémitisme, à la xénophobie, pour lequel le Crif avait appelé à voter, constitue un élément essentiel de réconfort pour tous les démocrates.

    Le Crif, a également rappelé qu'il convient de faire confiance au gouvernement nouvellement nommé, qui a clairement exprimé son opposition à toute forme d'antisémitisme, et sa volonté de prendre des mesures concrètes et efficaces pour assurer la sécurité sur un plan général et celle de la communauté juive en particulier.

    Le Crif a clairement dénoncé des projets absurdes d'appel au boycott contre la France, qui ne permettront en rien de lutter contre les actes anti-juifs en France, et seraient même contre-productifs. A l'exception sans doute d'une seule des institutions rencontrées, le CRIF a pu convaincre ses interlocuteurs américains.

  • Des Arabes israéliens accusés de tentative d'attaque terroriste
    Par L'agence de Presse ITIM

    Deux Arabes Israéliens de Nazareth ont été accusés lundi d'avoir tenter d'effectuer une attaque terroriste sur un centre commercial à Afula. Arig Shahbari, 24 ans et Amin Shirrah, 21 ans, a été aussi été azccusé à la Cour générae del Nazareth d'avoir tenté d'acquérir des armes et des munitions pour un membre des Brigades des Martyrs Al-Aksa.

    L'acte d'accusation soumis hier contient le fait que Shahbari et Shirrah ont déclaré leur empressement à effectuer des attaques contre des Israéliens et allègué qu'ils avaient essayé d'acquérir 30 à 40 fusils M 16 pour 25,000 NIS pièce et au moins 3,000 balles

    .
  • Les Saoudiens et les Egyptiens font pression sur Arafat pour écraser le terrorisme
    Par Aluf Benn - Haaretz

    L'Arabie Saoudite et l'Egypte intensifient leur pression sur le Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat pour prendre une action substantive contre le terrorisme.

    Mohammed Dahlan, le chef de la Sécurité Préventive dans la Bande de Gaza, a été invité hier au Caire à rencontrer Omer Suleiman, le chef des services secrets de l'Egypte. Dahlan avec Nabil Sha'ath en liaison les Saoudiens, ont participé au sommet de ce week-end passé à Sharm el-Sheikh.

    Selon des rapports du service de renseignement à Jérusalem, Dahlan a récemment envoyé sa famille en dehors des territoires en raison des luttes de pouvoir à l'intérieur de l'Autorité Palestinienne. Les évaluations du service de renseignement disent qu'Arafat est sous pression externe et intérieure pour des réformes qui réduiraient son autorité.

    La semaine dernière, Suleiman a visité Ramallah avec une délégation égyptienne au plus haut niveau qui incluait le Ministre des Affaires Etrangères Ahmed Maher et le conseiller personnel du Président Osama el Baz. Le message égyptien à Arafat était direct : Arrêtez le terrorisme. On a dit à Arafat de s'assurer que le Fatah reste en dehors du terrorisme et qu'il doit arrêter "de classer" le terrorisme selon qu'il est à l'intérieur des territoires ou à l'intérieur d' Israël . On lui a dit que les jours d'indécision sont finis et qu'il doit agir, tandis que les Saoudiens "ferment le robinet" au Hamas et ont dit au groupe fondamentaliste Islamique de cesser toutes les attaques terroristes.

    Le bureau du Premier Ministre Ariel Sharon et l'administration américaine attendent les résultats du mouvement Égyptien-saoudien et l'effet les luttes de pouvoir à l'intérieur de l'AP agiront sur la stature d'Arafat. Les Etats-Unis ont en attendant ralenti l'allure de ses efforts; le directeur de C.I.A. George Tenet a de nouveau remis un voyage dans la région, disant il ne viendra pas avant la fin du mois.

    La C.I.A. et le Département d'Etat, sous les instructions de la Maison Blanche, formulent les réformes proposées à l'Autorité Palestinienne, y compris l'établissement d'une force de sécurité palestinienne unifiée.

    Dahlan et son concurrent principal -son homologue de la Rive occidentale - Jibril Rajoub ont séparément envoyé à Washington leurs offres pour une nouvelle force de sécurité de l'Autorité Palestinienne.

    C'est apparemment ce qui a été signifié lorsqu'un haut fonctionnaire américain a dit après la réunion de Sharon avec le Président George W. Bush que "les deux hauts fonctionnaires de sécurité de l'Autorité Palestinienne" ont exprimé leur appui aux Américains pour la réforme.

    Les représentants de l'administration sont aussi encouragés par ce qu'ils ont reçu comme nouvelles de Khalil Shkaki, le premier enquêteur dans les territoires et le chef d'un groupe de réflexion basé à Ramallah, qui a visité Washington avant Sharon et a rencontré des représentants de l'administration et des journalistes. Il a dit ses hôtes, selon une source proche de l'administration, qu'Arafat "est mûr" pour se retirer dans un rôle symbolique.

    Mohammed Rashid, le confident d'Arafat et le conseiller financier, qui sont en Europe cette semaine et en conversations avec des leaders européens, ont dit qu'une réforme qui contourne Arafat, comme Sharon le veut, ne fonctionnera pas. Rashid est une des cibles principales de l'accusation palestinienne de corruption présumée dans l'Autorité Palestiniennne.

    Les Européens restent sceptiques sur la construction d'une force de sécurité palestinienne unifiée, lpensant que les groupes existants refuseront de céder) leur pouvoir. Au maximum, une des forces de sécurité pourrait être renforcée, devenant la puissance dominante. Rajoub travaillentà consolider sa position, en combinant ses forces de sécurité préventives avec les Tanzim, créant une direction collective des Tanzim pour la Rive occidentaleafin de remplir le vide laissé par l'arrestation de Marwan Barghouti.

  • Les troupes de Tsahal tuent deux officiers des services de renseignement de l'Autorité Palestinienne au nord de Hébron
    Amos Harel, Correspondant d'Ha'aretz

    Les troupes de Tsahal ont tué deux officiers des services de renseignement de l'Autorité Palestinienne ce matin dans la ville de Rive occidentale de Halhoul, au nord de Hébron. L'incident a eu lieu alors que les soldats cherchaient des terroristes recherchés. Un des Palestiniens a été appréhendé.

    Le chef du service de renseignement de l'Autorité Palestinienne dans Halhoul est parmi les morts.

    Tsahal intercepte des terroristes en route pour un attentat
    Des soldats de Tsahal ont arrêté une cellule de terroristes palestiniens lundi qui étaient en route pour l'accomplissement d'une attaque en Israël.

    Les soldats patrouillaient sur "la ligne verte" entre Israël et la Rive occidentale quand ils ont découvert une voiture suspecte près de Nazlat-Issa, au nord de Tulkarem. En fouillant dans la voiture, ils ont trouvé deux fusils Kalashnikov et cinq chargeurs de munitions, ils ont arrêté les huits occupants de la voiture.

    Ils ont découvert plus tard qu'au moins deux des passagers avaient projeté d'entrer en Israël pour effectuer un attaque à l'arme à feu, apparemment dans la région de Sharon.



Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31