Accueil de Desinfos
Kol Israël en différé - bulletin de 17h30 en français, ( heure de Paris)
Kol Israël en continu et en français, à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)
Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
RECHERCHER
(par exemple)

 

téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Vendredi 10 Mai 2002 - 28 Lyar 5762
  • Les experts américains ont trouvé des engins piégés dans la basilique

    Les experts américains entrés dans le complexe de la basilique de la Nativité à Bethléem vendredi après le départ des derniers palestiniens qui y étaient retranchés ont trouvé des engins piégés, a déclaré le capitaine Ron Edelheit, porte-parole de l'armée israélienne.

    Les Américains ont trouvé des engins piégés dans le complexe et se sont chargés de certains d'entre eux, a déclaré le porte-parole la presse. Le capitaine Edelheit n'a pas été en mesure de préciser le nombre de pièges ni s'ils avaient été placés dans la basilique ou dans les couvents attenants. A la suite de cette découverte, a-t-il ajouté, le patriarcat grec-orthodoxe a demandé aux forces israéliennes de procéder à une fouille des bâtiments. Une vingtaine de soldats israéliens sont alors entrés dans le complexe religieux pour s'assurer qu'aucun engin explosif n'y restait, a-t-il indiqué.
    Selon un communiqué militaire, 90 armes de guerre ont été trouvées dans le complexe de la basilique: des fusils d'assaut kalachnikov, M-16 et des pistolets ainsi que des munitions et des armes blanches.
    Il n'y avait aucun signe de dégâts à l'église, quoique plusieurs pièces dans d'autres bâtiments dans le site aient été roussis par le feu. Un des étrangers avait dit plus tôt qu'une fresque du 12ème siècle dans la basilique avait été endommagée par des coups de feu. Cependant, la mosaïque a été mal préservée et on ne sait pas si les dégâts sont< nouveaux.

  • Des pacifistes d'extrême-gauche refusent de sortir d'une église...(celle de la Nativité). Le Moyen-Orient , terre de contradiction...

    A l'intérieur après l'évacuation de l'Église de la Nativité il ne reste plus que 10 activistes d'extrême-gauche des Etats-Unis et d'Europe, des membres du Mouvement de Solidarité International. Selon les sources israéliennes, les 10 ont enfreint la loi en entrant dans un secteur militaire fermé.

    Un officier militaire à Bethléem a dit qu'ils seraient arrêtés une fois qu'ils auront quitté l'église et seront remis aux autorités civiles qui les expulseront probablement.

    Les activistes rejettent ces affirmations israéliennes et refusent maintenant de quitter le site de l'Église jusqu'à des promesses d'Israël de ne pas les arrêter oules expulser. Les pourparlers, menées par des religieux de l'Église Orthodoxe grecque et de l'ordre de Fransiscan, sont actuellement en voie d'aboutissement pourclore cette dernière impasse.
    Le Capitaine Jacob Dallal, un porte-parole de Tsahal, a dit que tout le monde à part les activistes a quitté l'église. "Les prêtres leur demandent de partir et ils feront," a-t-il dit. "Nous ne savons pas exactement ce qu'ils veulent mais à l'heure actuelle ils refusent de partir."

    Les "pacifistes" ont infiltré l'église pendant le siège de 38 jours d'Israël, en solidarité avec les civils Palestiniens et aussi les terroristes qui s'étaient barricadés à l'intérieur.

    La C.I.A. entre dans l'Église pour inspecter les armes
    Les agents de C.I.A. sont entrés dans l'Église peu de temps après qu'elle ait été évacuée, pour inspecter et confisquer les armes laissées par les hommes armés palestinien.

    Un fonctionnaire palestinien a dit que les armes introduites dans l'église par les hommes armés palestiniens seraient laissées dans le lieu saint et rendues plus tard aux Etats-Unis.

    Le général Eival Giladi, un officier supérieur de Tsahal, a dit jeudi qu'aucun accord n'a encore été atteint sur la durée de l'exil des terroristes recherchés. Il a dit que les fonctionnaires de l'Autorité Palestinienne ont suggéré le retour des terroristes exilés après que les palestiniens aient signé un accord de paix avec Israël. Giladi a dit qu'Israël n'empêchera pas les familles des hommes recherchés de les rejoindre à l'étranger et que cette question sera traitée par les pays d'accueil.

    Il a ajouté qu'Israël n'a pas discuté les conditions sous lesquelles les terroristes doivent être retenus à l'étranger. On ne sait pas s'ils seront emprisonnés, mais il a été accepté que des restrictions leur soient imposées.

  • Nouvelle vedette lance-missiles ultrarapide pour la marine israélienne

    La marine israélienne compte une nouvelle vedette lance-missiles ultrarapide, le Herev (épée), entièrement de conception israélienne, a-t-on indiqué hier de source militaire.
    Le Herev, une embarcation de 488 tonneaux, longue de 61 mètres, est propulsé par quatre moteurs diesel et fonce à 32 nœuds. Son équipage de 51 hommes dispose d’un armement exceptionnellement lourd : un canon de type Vulcan Phalanx, un canon de 25 mm, huit missiles de type Harpoon, et des missiles antimissiles de type Barak.
    Selon la radio de l’armée israélienne, cette vedette rapide sera le premier bâtiment de la marine israélienne équipé d’un canon fonctionnant à l’aide d’un système sophistiqué de guidage par caméra thermique, le Typhoon, capable de repérer une cible avec une très grande précision.
    Les ancêtres du Herev sont les fameuses 12 vedettes construites par les chantiers navals français de Cherbourg...

  • Explosion à Beercheba dans le sud d'Israël, au moins 7 blessés

    Sept personnes ont été blessées à Beercheba, dans le sud d'Israël, par une explosion apparemment provoquée par un tir de grenade imputé à des terroristes palestiniens, a-t-on appris auprès de la police et de témoins.

    Un des terroristes a été maîtrisé par le propriétaire d'un magasin après qu'il eut lancé une grenade, ou du moins un engin explosif, sur un marché en plein air situé près de la succursale d'une banque, dans le vieux centre de Beercheba.

    Nous avons entendu une explosion, une explosion très forte", a raconté Nir Chouva, le commerçant. "Il a lancé une sorte de grenade."
    n habitant, Amir Sofer, a affirmé à la radio que c'étaient lui et un ami qui avaient attrapé l'un des suspects. "Nous avons vu une voiture s'approcher. Deux personnes ont posé un sac, ont poursuivi leur chemin et il y a eu une explosion. J'ai vue celui qui a posé le sac, il portait un uniforme de prisonnier. Nous lui avons couru après, l'avons attrapé, mais nous n'avons pas pu attraper l'autre". Il dit avoir vu deux autres suspects quitter les lieux à pied, l'un vers le centre-ville, l'autre vers un marché.
    Nous avons déchiré sa chemise et regardé s'il avait une ceinture d'explosifs mais il ne portait rien", a-t-il ajouté.

    La police n'a pas précisé l'identité de l'assaillant mais le chef adjoint de la police Shimon ben Arush a qualifié l'explosion d'attaque "terroriste" et a annoncé que la police recherchait un deuxième suspect, qui aurait été aperçu en train de quitter précipitamment le lieu de l'incident.

    Un des terroristes a été arrêté, et l'autre est toujours recherché. Il est parti à pied", a déclaré Arush à la radio israélienne.
    Les deux terroristes ont lancé ou posé une bombe. L'un a été capturé et l'autre s'est enfui. Nous le recherchons", a déclaré Yossi Koppel, commandant de la police de cette zone.
    'engin a explosé dans la rue Hadassah près de l'agence de la banque Hapoalim.

    Beersheva, ville universitaire d'environ 150.000 habitants, est située à 65km au sud de Jérusalem.

    Yerucham Mandola, porte-parole du service national israélien d'ambulances, Magen David Adom, a affirmé qu'au moins sept personnes avaient été blessées.

    Un chef du bureau du Premier ministre Ariel Sharon, David Baker a accusé les terroristes palestiniens d'essayer de "frapper au coeur des villes d'Israël et des citoyens innocents". "Israël n'aura pas de répit dans sa lutte pour chercher ces terroristes et contrecarrer ces attaques terroristes avant qu'elles n'aient lieu", a-t-il dit à l'agence Associated Press.

    Le second terroriste a aussi ensuite été apprehendé par la police.

    Un attentat qui se solde sans trop de dégats 7 blessés légers et les deux terroristes sous les verrous...

    Le terroriste appréhendé par les témoins, est blessé au pied il a été mis en détention, à l'hôpital. La Police fait exploser les restes du dispositif explosif jeté par les terroristes.

  • Le Hamas et Arafat sont « du même côté » contre Israël, affirme un leader du Hamas

    Le Hamas et le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat sont « du même côté » dans leur combat contre Israël, a déclaré mercredi le porte-parole du Hamas. « C’est certain, nous sommes du même côté », a dit le porte-parole du Hamas Ismaïl Abu Chanab, lors d’un entretien sur la chaîne américaine ABC.

    « Le côté israélien est celui de l’occupation, des assassinats, du blocage des routes palestiniennes, de la destruction des maisons palestiniennes », a-t-il expliqué, ajoutant que « les Palestiniens, tous les Palestiniens, l’Autorité palestinienne, le président Arafat et tous les autres Palestiniens sont de l’autre côté ».

    Le porte-parole du Hamas a également clairement exclu tout arrêt des attentats-suicide aussi longtemps que durerait l’« occupation » israélienne des territoires palestiniens.

  • Les terroristes palestiniens recherchés sont sortis de l'Église de la Nativité
    Par Anat Cygielman et Anshel Pfeffer, Correspondants d'Ha'aretz

    Des bus israéliens transportant 39 hommes armés palestiniens ont quitté l'Église de la Nativité à Bethléem ce matin, marquant la fin de l'impasse de 38 jours au lieu saint.

    Les 13 terroristes dans la liste des recherchés par Israël seront expulsés d'abord à Chypre et ensuite dans les pays européens et possiblement au Canada. 26 autres activistes seront emmenés dans la Bande de Gaza. Environ 85 civils otages qui étaient dans l'église doivent être aussi libérés.

    La première personne à quitter l'église a été passée plusieurs fois au détecteur de métaux et a dû enlever sa veste avant de dégager. Il portait une écharpe arabe noire et blanche (Kefieh) autour du cou et était accompagné par deux prêtres, il s'est approché deux soldats de Tsahal, qui lui ont parlé brièvement avant de prendre la direction d'un autobus israélien rouge et blanc.

    Un porte-parole d'armée a dit que l'autobus transportant 13 personnes devait arrêté à une base militaire voisine, où leurs identités seraient vérifiées et l'un d'entre eux serait traité pour une blessure au pied et puis ils seraient alors amenés à l'aéroport près de Tel-Aviv.

    Sept bus Egged rouges et blancs sont arrivés jusqu'à l'église juste après aube, se préparant à transporter les groupes de Palestiniens sortant de l'église. On s''attend à ce que cela prenne plusieurs heures pour que tous les 124 Palestiniens de l'église sortent, passent la sécurité et les contrôles) d'identité avant d'être envoyé vers leurs destinations prochaines - bannissemennt en Europe, dans la Bande de Gaza ou chez eux.

    La place de Mangeoire, devant l'église antique, est remplie de soldats de Tsahal et 10 véhicules d'armée y stationnent. Au moins six véhicules quatre-quatre avec des plaques d'immatriculation diplomatiques sont garées tout près.

    Un fonctionnaire palestinien a dit que les armes emmenées dans l'église par les hommes armés palestiniens seraient laissées dans le lieu saint et rendues plus tard aux Etats-Unis.

    Le dernier obstacle apparent a été dissipé tard jeudi soir quand les fonctionnaires européens ont dit qu'un groupe de pays européens et possiblement le Canada, prendraient dans les 13 hommes. Un accord précédent est tombée à l'eau quand l'Italie avait refusé d'accepter les 13.

    Au début de jeudi matin, les pourparlers qui semblaient être conclues avec succès, ont subis un accroc, les Israéliens et les Palestiniens créant de nouvelles difficultés.

    Avec la sortie des Palestiniens de l'Église de la Nativité, les fonctionnaires israéliens ont dit que Tsahal évacueraient Bethléem, la dernière ville toujours occupée après l'opération à grande échelle d'Israël dans la Rive occidentale, qui a commencé le 29 mars pour riposter à une grande quantité d'attentats-suicide palestiniens.

    L'accord est finalement devenue possible après que Chypre ait annoncé jeudi soir tard qu'il acceptait temporairement de prendre les 13 hommes armés recherchés qui étaient enfermés dans le lieu saint.

    "Chypre a consenti à prendre les 13 hommes comme mesure provisoire," le Ministre des Affaires Etrangères chypriote Ioannis Cassoulides a dit aux journalistes lors d'une conférence de presse convoquée à la hâte et tenue dans le bâtiment du ministère des Affaires Etrangères dans le capitale chypriote, Nicosie.

    Il a dit qu'un avion militaire Britannique decollerait vers Tel-Aviv depuis la base aérienne Britannique à Akrotiri au Chypre, prendra les terroristes et atterrira au retour à l'aéroport Larnaca du Chypre.

    Jeudi précédent un fonctionnaire de Ministère des Affaires Etrangères italien a dit que les autres pays qui pourraient prendre certains des Palestiniens était l'Autriche, la Grèce, le Luxembourg, l'Irlande et peut-être même le Canada.

    L'Italie avait été présentie pour prendre dans tous 13 miliciens désignés pour la déportation de l'église, mais a insisté pour que toute l'Europe plutôt qu'un seul pays soit impliquée.

    Le Cabinet italien s'est réuni jeudi pour discuter des 13, mais le gouvernement a continué à y exprimer le report du problème sur l'Union européenne.

    Berlusconi a répété son avis que l'Italie seul ne pouvait pas accueillir les terroristes, mais qu'une plus large solution doit être cherchée au lieu de cela.

    "Comment pouvons-nous accueillir quelques Palestiniens qui sont accusés d'actes terroristes sérieux, n'ayant été ni jugés, ni condamnés et, seraient donc considérés comme des hommes libres en Italie ?" Berlusconi l'a dit dans un interview devant être publié vendredi sur l'italien dans le "Italian weekly Panorama".

    "Personne ne peut incarcérer ces hommes ou leur accorder l'asile, c'est pourquoi aucun pays européen ne les veut," a ajouté Berlusconi.

  • Une intervention d'israël dans la bande de Gaza, zone à très forte densité de population, s’annonce à hauts risques.


    Une importante offensive dans ce territoire, où le mouvement radical islamiste Hamas est fortement implanté, risque de donner lieu à de violents combats et à des pertes significatives des deux côtés, selon les analystes. « La bande de Gaza a été isolée d’Israël avec succès et je serais surpris de voir les dirigeants israéliens penser qu’il est nécessaire de l’envahir », a déclaré Mark Heller, de l’Institut Jaffee d’études stratégiques. « Ils auront besoin pour cela d’y entrer en force, d’y rester (...) à moins qu’ils ne veuillent débusquer la personne » qui a organisé l’attentat de Rishon le-Zion, a ajouté M. Heller.
    Les camps surpeuplés de la bande de Gaza sont le vivier des organisations terroristes et le Hamas y jouit d’un fort soutien. Tout combat risquerait d’y dégénérer en chaos sanglant. « Les militaires israéliens savent que combattre dans la bande de Gaza serait difficile en raison de la très forte densité de population », a indiqué Kol Israël.
    Un général de réserve israélien a, de son côté, prévenu hier que l’armée aurait à faire face à une situation « bien pire » que celle de Jénine si elle entrait dans des camps de réfugiés de Gaza. Le général Yomtov Samia, ancien commandant de la région militaire sud d’Israël, qui comprend la bande de Gaza, a cité en exemple le camp de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza. « Jabaliya est long d’un kilomètre pour cinq cents mètres de large, c’est une surface limitée pleine d’habitations resserrées et qui compte entre 55 000 et 60 000 habitants. Quelle autre description peut-on en donner ? », a-t-il dit au micro de Kol Israël. Par comparaison, le camp de réfugiés de Jénine, où l’armée a perdu 23 soldats et s’était heurtée à une résistance acharnée, au point qu’il lui avait fallu dix jours pour s’en rendre maître, s’étend sur un kilomètre carré pour une population de quelque 13 000 habitants. « J’estime que sur le plan tactique (les Palestiniens) sont prêts. Ils ont eu suffisamment de temps pour étudier et comprendre ce qui s’est passé » lors de l’opération Rempart, a ajouté le général Samia.
    Le risque d’aller combattre le Hamas dans la ville même de Gaza a été souligné par le commentateur du quotidien Yediot Aharonot, Alex Fishman. « Entrer dans la plus grande ville palestinienne, l’une des plus densément peuplées du monde, pour une opération à laquelle les Palestiniens se sont préparés et qui peut coûter la vie à de nombreuses personnes, ne devrait se faire que quand on n’a pas d’autre choix », écrit-il.
  • Le Congrès US a voté une loi interdisant le territoire américain aux ressortissants d’États soutenant le terrorisme et renforçant le contrôle des étudiants étrangers.

    Les États concernés sont Cuba, l’Iran, l’Irak, la Libye, la Syrie, le Soudan et la Corée du Nord, accusés par le département d’État de soutenir le terrorisme.

    Ces restrictions, figurant dans une loi adoptée mercredi soir par le Congrès, représentent un changement de cap radical pour les États-Unis, terre d’immigration par excellence, après que les attentats eurent exposé au grand jour des frontières « passoires » et des défaillances chroniques au sein des services chargés d’appliquer les lois sur l’immigration (INS).

    Ces dix dernières années, les États-Unis ont délivré des visas d’étudiants à quelque 16 000 ressortissants d’Iran, d’Irak, du Soudan, de Libye et de Syrie, selon des chiffres cités par le Congrès.
    Quelque 660 000 étrangers ont actuellement des visas d’étudiants.
    « Si ce type de système avait été en place le 11 septembre, M. (Mohammed) Atta et ses complices n’auraient pas été aux États-Unis pour détourner trois avions américains et tuer des milliers de personnes », a déclaré le président de la commission judiciaire à la Chambre basse, le républicain James Sensenbrenner.
    Mohammed Atta est considéré comme ayant été le chef des 19 pirates de l’air responsables des attentats du 11 septembre à New York et Washington.
    Ils étaient tous entrés légalement aux États-Unis, mais plusieurs d’entre eux, soit étaient restés aux États-Unis après l’expiration de leurs visas, soit n’avaient jamais suivi leurs études.

  • La Suisse aussi plonge dans l'antisémitsme

    J’Accuse…!
    Pour Alfred Donath, la Suisse a carrément plongé dans l'antisémitisme.
    Le président de la Fédération suisse des communautés israélites s’en prend au gouvernement et la presse suisses. Alfred Donath les accuse de partialité.
    "Les juifs ne se sentent plus en sécurité en Suisse". Dans le discours qu’il a prononcé mercredi soir devant l’assemblée annuelle de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI), Alfred Donath a tenu des propos très alarmistes. Qu’il a confirmés à swissinfo.
    "Une couche importante de la population suisse souhaite que nous gommions nos différences, que nous nous assimilions davantage, lance Alfred Donath, en un mot que nous renoncions à notre identité propre."
    Le président de la Fédération suisse des communautés israélites fait là, en l’occurrence, allusion aux réactions suscitées par la question de l’abattage rituel des animaux. Un projet controversé auquel le gouvernement suisse a finalement renoncé sous la pression.
    La Suisse a plongé dans l’antisémitisme
    Selon Alfred Donath, ce sentiment de rejet vécu par les communautés israélites de Suisse est alimenté par le conflit israélo-palestinien et ses retombées en Europe. Un continent, affirme-t-il, qui "a plongé dans l’antisémitisme".
    Et, pour Alfred Donath, la Suisse n’est pas épargnée. "Le climat anti-israélien que créent les médias suisses favorise les poussées antisémites, s’alarme le président de la FSCI. Et un dérapage violent reste à tout moment possible."
    Car, pour Alfred Donath, la cause est entendue : "La presse de notre pays a pris parti pour les Palestiniens". Une prise de position unilatérale, selon le président de la FSCI, qui aurait également été prise par le gouvernement suisse et son ministère des Affaires étrangères (DFAE) et qui "contribue à l’installation d’un climat malsain favorisant l’antisémitisme".
    Et Alfred Donath d’enfoncer le clou: "En condamnant unilatéralement l’Etat d’Israël, en menaçant de rompre ses relations commerciales avec lui, en finançant du matériel scolaire prônant la haine des juifs, la Suisse se place elle-même sur la touche".
    Le ministère des Affaires étrangères réfute
    Sans se prononcer sur ce discours alarmiste, le DFAE se défend. Il rappelle qu’il n’a jamais parlé de sanctions économiques à l’égard de l’Etat hébreu. Il précise qu’il a annoncé le 10 avril sa décision de réévaluer une partie de sa coopération avec Israël, en particulier dans le domaine militaire.
    Une décision fondée sur le droit humanitaire international qui est inscrit dans les Conventions de Genève dont la Suisse, faut-il le rappeler, est dépositaire. Raison pour laquelle le gouvernement helvétique s’est permis de condamner à plusieurs reprises les violations commises par les Israéliens mais aussi par les Palestiniens.
    Pour preuve, la ferme condamnation de l'attentat palestinien qui a fait mardi soir des dizaines de morts et de blessés à Rishon Letzion. La Suisse rappelle, en l’occurrence, que "les attaques-suicide contre des civils constituent une violation des règles humanitaires fondamentales". Elle ajoute qu’ "aucune circonstance ne peut justifier l'usage indiscriminé de la violence".
    Les juifs doivent garder la tête froide
    Quoi qu’il en soit, dans son discours, Alfred Donath appelle les juifs de Suisse à se mobiliser derrière l’Etat d’Israël: "Nous devons le soutenir, lui et ses dirigeants démocratiquement élus, quoi qu’ils fassent, avec leurs qualités et leurs défaillances, leur fermeté et leurs faux pas, leur bravoure et leurs bavures".
    Des propos sans nuances que désapprouve totalement l’un des initiateurs d’un récent manifeste signé par des juifs et des arabes de Suisse. "La solidarité avec Israël ne consiste pas à s’aligner inconditionnellement sur le gouvernement Sharon, affirme Pierre Hazan. Au contraire, il faut avoir le courage de lui dire qu’il se trompe en privilégiant l’option du tout-militaire".
    Et de poursuivre: "Gardons la tête froide. L’Europe, heureusement, n‘a pas replongé dans l’antisémitisme. Le gouvernement suisse et son ministère des Affaires étrangères ne sont pas en train d’attiser la haine des juifs".
    swissinfo/Frédéric Burnand


Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31