Accueil de Desinfos
Kol Israël en différé - bulletin de 17h30 en français, ( heure de Paris)
Kol Israël en continu et en français, à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)
Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
RECHERCHER
(par exemple)

 

téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mercredi 8 Mai 2002 - 26 Lyar 5762
  • Vers une opération “ Rempart II ”
    Alex Fischman Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    L’attentat d’hier soir donne le coup d’envoi de l’opération “ Rempart II ”. Le kamikaze palestinien a éteint la lueur d’espoir qu’avaient suscitée ces dernières semaines les efforts de la communauté internationale pour tenter de ramener Israéliens et Palestiniens sur la voie du dialogue.
    Ce que nous avons vécu ces deux dernières semaines n’était qu’une accalmie temporaire, une illusion optique, même pas un cessez-le-feu. En effet, les combats se sont achevés sans accord suite à une pression grandissante du monde entier.
    L’opération “ Rempart ” a fait naître des kamikazes comme la pluie fait pousser des champignons. Les agents du Shabak et l’armée n’ont eu de cesse de courir de village en village pour tenter de déraciner le chiendent, mais statistiquement, il était clair qu’à un moment ou à un autre, un kamikaze trouverait la faille.
    L’opération “ Rempart ” n’a fait que déplacer le front des villes israéliennes vers les villes palestiniennes, mais à partir du moment où Tsahal a levé le pied, le terrorisme est réapparu sur son front naturel : les civils israéliens.
    Le kamikaze palestinien n’est pas arrivé par hasard dans une zone industrielle déserte. Il a sans aucun doute été aidé par quelqu’un qui connaissait l’endroit et qui l’y a mené. Il devrait s’agir une fois de plus de Palestiniens clandestins résidant en Israël.
    Les Palestiniens ne pouvaient pas se faire plus de tort : le moment choisi pour l’attentat réduit à néant les chances de l’Autorité palestinienne d’être perçue comme partenaire de paix.

  • Un terroriste-suicide se fait sauter prématurément à Haïfa: pas de victimes

    Le terroriste a été tué dans la déflagration prématurée des explosifs qu'il portait sur lui, près d'un arrêt de bus au carrefour de Megiddo, près du port de Haïfa, dans le nord d'Israël, a annoncé la police, il traversait le carrefour routier de Megiddo lorsque l'explosion s'est produite, prématurément. Il se pourrait que le terroriste voulait viser en fait un groupe de soldats, qui se trouvaient à un arrêt de bus voisin, selon la radio de l'armée israélienne.

    Le carrefour de Megiddo se trouve à quelques kilomètres seulement de Djénine.

  • Pas de paix possible avec une entité "terroriste et corrompue", selon Ariel Sharon qui a pris le chemin du retour en Israël

     

    Avant de rentrer prématurément en Israël, où l'attentat-suicide d'hier soir a tué au moins 15 personnes et en blessant plus d'une cinquantaine, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a déclaré au cours d'une conférence de presse qu'il était impossible d'avancer dans le processus de paix avec "une entité terroriste et corrompue".

    Ariel Sharon en colère s'est engagé à poursuivre la campagne lancée par Israël pour faire cesser les attaques terroristes palestiniennes.

    "Notre tâche n'est pas finie," a-t-il déclaré. "La bataille continue et continuera tant que tous ceux qui pensent qu'ils peuvent gagner quoi que ce soit en faisant usage du terrorisme n'auront pas cessé d'exister, cessé d'exister," a-t-il martelé.

    Sans citer le nom de Yasser Arafat, Ariel Sharon a estimé avec amertume que l'attentat donnait "la preuve des véritables intentions de la personne qui dirige l'Autorité palestinienne." "Israël ne cédera pas au chantage," a-t-il répété à deux reprises. "Celui qui se lève pour nous tuer, nous le tuerons les premiers," a-t-il lancé.

    Le Premier ministre, qui s'est exprimé d'abord en hébreu puis en anglais, a dit partir pour Israël "le coeur lourd... lourd de deuil et lourd de rage", la rage "de tous les Juifs du monde".

    Sa prise de parole a été diffusée en direct à la télévision en Israël et aux Etats-Unis.

  • Sharon a été informé de l’attentat pendant sa rencontre avec Bush

    Orly Azoulay-Katz (Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le président américain a indiqué qu’il soutenait complètement l’exigence israélienne concernant les réformes au sein de l’Autorité palestinienne. Dans cet objectif, George Bush a annoncé qu’il dépêcherait prochainement le chef de la CIA George Tenet dans la région.
    Le président Bush a de nouveau déclaré que le Premier ministre israélien et le gouvernement israélien souhaitaient parvenir à un accord de paix.
    Le chef de la Maison-Blanche a en outre exprimé le souhait de voir les pays arabes aider à la reconstruction des institutions du pouvoir palestinien. Les Palestiniens doivent avoir une constitution, unir leurs forces de sécurité sous un même commandement, mettre en place un ministère des Finances non corrompu qui soit capable d’assurer la plus grande transparence.
    Bush et Sharon ont discuté de la proposition de réunir prochainement une Conférence régionale pour la paix entre Israël et les Palestiniens. A la question “ soutenez-vous la vision du président Bush au sujet de la création d’un Etat palestinien ?”, le Premier ministre israélien a répondu qu’il était trop tôt pour en parler et qu’il fallait avant tout avancer pas à pas et commencer par les réformes au sein de l’Autorité palestinienne.
    Bush et Sharon ont conclu que la premier pas à faire était de reconstruire les forces de sécurité palestiniennes et de les réunir sous un même commandement, afin qu’elles puissent combattre de manière concertée le terrorisme.

  •  La majorité arabo-msulmane et ses alliés de l'Assemblée générale de l'ONU veut encore un rapport sur Jénine...

    L'Assemblée générale de l'ONU, réunie en session extraordinaire, a demandé mardi lors d'un vote à une écrasante majorité un rapport au secrétaire général Kofi Annan sur les évènements survenus en avril dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine.

    Ce point d'une résolution comprenant 24 paragraphes a recueilli 120 votes favorables, quatre contre et six abstentions. Les Palestiniens ont accusé Israël d'avoir commis un massacre de civils entre le 3 et le 12 avril lors de combats dans le camp de Jénine en Cisjordanie, ce que Jérusalem a vivement démenti.

    En revanche, un paragraphe visant à condamner le refus d'Israël de coopérer avec une mission de l'ONU devant faire la lumière sur les évènements de Jénine, mise sur pied puis récemment démantelée par Kofi Annan, n'a été approuvé que par une petite majorité. Ce point a recueilli 74 votes pour, quatre contre et 51 abstentions.

    Plusieurs diplomates occidentaux s'étant abstenus ont fait part de leur révolte après l'attentat suicide commis mardi près de Tel Aviv et qui a fait plus de 15 morts et 50 blessés, un évènement survenu juste avant la mise au vote de la résolution.

    Un autre paragraphe de la résolution, demandant une application immédiate et complète de la résolution 1402 de l'ONU appelant à un cessez-le-feu entre Israéliens et Palestiniens, a été adopté par 123 votes contre un et six abstentions. La session extraordinaire de l'Assemblée générale avait été convoquée à la demande du groupe arabe.

    Les Etats-Unis avaient annoncé à l'avance qu'ils ne voteraient pas cette résolution, jugée tendancieuse. Le texte "ne mentionne même pas les attaques terroristes palestiniennes contre les civils israéliens, qui ont beaucoup endommagé" les efforts de paix, a déclaré l'ambassadeur américain aux Nations unies, John Negroponte, qualifiant le texte de "rhétorique unilatérale qui ne condamne qu'une des deux parties en conflit".

    Nasser Al-Kidwa, l'observateur palestinien aux Nations unies, a souligné qu'Israël comme le Conseil de sécurité avaient dans un premier temps accepté la venue d'une mission de l'ONU à Jénine. Mais le Conseil "s'est placé en position de spectateur" tandis qu'Israël "recourait au chantage" pour obtenir que Kofi Annan modifie la composition de la mission et ses méthodes de travail, a-t-il dénoncé.

    L'ambassadeur sud-africain aux Nations unies Dumisani Kumalo, parlant au nom des non-alignés, avait demandé pour sa part à l'Assemblée d'adopter un projet de résolution condamnant "les assauts brutaux" d'Israël contre les civils palestiniens, notamment à Jénine.

    L'Assemblée s'est réunie sous la procédure exceptionnelle "S'unir pour la paix", qui peut être invoquée lorsque le Conseil de sécurité ne peut assumer sa mission de maintien de la paix et de la sécurité dans le monde. Elle s'était déjà réunie dix fois selon cette procédure d'urgence depuis 1956, dont six fois au sujet du conflit israélo-arabe.

    Aucun Etat membre ne dispose d'un droit de veto à l'Assemblée générale, mais les résolutions de l'Assemblée, contrairement à celles du Conseil de sécurité, ne sont pas contraignantes.

  • Y'en a marre des mensonges de la propagande meurtrière palestinienne
    A lire , à faire lire, à imprimer et à distribuer autour de vous :
  1. un rapport palestinien publié par MEMRI à partir des médias arabes qui se se sont longuement étendus sur le " massacre " qu’aurait perpétré l’armée israélienne à Jénine. Parallèlement, de nombreux témoignages de commandants des factions palestiniennes à Jénine ont été publiés par la presse arabe, aussi bien pendant qu’après les affrontements. On y parle notamment des cartables bourrées d'explosifs, des forces de combat de toutes les factions du camp qui ont été équipées en ceintures d’explosifs et en grenades, des maisons piégées qui ont causées de nombreux morts palestiniens et israéliens et de l'évacuation des civils avant les combats...)

  2. Une analyse sur le rapport des HUMAN RIGHT WATCH à Jenin par Rapha BENSHOSHAN

  3. Il ne faut pas se tromper de massacre, par Hélène Keller-Lind

  4. la honte de l’Europe  par Oriana Fallaci

  5. On a le droit de s'interroger. Naomi

  6. L'enquête de "Time Magazine" Pas de massacre. Chiffre officiel de l'ONU: 54 morts , certains palestiniens tués par les décombres des pièges explosifs

  7. Le dossier des textes su Djénine rassemblés par Desinfos

Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31