Accueil de Desinfos
Kol Israël en différé - bulletin de 17h30 en français, ( heure de Paris)
Kol Israël en continu et en français, à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)
Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
RECHERCHER
(par exemple)

 

téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Jeudi 2 Mai 2002 - 20 Lyar 5762
  • Ce soir, au journal de 20h sur France 2, il va y avoir un dossier complet sur Jenine : Massacre ou pas ?

    Les Olipo-Eléments vous invitent à regarder ce journal et ces reportages pour voir si l'impartialité du sujet sera respectée.

    N'hésitez pas à écrire ou téléphoner avant et après ce journal au médiateur de France 2 ( mediateurinfo@france2.fr ou 01 56 22 42 42 demandez le Service Etranger) poliment et sans animosité pour demander que toute la lumière soit faite sur cette rumeur de massacre, rumeur non étayée et dénuée de fondement comme le montrent les faits, les témoins et même les palestiniens.
    Demandez que France 2 soit enfin un média montrant la réalité de la situation et non un média colportant des rumeurs attisant la haine.
    Que France 2 ne soit pas un de ces "incendiaires des esprits" (Bernard Henri-Lévy) mais, au contraire, un "diffuseur de vérité".

    Pour vous aider dans votre argumentation, voir ici quelques éléments à donner.

  • [Dimanche votons pour CHIRAC mais ce n'est qu'un début, continuons le combat contre l'antisémitisme]
    MESSAGE A JACQUES CHIRAC
    CONTRE L'ANTISEMITISME

    Dépassons le simple OUI à Jacques Chirac comme président et profitons de ce contexte pour nous exprimer et faire passer notre message :

    Le jour des élections, conservez le bulletin de vote de Jean Marie Le Pen et inscrivez dessus le message suivant :

    " Nous avons fait barrage à l'extrême droite, faites barrage à l'antisémitisme "

    Renvoyez le bulletin à l'attention de M. Jacques Chirac,
    Président de la République
    Palais de l'Elysée
    75008 Paris.

    Une délégation de responsables communautaires et de personnalités apporterale même message au lendemain des élections à l'Elysée.

    Le Comité Juif d'Action, cja@paris.com, www.antisemitisme.info

    NB : le courrier adressé à l'Elysée n'a pas besoin d'être timbré.

    NB2 : N'oubliez pas de prendre une pince à linge et des gants pour prendre entre vos mains le bulletin de M... de J.M Le Pen.

    Ne vous abstenez pas, ne votez pas blanc, ramenons le Pen à moins de 10 %

  • Sharon : Je présenterai au Président Bush un “ plan diplomatique détaillé ”
    Eytan Amit, Shimon Shiffer, Itamar Eichner (Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le Président des Etats-Unis, George Bush, et le prince héritier Abdallah d’Arabie Saoudite ont convenu la semaine dernière entre eux d’un “ partage du travail ” dans le cadre d’une nouvelle initiative de paix pour le Moyen-Orient : Bush exercera des pressions sur Israël, tandis que les Saoudiens organiseront des pressions du monde arabe sur Yasser Arafat. C’est ce qu’affirmait hier dans sa manchette le “ New York Times ”.
    Le Premier ministre, Ariel Sharon, effectuera une visite à Washington la semaine prochaine, et il entendra des paroles dures et directes du chef de la Maison-Blanche et des membres de son équipe. De son côté, Sharon a l’intention de soumettre au président Bush “ un plan diplomatique détaillé, d’un type encore jamais présenté, pour la solution du conflit israélo-arabe ”. Sharon en a fait état dans une interview spéciale avec Ted Koppel, qui sera diffusée ce soir aux Etats-Unis.
    En prévision de son départ pour les Etats-Unis, samedi soir, Sharon s’est réuni hier avec le ministre des Affaires étrangères Shimon Pérès, et ils ont discuté du plan du Premier ministre. Au cœur de celui-ci : Israël accepte de participer à une conférence régionale sous l’égide des Etats-Unis. Israël annoncera qu’il est prêt à discuter de toutes les questions en suspens avec les Palestiniens, sur la base des résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité. Sharon dira également qu’il est prêt à discuter des principes du plan de paix saoudien.
    Au moment où Sharon sera aux Etats-Unis, Yasser Arafat sera invité à rencontrer les dirigeants arabes, au Caire sans doute ; ceux-ci feront pression sur lui pour qu’il assouplisse ses positions, et par-dessus tout pour qu’il crée un “ climat de paix ” en agissant énergiquement contre le terrorisme et ceux qui l’emploient. Cette semaine, le président Bush doit également recevoir à Washington le roi Abdallah de Jordanie.
    Aux dires du “ New York Times ”, à l’initiative que Bush et le prince Abdallah entendent promouvoir seront également mêlés des Etats européens. Elle débutera sur un cessez-le-feu et sur un retrait israélien total des territoires palestiniens. Par la suite, un “ rouleau compresseur ” sera actionné contre Sharon et Arafat, pour qu’ils négocient et parviennent en fin de compte à la création d’un Etat palestinien, sur la base des propositions d’Ehoud Barak à Camp David.
    La négociation se déroulera dans le cadre d’une conférence internationale de la paix, avec la participation des Etats-Unis, de la Russie, de l’ONU et de l’ Union européenne – ainsi que de 5 pays arabes : l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, la Syrie et le Maroc. Cette question sera abordée aujourd’hui à Washington, lors d’une réunion du “ Quatuor ” qu’a convoqué le Secrétaire d’Etat, Colin Powell : le ministre russe des AE, Igor Ivanov ; le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan ; le représentant de l'UE Javier Solana et le président en exercice de celle-ci, Joseph Piqué.
    Le porte-parole de la Maison-Blanche, Ari Fleischer, a démenti les assertions concernant un “ partage du travail ” entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite. Selon lui, le président Bush n’a nullement l’intention de confier à des dirigeants arabes la tâche d’exercer des pressions sur Arafat.
    En Israël aussi, les milieux gouvernementaux se montrent très sceptiques face à cette nouvelle du “ N.Y. Times ”. Ils font valoir qu’il s’agit sans doute d’un “ ballon d’essai ” de milieux du Département d’Etat hostiles à Israël. D’après ce que l’on sait à Jérusalem, il est faux que le président Bush aurait l’intention de parler durement au Premier ministre Sharon.
    L’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, Dan Kurtzer, a déclaré hier que “ ça vaudrait la peine pour Sharon que la première étape d’Arafat, à la sortie de la Mouqataa assiégée, soit une visite dans la propriété du Premier ministre, Havat Shikmim ”. Kurtzer a fait cette déclaration en recevant à huis clos une délégation de la “ Coalition de la paix ” menée par les anciens ministres Yossi Beilin et Yossi Sarid. Il a ajouté que “ le moyen de traduire dans les faits les idées de paix réside dans la réunion d’une conférence de la paix ”.

    (Amir Rappoport : ) Une source haut placée de la Défense estimait hier soir “qu’en l’absence de progrès diplomatique dans les deux mois qui viennent, il y aura une reprise des attentats sur l’échelle qui prévalait avant l’opération Rempart. Il n’y aura alors pas d’autre solution que de lancer une nouvelle opération d’envergure dans les territoires”.

  • Quel lendemain ?
    Oded Granot (Maariv) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    ° Arafat s’attend à être couvert de louanges pour avoir “ survécu au siège israélien ”, et à renouer avec sa vielle tradition de voyages dans les capitales du monde entier. Mais il faudra bien constater que rien n’a réellement changé, et que dans ce nouveau chapitre de la guerre israélo-palestinienne -- il n’y a ni vainqueurs ni vaincus.
    De lourdes tâches attendent Arafat. Le président palestinien doit entreprendre des travaux de restauration importants. Restauration d’un leadership écorché. En effet, tant qu’il était sujet au siège à Ramallah, il était le symbole de la résistance, de “ la montagne que le vent ne peut déplacer ” comme il se plait à se définir. Mais lorsque les chars israéliens se seront retirés du Palais de la présidence palestinienne, la critique interne refera surface. Critique d’une stratégie d’embrasement qui n’a pas apporté aux Palestiniens les effets escomptés.
    La deuxième phase sera de reconstruire l’Autorité palestinienne, ses institutions militaires et civiles. Dans la lutte secrète pour l’héritage, Mohamed Dahlan a su, durant ces 19 mois d’affrontement, prendre le dessus sur Jibril Rajoub, accusé dernièrement d’avoir cédé aux Israéliens, et sur Bargouti, détenu aujourd’hui en Israël. Au plan politique, Mohamed Rashid, le conseiller financier d’Arafat, et Saeb Erekat, membre du cabinet de sécurité palestinien ont gagné des points par rapport à Abou Ala ou à Nabil Shaat.
    Arafat devra également essayer de restaurer la confiance perdue du président américain.
    Arafat ne pourra jamais être à la hauteur de toutes ces taches. Il n’en a pas les moyens et n’en a d’ailleurs jamais exprimé le souhait. Arafat n’a jamais voulu risquer une guerre civile. Dans le meilleur des cas, il parviendra à une “ entente ” avec les organisations terroristes pour stopper les attentats à l’intérieur de la ligne verte, mais rien de plus. Rien ne présage donc d’un changement d’orientation dans la confrontation israélo-palestinienne de ces 19 derniers mois, si ce n’est peut-être les contacts présumés entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis pour faire pression sur Sharon et Arafat.

  • Il se sent vainqueur

    Rony Shaked (Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    ° Arafat est comme un caméléon. Il sait changer de couleur et s’adapter aux situations variables, sortir d’un champ de mines. Même s’il est plein de bleus et de bosses, en plein milieu des ruines, il est capable de se dresser devant son peuple et de lui dire sans honte : “ J’ai gagné ! ”.
    Aux membres de son peuple, il dira que le “ tsoumoud ” - s’accrocher avec entêtement au terrain – en valait la peine. Il leur dira : “ Vous pensiez que je suis faible ? Vous vous demandiez où je vous mène ? Eh bien, j’étais dans le pétrin avec vous tous, et je n’ai pas capitulé ”.
    Arafat inscrit une victoire dans son calepin. Il a réussi à ramener le problème palestinien en tête de l’agenda mondial des priorités, il a résisté aux pressions américaines et arabes et n’a pas décrété la suspension du terrorisme et des combats. Il a réussi à entraîner encore une fois les Américains vers une implication dans la région, et il a aussi provoqué l’entrée en scène de l’ONU – un pas de plus en direction de l’internationalisation rampante du conflit. Et le plus important dans tout ça : il reste le symbole de la Palestine. Pas seulement pour son peuple, mais aux yeux du monde entier.
    La campagne “ victorieuse ” qu’il va entamer dans les jours qui viennent sera consacrée principalement à diffamer Israël et à faire passer les Palestiniens pour des victimes. Mais c’est encore la partie facile. A son retour, il devra faire des efforts pour fonctionner dans une situation quotidienne dure et épuisante. Pour commencer, il lui faudra restaurer et remettre sur pied les territoires palestiniens et les institutions de l’Autorité palestinienne, principalement les organismes de sécurité.
    Arafat devra aussi se mesurer aux critiques venues de l’intérieur, l’accusant de ne pas avoir libéré les assassins du ministre Rehavam Zeevi – bien qu’il ait réussi à ne pas les livrer à Israël. On l’accusera d’avoir “ vendu ” les combattants de la liberté aux Américains et à Israël.
    Il va aussi être exigé de lui qu’il honore la traite qu’il a signée vis-à-vis des Etats-Unis, d’agir contre le terrorisme. Le prétexte répété à satiété – “ Comment voulez-vous qu’il agisse, sans électricité ni téléphone ? ” - ne jouera plus.
    Mais ne nous berçons pas d’illusions : un siège de 31 jours n’a rien changé chez Arafat. Cela n’a fait que le durcir encore plus. Après un mois où il a été couché en joue par les canons des chars, on a du mal à imaginer qu’il ordonnera maintenant à ses gens le cessez-le-feu. Le retour des attentats douloureux n’est qu’une question de temps. Avec eux, le retour à la case du 29 mars – une nouvelle entrée en force dans les territoires.

  • Les assassins du ministre Zeevi sont en prison – Arafat est libre
    Yediot Aharonot - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Les 4 assassins du ministre Zeevi ont été transférés dans la prison de Jéricho, en même temps que Fouad Shoubaki et Ahmed Saadat – qui n’ont pas encore été jugés. Les Palestiniens font savoir que ces deux derniers seront remis en liberté ultérieurement. Les détenus sont sous la surveillance de gardiens britanniques et américains.
    § Tsahal s’est retiré de Ramallah. De son côté, Arafat prépare un “ voyage triomphal ” dans le monde.
    § Sharon : S’il y a de nouveaux des attentats sanglants, nous envisagerons d’empêcher son retour dans les territoires.

  • Diffusion en France d’une chanson inédite de Gainsbourg en faveur d’Israël

    Une des radios de la communauté juive française RCJ (94,8Mhz) diffusera demain une composition inédite de Serge Gainsbourg (Le sable et le soldat), écrite par le chanteur en 1967 en pleine guerre des Six-Jours, à la demande du conseiller culturel de l’ambassade d’Israël en France de l’époque. L’exhumation de ce titre est due à un auditeur de Radio communauté juive, Jean-Gabriel Le Nouvel, familier de Serge Gainsbourg à cette époque. Il y a une quinzaine de jours, M. Le Nouvel a pris contact avec la station communautaire pour l’informer de l’existence de cette chanson, qui avait été offerte en son temps à l’état d’Israël. Connu sous le double titre de Chanson pour Israël / Le sable ou le soldat, le thème a été écrit en 24h par Serge Gainsbourg, qui avait alors 39 ans. Sur cette chanson de 1 minute 40, en forme de ballade, Gainsbourg chante notamment, accompagné par un orgue :
    «Oui, je défendrai le sable d’Israël, la terre d’Israël, les enfants d’Israël. Quitte à mourir pour le sable d’Israël, la terre d’Israël, les enfants d’Israël je défendrai contre tout ennemi, le sable et la terre, qui m’étaient promis quitte à mourir pour le sable d’Israël, les villes d’Israël, le pays d’Israël tous les Goliaths venus des pyramides, reculeront devant l’étoile de David». Serge Gainsbourg, né Lucien Ginzburg, décédé en 1991, n’avait jamais publiquement manifesté son soutien à Israël de son vivant. En revanche, il n’a jamais caché qu’il avait été contraint de porter l’étoile jaune sur sa blouse d’écolier lorsqu’il était enfant.

  • Un Irakien condamné en Jordanie pour  tentative d’envoi d’armes aux Palestiniens

    Un Irakien accusé d’avoir acheminé d’Irak en Jordanie des armes destinées aux Palestiniens a été condamné à 15 ans de travaux forcés par une cour jordanienne, qui a néanmoins allégé la peine de moitié, a-t-on appris hier de source judiciaire.
    La Cour de sûreté de l’État a rendu lundi son verdict dans ce procès ouvert en janvier, a-t-on ajouté de même source.
    L’Irakien Abbas Meteiri, conducteur d’un camion-citerne, avait été arrêté début octobre à Amman par les services des renseignements jordaniens et a ensuite reconnu avoir accepté d’acheminer les armes, car «elles étaient destinées à l’appui de l’intifada».
    Selon l’acte d’accusation, M. Meteiri a avoué avoir rencontré en avril 2001 à Amman un Irakien se nommant Mohammad Tali, qui lui a proposé de transporter 13 kalachnikovs dans le camion-citerne en échange de 600 dinars jordaniens (840 dollars US).

  • Des billets de un dollar brûlés, des drapeaux des États-Unis piétinés et des jeunes déguisés en kamikazes : les Irakiens ont célébré à leur manière cette semaine le 65e anniversaire de leur président
    [ l'ami de Le Pen ; " qui se ressemble, s'assemble"].

    Des manifestants ont symboliquement mis le feu à deux billets d’un dollar lors d’un rassemblement de journalistes irakiens, organisé pour l’anniversaire célébré dimanche de Saddam Hussein, en face de la section des intérêts américains à Bagdad.
    La scène était retransmise par la télévision de la jeunesse, dirigée par Oudaï Saddam Hussein, le fils aîné du président irakien, et rebaptisée «télévision de l’Anniversaire» le temps des festivités qui s’achèvent officiellement aujourd’hui.
    «Ce geste témoigne du refus de la politique américaine à l’égard de l’Irak et du président Saddam en particulier», a commenté un diplomate.
    Il se réfère aux menaces de Washington de lancer une opération militaire d’envergure contre l’Irak pour renverser le régime de Saddam Hussein, accusé de développer des armes de destruction massive.
    Les sentiments antiaméricains, du moins ceux exprimés devant la presse, se sont accentués à l’occasion de l’anniversaire du chef de l’État qui, à 65 ans, semble se porter bien et se maintient au pouvoir malgré la guerre du Golfe en 1991 et les onze ans de sanctions internationales qui frappent son pays.
    Lundi, des étudiants de la deuxième académie militaire à Bagdad ont piétiné des drapeaux américain, israélien et britannique, dessinés au sol, lors d’une cérémonie organisée en présence du ministre de la Défense, le général Sultan Hashem Ahmad.
    Dimanche, des milliers d’Irakiens qui célébraient l’anniversaire de Saddam Hussein ont piétiné dans le centre de Bagdad les drapeaux des États-Unis, de Grande-Bretagne et d’Israël, les trois pays «ennemis» de l’Irak.

    Cérémonie de piétinement de portraits
    «À bas l’Amérique», «À bas le président américain, le sionisme et la Grande-Bretagne», criait la foule qui, saignée à blanc par le maintien de l’embargo de l’Onu, exprime de la sorte dans des manifestations officielles sa «colère» contre les États-Unis et leurs alliés britannique et israélien.
    Le même «sentiment» a été exprimé au plus haut niveau de la hiérarchie politique à Bagdad : le vice-président Taha Yassine Ramadan a piétiné lundi, lors d’une cérémonie officielle et en présence de représentants de la presse internationale, invités en grand nombre pour l’anniversaire, des portraits de personnalités américaines et britanniques imprimés sur un tapis.
    Ces portraits sont ceux du président américain George W. Bush, de l’ex-président George Bush, de l’ex-Premier ministre britannique Margaret Thatcher, de l’ex-secrétaire d’État Madeleine Albright.

    Depuis dix ans, les visiteurs de l’hôtel Rachid à Bagdad sont invités à piétiner le portrait en mosaïque de George Bush père qui porte la mention «criminel de guerre», imprimé à l’entrée de l’établissement, le plus grand de Bagdad.
    Outre cette animosité envers les États-Unis et leurs alliés, l’anniversaire de Saddam Hussein a été aussi l’occasion pour de jeunes Irakiens de se déguiser dans la rue en kamikazes, à l’instar des auteurs des attentats-suicide anti-israéliens dans les territoires palestiniens.

    Des jeunes, en linceul blanc ou vêtus de noir, ont fait leur apparition parmi la foule à Bagdad comme dans d’autres villes. Arborant des portraits de Saddam Hussein, d’autres jeunes portaient un bandeau sur la tête avec l’inscription «Il n’y a de Dieu que Dieu, et Mohammed est le messager de Dieu», s’identifiant ainsi aux militants intégristes palestiniens.

    Ces manifestations sont accompagnées de slogans imprimés sur de multiples banderoles déployées dans les rues de Bagdad et dont certains énoncent en langue anglaise : «Saddam, Our Choice» (Saddam c’est notre choix) ou «Saddam, Our Unweavering Hope» (Saddam, notre espoir indéfectible).

  • Bush n’a pas encore décidé s’il va frapper l’Irak

    Le président américain George W. Bush n’a pas encore pris de décision sur une éventuelle action militaire contre l’Irak, a déclaré mardi l’ambassadeur des États-Unis à Moscou Alexander Vershbow.
    M. Bush «n’a pris aucune décision d’attaquer l’Irak et aucune proposition en ce sens n’a été mise sur son bureau», a dit le diplomate lors d’une conférence de presse. 
    Le quotidien New York Times a affirmé pour sa part dimanche dernier que l’Administration envisageait de lancer au début 2003 une offensive aérienne et terrestre majeure contre l’Irak. Selon le journal, Washington aurait développé ce projet, prévoyant de déployer jusqu’à 250 000 soldats, après avoir estimé qu’un coup d’État avait peu de chances de réussir en Irak, tout comme une opération de forces locales opposées à Saddam Hussein.

  • La Syrie retire un projet dur de résolution, à l'ONU sur Djénine

    Par Shlomo Shamir, Correspondant d'Ha'aretz

    On a attendu des heures avant que le Secrétaire général Kofi Annan licencie la mission d'enquête de l'ONU sur l'offensive de Tsahal dans le camp de Djénine, la Syrie, sous la pression américaine, a retiré un projet dur de résolution qui demandait à Annan d'envoyer l'équipe et exigeait la coopération d'Israël.

    Les nations arabes avaient appelé à un vote au début de jeudi sur le projet Syro-tunisien. Mais les Syriens et des Tunisiens l'ont soudainement retiré, se rendant apparemment compte qu'ils n'avaient pas le minimum de neuf "oui" dans les votes. La proposition pourrait être réintroduite plus tard, ont dit les fonctionnaires.

    Les Etats-Unis, en attendant, ont formulé un projet alternatif qui emmettrait du conseil un rapport regretantt la décision d'Israël "de ne pas coopérer" avec l'équipe et un soutien de la décision d'Annan de la licencier. On demanderait à Annan de tenir le conseil au courant quand des informations précises sur les événements récents à Djénine seraient disponibles

    Un projet irlandais rival emploierait la langue diplomatique plus accentué pour "déplorer" que l'action d'Israël - soit sans regrets.
  • Lettre ouverte à M. Jean-Marie Colombani, directeur de la rédaction du Monde
    Dans Le Monde en date du mercredi 1er mai, est publié en page 18 le dessin d’un quotidien kenyan, traduit par l’hebdomadaire Courrier International pour Le Monde. Le dessin est partagé en deux vignettes, dans chacune d’elle un personnage se tient les mains pour pleurer devant un décor de ruines et de décombres. Vignette de gauche : " Varsovie 1943 ", vignette de droite : " Jenine aujourd’hui ". Commentaire explicite dans un coin du dessin : " l’histoire a une curieuse façon de se répéter " ! ! !…

    (LA SUITE DE LA LETTRE)

Mai 2002
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31