Accueil de Desinfos
Kol Israël en différé - bulletin de 17h30 en français, ( heure de Paris)
Kol Israël en continu et en français, à 7h - 12h - 17h30 ( heure de Paris)
Avril 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
RECHERCHER (par exemple)
 

téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mardi 30 Avril 2002 - 18 Lyar 5762- mise à jour 9:03 (heure de Paris, GMT +2) - LAG BAOMER
  • Le chef en sursis de la diplomatie françaie, Hubert Védrine a la mémoire courte

    Se réjouissant de "la décision israélienne, qui était attendue, de lever le siège de Ramallah", M. Védrine a "rendu hommage aux efforts américains, notamment ceux de Colin Powell, qui ont permis ce premier résultat", souligne le communiqué.

    M. Védrine a déclaré au secrétaire d'Etat "qu'il lançait un appel" au président de l'Autorité palestinienne "Yasser Arafat pour que celui-ci saisisse l'opportunité qui lui est offerte de restaurer son autorité et de défendre les droits légitimes de son peuple à un Etat palestinien viable".
    [le communiqué fait l'impasse sur la demande pressante américaine à Arafat de faire cesser le terrorisme...]
    "Il a exprimé l'espoir" que le Premier ministre israélien Ariel Sharon soutiendra ce nouveau cours et acceptera la relance d'un processus politique", conclut le communiqué du Quai d'Orsay.

  • Déclarations du porte-parole du Quai d'Orsay, deux poids, deux mesures
Non-renouvellement de l'accréditation du correspondant de l'AFP en Syrie
Nous regrettons la décision des autorités syriennes de ne pas renouveler l'accréditation du correspondant de l'AFP à Damas, M. Chmaytelli.
Cette mesure constitue un signal négatif pour le respect de la liberté de la presse en Syrie.
Qu'en est-il de la défense de la liberté de la presse en Israël ?
 
La multiplication des atteintes à la liberté de la presse, tirs de sommation, confiscation de cartes de presse, arrestations et contraintes de mobilité, depuis le lancement de l'opération 'Rempart', le 29 mars dernier, ne sont pas acceptables car il faut respecter cette liberté fondamentale qu'est la liberté de la presse. Les journalistes doivent pouvoir faire leur travail dans des conditions correctes. D'autant que c'est aussi l'intérêt de tous, cette attitude persistante suscite auprès de l'opinion publique internationale un impact nécessairement négatif.

  • Les Etats-Unis invitent l'ONU à considérer les demandes d'Israël sur l'investigation de Djénine
    Par Gideon Alon et Sharon Sadeh, Correspondants de Ha'aretz

    Le porte-parole du Département d'Etat Richard Boucher a pressé les fonctionnaires de l'ONU lundi de considérer les plaintes d'Israël à propos de la composition d'une délégation d'enquêteurs dans camp de Djénine. "Les Nations unies doivent travailler avec les parties concernées, les Israéliens et les Palestiniens et essayer de coordonner cette mission," a dit Boucher.

    "Nous attendons avec impatience le rapport approfondi et impartial de cette équipe au Secrétaire général (Kofi Annan) sur les événements récents à Djénine," a dit le fonctionnaire américain.

    Plus tard dans la journée une source bien placée de l'ONU a dit que l'équipe de l'ONU ne partirait pas pour Israël avant qu'il n'ait le consentement des deux côtés. Les membres du Conseil de sécurité participaient à une réunion convoquée à la hâte pour discuter de la décision d'Israël de ne pas accorder l'entrée à l'équipe de l'ONU effectuant l'enquête.

    Les diplomates auprès des Nations unies ont dit lundi que le général Kieran Prendergast a dit au Conseil de sécurité de l'ONU dimanche soir que l'équipe de l'ONU examinent les événements dans le camp de Djénine pendant la bataille entre des troupes de Tsahal et les Palestiniens armés seraient envoyés dans la région lundi, avec ou sans le consentement d'Israël.

    "Le secrétaire général espèrait que le cabinet israélien prendrait une décision positive ," a dit Prendergast aux journalistes. "Sa priorité est d'obtenir que l'équipe d'enquêteurs soit sur le terrain aussitôt que possible.

    Les quatre fonctionnaires israéliens qui ont conduit les pourparlers pendant le week-end avec les représentants des Nations unies à New York ont quitté les Etats-Unis lundi et sont sur la voie du retour en Israël.

    Les négociations ont visé à trouver une formule pour permettre à la mission d'enquête de l'ONU de commencer son enquête sur les événements dans le camp de Djénin, elles ont été effectuées entre le Secrétaire général e ld'ONU Kofi Annan et Shimon Peres.

    Des sources fiables à New York ont annoncé que, en réponse aux nouvelles demandes israéliennes, Annan a donné des assurances complémentaires à Israël que la mission se concentrerait sur les faits de l'opération et éviterait d'élargir la portée de l'investigation et que sa terminologie pourrait être employée comme base à des mesures légales.


    Le cabinet a retardé lundi le débat sur le niveau de coopération qu'Israël donnera à l'enquête dans les événements dans le camp de Djénine pendant l'opération de trois semaines que Tsahal à mener pour dénicher les terroristes. C'est la troisième fois que la discussion a été remise.

    Le ministre des Affaires Etrangères Peres, dans une conversation téléphonique avec le Secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, a dit qu'Israël ne permettrait pas à l'investigation de Djénine d'appeler des soldats de Tsahal et des officiers à témoigner, à moins que ce soit spécifiquement autorisé par Israël de faire ainsi.

    Peres a ajouté qu'Israël ne céderait jamais aucun de ses droits souverains.

    Les Palestiniens ont affirmé que les troupes de Tsahal avaient effectué un massacre de centaines de civils dans le camp, mais Israël a dit que les morts palestiniens étaient dans les dizaines et la plupart d'entre eux étaient des hommes armés ou des bombardiers. Israël a perdu 23 soldats dans la bataille.

    Le ministre des Affaires Etrangères britannique Jack Straw a dit à la B.B.C. lundi qu'il avait téléphoné à son homologue israélien Shimon Peres et lui avait dit : "si vous n'avez rien à cacher, obtiennez cette mission d'enquête aussitôt que possible."

    "C'est vraiment important pour Israël et pour la réputation d'Israël" de laisser débuter le travail de l'équipe de l'ONU aussitôt que possible dans le camp.

    Après un tollé international, l'ONU, avec une initiative américaine, a réuni une équipe d'enquêteurs pour examiner ce qui est arrivé dans le camp. Au début Israël a été d'accord, mais a alors crtiqué la structure et les procédures que l'équipe devait suivre et aussi la composition de l'équipe.

    Les Israéliens ont insisté pour que l'équipe soit composé de militaires et d'experts du terrorisme, pas des hommes politiques et des experts des réfugiés.


    Les Nations unies ont inclus un officier militaire français et deux fonctionnaires de police irlandais à l'équipe d'enquête de Djénine.

    L'ONU a dit la semaine dernière qu'il ajouterait deux officiers militaires, un de ce qui a été nommé dimanche et deux policiers à l'équipe de l'ancien Président Finlandais Martti Ahtisaari après que les Israéliens l'a accusé de manquer d'expertise militaire.

    Le porte-parole de la mission, Stephane Dujarric a dit que Francois Xavier Thomas Major de l'armée française se joindrait au Colonel Britannique Miles Wade comme un aide au Général de l'armée de terre à la retraite des Etats-Unis William Nash, le fonctionnaire militaire de l'équipe.

    A part Nash, la mission inclut aussi l'ancien Chef du Comité International de la Croix-Rouge Cornelio Sommaruga, Sadako Ogata, un ex-chef de l'agence des réfugié de l'ONU et le commissaire de police irlandais Peter Fitzgerald.

    Les Nations unies ont décidé d'ajouter les militaires et les policiers après qu'Israël se soit plaint que les fonctionnaires humanitaires dominaient la mission et ne serait pas capables d'explorer son accusation que Djénine était une forteresse "terroriste".

    Les fonctionnaires irlandais de police qui ont été nommés sont l'Inspecteur Patrick Leahy et le Commissaire adjoint Dermot Jennings.
    [voir à ce propos le rapport des sources de renseignements exclusives de DEBKAFILE'S qui parlent des chefs du Hezbollah et de al Qaeda à Djénine qui préparaient des attentats-suicide aux Etat-Unis]

  • Les Etats-Unis invitent l'ONU à considérer les demandes d'Israël sur l'investigation de Djénine
  • Avril 2002
    D L M M J V S
      1 2 3 4 5 6
    7 8 9 10 11 12 13
    14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27
    28 29 30