Retour à l'accueil de Desinfos Ecouter Kol Israël en français sur Internet
Novembre 2001
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
les infos de 2000
RECHERCHER (par exemple)
 
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
 la liste des infos au jour le jour
Jeudi 22 novembre 2001 - 7 Kislev 5762 - mise à jour à 15:43 (heure de Paris, GMT +1) pour actualiser cliquez ici
    1. Le zéro étant aussi une valeur, il faut conclure que les pays non cités ont pleinement respecté les libertés et les droits de l'homme pendant le mois de novembre. Ce serait le cas de pays exemplaires en la matière comme la Syrie, l'Irak, l'Iran, le Soudan, le Nigeria,  ou encore la Birmanie, le Cuba ou la Malaysie. Rien à signaler de ce côté là. No news, good news.
       
    2. De tous les pays ayant mérité la mise à l'index au cours du mois, seul Israël a eu les honneurs de dépêches spéciales concernant les accusations lancées à son encontre. Que ce soit l'AFP ou Reuters, Yahoo ou Le Monde, un article spécial est consacré aux griefs amnéstiens pesant sur Israël. Aucun traitement médiatique semblable n'a été réservé aux autres états critiqués par Amnesty.
       
    3. Dans son communiqué, Amnesty ne fait pas la moindre référence aux réponses détaillées fournie par les autorités israéliennes. Plutôt que se mesurer aux faits et arguments présentés par les israéliens, Amnesty préfère les ignorer complètement. Tout comme elle occulte le fait que la délégation annuelle d'Amnesty est reçue avec tous les égards par le ministère de la justice israélien, qui lui ouvre ses dossiers, ses rapports et les portes des installations que la délégation souhaite visiter, dans un esprit de coopération et de transparence sans commune mesure avec ce qui se fait dans d'autres pays démocratiques (pour ne rien dire des autres). Cette attitude d'ouverture et de bonne foi ne mérite, de la part d'Amnesty, qu'une brève remarque, citée par Reuters: "Amnesty estime qu'Israël ne réfute pas vraiment ses accusations".
       
    4. Si Reuters, de son côté, veut bien rendre compte du fait qu'il y a  bien une réponse israélienne, elle ne cite que deux phrases de l'intervention pourtant très argumentée de Yaakov Levy (dont elle réduit d'ailleurs le rang à "délégué", alors qu'il est ambassadeur d'Israël auprès des Nations Unies à Genève.)
       
    5. Que vaut à Israël cette attention médiatique très particulière? La torture. La torture? Que ceux qui s'attendent à des fils électriques, pinces arrache-ongles et caves ensanglantées se préparent à une lourde déception: il est question ici, d'après Amnesty, de priver les détenus de quelques heures de sommeil, les contraindre à demeurer accroupis, ou les priver de contact avec un avocat pendant plus de vingt jours. Ces pratiques, les pires qu'Amnesty ait pu trouver pour afficher sur sa liste noire attribuée à Israël, ne sont pas considérées "discutables" , "répréhensibles" ou "négatives", mais relevant carrément de la "torture".
       

Novembre 2001
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30