Retour à l'accueil de Desinfos Ecouter Kol Israël en français sur Internet
Novembre 2001
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
les infos de 2000
RECHERCHER (par exemple)
 
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
 la liste des infos au jour le jour
Mercredi 14 novembre 2001 - 28 Heshvan 5762

« Le Monde » se délecte d'un article de « La Stampa » délictueux, provocateur, voir antisémite

Mise au point sur l'article de Sara Daniel dans le Nouvel Observateur
transmis par le Service Information - Ambassade d'Israël, Paris

  • Les relations d'Arafat avec les Etats-Unis au point mort
    Miriam Shaviv -Jerusalem Post

    Les relations avec l'administration américaine du Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat sont à un "absoluement basses", a dit le Maj.-général d'Intelligence OC Amos Malka devant la la commission des Affaires étrangères et le Comité de Défense de la Knesset hier.

    Malka, avait été envoyé la semaine dernière par le Premier Ministre Ariel Sharon pour rencontrer des hauts fonctionnaires Américains, il a dit que les EU ne croient plusqu'Arafat se bat contre le terrorisme.

    Le point de rupture,a-t-il dit, est venu la semaine dernière où Israël a tué l'activiste du Tanzim Ataf Abbayat dans une voiture entre Bethléem et Beit Sahur.
    "L'Autorité Palestinienne avait dit qu'il était emprisonné. Après les coups de feu, les EU se sont plaint que l'AP les avait trompés," a-t-il dit.

    Malka a révélé qu'Israël a empêché 16 attaques terroristes depuis la mi-octobre. Au moins 10 d'entre eux auraient fait un grand nombres de victimes.

    Il a estimé que les EU deviennent maintenant "plus compatissants" à l'égard d'Israël quand il effectue des meurtres ciblés, "tant que les opérations sont de courte durée."

    Selon Malka, le prestige d'Arafat s'efface aussi parmi ses propres gens. "Certains des conseillers d'Arafat pensent qu'il maximise les risques, en réduisant au minimum les bénéfices.

    "Il y a le sentiment que suite à sa gestion, le moment où l'Autorité Palestinienne perdra le contrôle se rapproche."

    Malka a souligné que la critique ne vient pas d'un assez grand nombre de personnes pour forcer Arafat à ajuster son comportement.

    Le seul conseiller d'Arafat qui le critique est le Chef de Service de la sécurité préventive de la Bande de Gaza Muhammad Dahlan, qui veut qu'Arafat améliore l'image de l'Autorité parmi des Palestiniens en combattant la corruption.

    En attendant, Malka a dit que des terroristes palestiniens ont des difficultés à faire des bombes et faire des infiltrations en Israël. Au lieu de cela, les organisations terroristes emploient "des tireurs-suicide," où les cibles sont des civils israéliens et où les terroristes espèrent perdre la vie dans l'opération.

    Des exemples récents incluent l'attaque d'un autobus Egged à l'intersection de Colline française de Jérusalem la semaine dernière; conduite par un terroriste près du Kibboutz Metzer et dans la banlieu de Hader il y a deux semaines; et l'infiltration de deux terroristes dans le Sinaï Elei au commencement d'octobre, qui a fait 2 morts et 14 blessés.

  • Le chef des Renseignements militaires : La confiance que les Américains mettent dans Arafat est au plus bas
    Arieh Bender (Maariv) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël

    "La confiance que l'Administration américaine met en Yasser Arafat est au plus bas; elle se traduit fréquemment par une attitude d'hostilité à son égard" - c'est ce qu'a fait valoir hier le chef des Renseignements militaires, le général Amos Malka, devant la Commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset.
    D'après Malka, rentré récemment d'un voyage aux Etats-Unis, où il avait été envoyé par le Premier ministre, on peut remarquer qu'aux Etats-Unis comme en Europe, on est dégrisé et on fait de moins en moins confiance à l'image de la situation qu'Arafat et les Palestiniens tentent de "commercialiser". Différents rouages de l'Administration américaine comprennent maintenant que les comptes-rendus faits par les Palestiniens, selon lesquels ils agissent contre le terrorisme, sont purement virtuels.
    Le tournant dans l'attitude américaine s'est produit à propos de l'élimination d'Aatef Abayat,l'un des chefs du Fatah à Bethléem, responsable des tirs répétés contre Gilo. Les Palestiniens avaient informé les Américains qu'ils avaient mis Abayat en prison; mais sa liquidation alors qu'il se trouvait dans une voiture qui circulait aux abords de Bethléem a démontré aux Américains que les assertions palestiniennes étaient mensongères.
    Malka a ajouté que l'on discerne ces derniers temps une évolution dans les modes d'action des organisations terroristes; elles se tournent vers des tentatives pour abattre des responsables israéliens, ou les attentats suicide avec tirs à l'arme automatique. Dans le courant du mois écoulé, il a été fait échec à non moins de 16 tentatives d'attentats de cette sorte. Les actions préventives créent l'impression d'une accalmie dans les territoires, comme si les Palestiniens s'attachaient eux-mêmes à prévenir les attentats. "Mais tout le crédit du succès nous revient", a déclaré le général Malka

  • Séparation n'est pas synonyme de redéploiement
    Dan Margalit (supplément politique de Maariv) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël

    Aharon Oussichkine, tué dans son Moshav, est une nouvelle victime du terrorisme palestinien. Gratuite, sa mort est d'autant plus inconsolable que le lieu du crime aurait du être depuis longtemps protégé par une barrière de séparation.
    Tout est pourtant disponible. Des barbelés pour une distance de 350 km, un financement d'un montant de 700 millions de shekels, mais l'opposition vient visiblement de l'ensemble de l'échiquier politique israélien, de Benny Eilon à Yossi Beilin.
    Ariel Sharon et ses amis de droite redoutent certainement la réaction des colons, celle des habitants de Jérusalem - à qui on promet une Jérusalem unifiée - , mais aussi celle de Binyamin Nétanyahou.
    Quelle sera la réaction des colons qui souhaiteront rester dans leurs domiciles actuels au-delà de la barrière ? Pourquoi la vie de ces personnes devrait-elle être mise en péril ? A ces questions existent de nombreuses réponses, mais il existe surtout une équation de taille : Si Israël détient une solution au conflit qui protégerait 90% de la population israélienne, est-il vraiment raisonnable de penser qu'elle ne devrait pas être appliquée pour la seule raison qu'elle n'est pas appropriée aux dix autres pour-cent ?
    De son côté, Shimon Pérès et les partisans d'Oslo n'ont pas perdu l'espoir de voir un jour dans cette région naître un nouveau Proche-Orient où le High-Tech irait bon train à Hébron et à Naplouse. Pour ne pas tuer le rêve, ils s'opposent à une séparation unilatérale d'avec les Palestiniens - alors que le pays saigne - et sont ainsi contraints de réagir au meurtre d'Oussichkine en faisant incursion en zones autonomes palestiniennes. Même si Pérès ne les approuve pas pleinement, il préfère de loin ces incursions- au service de sa vision exaltante - à l'idée d'une séparation.
    Qu'on le veuille ou non, une barrière sera édifiée le long de la Ligne verte, mais également à Jérusalem même. Il ne faut pas y voir une frontière définitive mais simplement un dispositif de défense. Le choix est clair : Edifier une barrière de séparation ou avoir sérieusement l'intention de le faire , de telle manière que les Arabes cessent les tirs de crainte d'être séparés des Israéliens.
    (..) En leur temps, les colonies avaient joué le même rôle. Ce sont elles qui ont accéléré le processus de paix. En 1998, l'OLP a commencé à parler de paix et de compromis, car les Palestiniens redoutaient que sans un accord, ils se retrouveraient sans une parcelle de terre dans les territoires.
    (..) Séparation n'est pas synonyme de redéploiement. Ni même de concessions. Elle présente simplement une alternative à l'irréductibilité de Yasser Arafat.

  • Colin Powell annoncera : application des "Recommandations Mitchell", malgré les attentats
    Nahoum Barnéa, envoyé spécial aux Etats-Unis (Yedioth Aharronot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le nouvel émissaire des Etats-Unis pour le Moyen-Orient sera le général (rés.) Anthony Ziny, ancien commandant des forces américaines dans la zone du Golfe Persique. Il viendra en tournée en Israël après que le Secrétaire d'Etat américain, Colin Powell, aura prononcé la semaine prochaine son discours sur la vision de l'Administration Bush concernant la solution du conflit israélo-palestinien.
    Selon le brouillon préparé au Département d'Etat, Powell va s'appuyer sur les recommandations de la Commission Mitchell, qui s'abstiennent d'entrer dans les détails d'un règlement israélo-palestinien. Mais à l'encontre de la position israélienne, le discours de Powell stipulera que les conditions du Rapport Mitchell sont indépendantes les unes des autres. En d'autres termes, Israël doit cesser de développer ses implantations, sans rapport avec la cessation du terrorisme de la part des Palestiniens. La formule employée sera que les attentats terroristes "ne bloquent pas la pendule" d'application du processus.

    (...) Le ministre des Affaires étrangères, Shimon Pérès, a achevé hier soir une brève visite à Washington. Il n'attache pas une trop grande importance à la nomination du nouvel émissaire américain. Pérès est convaincu que les Etats-Unis ne tenteront pas d'imposer une solution à Israël, ni de prendre une initiative de grande portée. L'objectif des Américains, selon Pérès, est de faire baisser sensiblement le niveau de la violence, pour ne pas gêner leur manoeuvre principale dans la région, face à Oussama Ben-Laden.
    Pérès a pris la parole devant la convention annuelle des Fédérations juives des Etats-Unis. Il a dit qu'il y a "de nombreux Israéliens qui acceptent la création d'un Etat palestinien, désarmé, économiquement prospère, vivant en paix et dans des relations de bon voisinage avec Israël".

    (06:45)Une bombe dans une poubelle blesse deux personnes, ce matin à Jérusalem

    Deux ouvriers d'assainissement de Jérusalem ont été blessés légérement quand une petite bombe mise dans une poubelle a explosé, dans le quartier de Kiryat Hayovel.
    Le secteur de l'explosion a été interdit d'accès car la police cherche d'autres bombes.

  • Les relations avec l'administration américaine du Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat sont "à un niveau très bas," a dit le Maj.-général du renseignement OC Amos Malka devant la comission des Affaires étrangères de la Knesset.
    Malka, qui a été envoyé la semaine dernière par le Premier Ministre Ariel Sharon au Etats-Unis pour rencontrer des hauts fonctionnaires Américains, il a dit que les Etats-Unis ne croient plus qu'Arafat se bat contre le terrorisme.

  • Le service de sécurité du Shin Bet arrête une cellule terroriste du Fatah à Hebron
    Amos Harel, Jalal Bana et Daniel Sobelman, Correspondants d'Ha'aretz

    Des forces de sécurité israéliennes ont récemment retenu trois membres d'une cellule terroriste du Fatah à Hebron. Les suspects projetaient un certain nombre d'actions terroristes, y compris une attaque à la voiture piégée près du tombeau de Patriarches d'Hebron, ont dit mardi les fonctionnaires du service de sécurité du Shin Bet.

    La révélation du Shin Bet est venueaprès un jour de violence relativement calme sur la rive occidentale et dans le territoire de Gaza. Une femme palestinienne a été tuée à Tulkarem mardi soir et le porte-parole de l'Autorité Palestinienne a prétendu qu'elle a été tuée à l'intérieur de sa maison. Aucun Israélien n'a été blessé mardi dans des incidents de tir.

    L'interrogation des trois suspects de Hebron a établi qu'ils projetaient d'employer une voiture ressemblant aux véhicules employés par les membres de la force des observateurs de la Protection Internationale Provisoire de Hebron (TIPH) et de garer la voiture près du tombeau de Patriarches. Les membres de cellule avaient contrefait des autocollants TIPH à cette fin.

    Les suspects avaient projeté de faire exploser la voiture piégée à un moment où un grand nombre de pelerins Juifs seraient recueillis au Tombeau, ont dit les sources de Shin Bet. Les membres de la cellule ont aussi projeté de commettre des attaques terroristes à l'intérieur de la Ligne Verte, sur des sites comme l'Université hébraïque de Jérusalem et la Colline française, ajoutent les sources .

  • Une miine a été explosé mardi dans une attaque contre un blindé de Tsahal près du Kfar Darom l'implantation dans la Bande de Gaza. Personne n'a été blessé par la détonation. Après l'explosion, les soldats de Tsahal sont brièvement entrés dans les secteurs "A" dans la zone de Al-Balah, pour la poursuite des suspects après l'attentat à la bombe. Aucun suspect n'a été retenu.

    Des décharges ont été renvoyées mardi sur un camion israélien dans la région Gilboa, près du Kibboutz Meirav; personne n'a été blessé dans cette attaque. Le conducteur de camion a annoncé que les balles ont été tirées depuis un véhicule blanc, qui s'est alors enfui dans la direction des villages voisins "mal" contrôlés par les Palestiniens . Le secteur de Gilboa a été la scène d'un certain nombre d'attaques dans les récents mois.

    Il y a eu relativement peu d'attaques dans les territoires mardi, des incidents ont cependant été annoncés à Djénine, près de Naplouse et à l'extérieur de Ramallah.

    Novembre 2001
    D L M M J V S
            1 2 3
    4 5 6 7 8 9 10
    11 12 13 14 15 16 17
    18 19 20 21 22 23 24
    25 26 27 28 29 30