Accueil   Les Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency
RCJ - Dimanche 11 mars 2001

Henri Hajdenberg: La France refuse de faire un procès d'intention à Ariel Sharon

Invité de l'émission « Gros Plan » diffusée le dimanche 11 mars à 11h sur les ondes de la Radio de la Communauté juive de France (RCJ) Henri Hajdenberg, le président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF), s'est exprimé sur la situation au Proche-Orient.

Interrogé sur les propos du ministre des Affaires Etrangères, Hubert Védrine, qui a estimé que le nouveau gouvernement israélien devra être jugé sur ses « actes et ses engagements précis », Henri Hajdenberg a déclaré:

« Il faut positiver la déclaration de Hubert Védrine. Le ministre des Affaires étrangères a voulu dire qu'il convient de ne pas diaboliser Ariel Sharon, Premier ministre élu démocratiquement, et qu'il est disposé à avoir des relations avec le chef du gouvernement israélien, à aller de l'avant, et non pas à lui faire un procès d'intention. ».

Questionné sur le rôle de la France et de l'Europe au Proche-Orient, Henri Hajdenberg a déclaré:

« La France ne peut pas jouer un rôle si elle n'a pas la confiance d'Israël. Jacques Chirac n'a pas réussi à avoir définitivement la confiance des Israéliens ».

Lionel Jospin a essayé de rétablir le rapport de confiance lors de son voyage en Israël en Février 2000. Mais il n'a pas réussi. Ce n'est pas lui qui mène la diplomatie française.

L'Europe n'est pas dans la même situation. Depuis le 1ier janvier, la Suède préside l'Union européenne et a une politique plus sympathique, plus

compréhensive à l'égard d'Israël, et essaye de jouer un rôle beaucoup plus équilibré.

L'Union européenne joue un rôle essentiel. C'est elle qui verse les subventions les plus importantes aux Palestiniens. L'Europe a un poids considérable dans la survie de l'entité palestinienne ».

Interrogé à propos de l'interview accordée par Gisèle Halimi à un journal d'enseignants le 5 mars 200 1, Henri Hajdenberg a déclaré:

« Gisèle Halimi dit que Ariel Sharon est l'auteur des massacres de Sabra et Chatila. C'est un mensonge! C'est scandaleux 1 ».

Henri Hajdenberg a rappelé que « ce sont les milices chrétiennes, qui ont perpétré les massacres de Palestiniens dans ces camps libanais. Selon les conclusion de la Commission Kahana, Ariel Sharon, ministre de la Défense à l'époque, n'avait qu'une responsabilité indirecte pour ne pas les avoir évités.

Faire croire que les « autorités israéliennes et juives en France se sont approprié le monopole de l'holocauste pour parler des juifs du monde entier », comme elle le déclare dans ce même entretien, c'est aussi scandaleux 1

Les dirigeants de la communauté juive sont élus démocratiquement. Gisèle Halimi ne s'est jamais engagée pour défendre la mémoire de la Shoah et essayer de faire enseigner dans les écoles l'histoire de la Shoah ».