Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Crédo à la gloire du Hamas par l'AFP, le 08/05/02 à 14h16, "Le Hamas tient ses promesses"

Frédéric Lellouche (O.L.I.P.O.) -Observatoire pour une Lecture de l'Information sur le Proche-Orient

L'AFP a concocté une dépêche qui explique et justifie le terrorisme du Hamas lors de la dépêche du 08 mai 2002 à 14h16 sous le titre "Le Hamas tient ses promesses".

Cette dépêche ne contient pas une seule fois le mot "terrorisme" ou "terroriste", a un titre à connotation flatteuse, racoleuse et électorale, justifie le terrorisme en Israël et est finalement une véritable crédo à la gloire du Hamas.

L'AFP s'aligne donc sur les plus radicaux des terroristes et est plus royaliste que le raïs Arafat qui a qualifié ce dernier attentat de "terroriste".

Cette agence de presse bafoue les règles et la charte du journalisme et devient une véritable agence de propagande palestinienne et islamiste reprenant à son compte les thèses les plus radicales des palestiniens.

Cette dépêche ne relate aucune information mais est une analyse non objective de la situation (un seul côté est distingué avec un seul interlocuteur) ce qui n'est pas le rôle d'une agence de presse : Associated Press ne se permet de tels écarts.

Pour faire bonne impression, ce qui ne peut être dit par ses "journalistes", l'AFP le fait dire par un "analyste" qui est souvent pour l'AFP M. Ghassan Khatib qui d'ailleurs prend souvent la parole les lendemains d'attentats pour les justifier ou en atténuer les conséquences. On le retrouve assez souvent pour faire dire ce qui ne peut être dit soi-même (procédé bien connue de ce type de journaliste).

Celui-ci est accrédité par l'AFP avec une superbe caution par différents titres tels que chercheur en sciences politiques et Directeur du Jerusalem Media ce qui est à relativiser qund on connait la provenance de ces titres mais, pour l'AFP, le travail est fait en cautionnant ce "savant reconnu".

Les vérités de ce chercheur deviennent donc vérité officielle et de bonne foi. Bien évidemment, aucun responsable ou chercheur israélien n'est consulté dans cet article pour donner une autre version ce qui serait le minimum pour une agence indépendante et impartiale.

Pour l'AFP, "La vérité est évidemment ailleurs !".

http://fr.news.yahoo.com/020508/202/2kxcx.html

mercredi 8 mai 2002, 14h16

Le Hamas tient ses promesses

JERUSALEM (AFP) - Le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui avait récemment promis de nouveaux attentats suicide en Israël, a prouvé une fois de plus mardi soir que ses menaces devaient être prises au sérieux. (NDLR : élogieux comme début, le Hamas l'a promis, le Hamas l'a fait !)

En frappant à Rishon-le-Tzion, au coeur d'Israël, le Hamas montre que l'opération militaire israélienne "Rempart" lancée le 29 mars n'a pas entamé sa capacité à perpétrer des attentats. Au contraire, l'attentat, qui a fait 16 morts (outre son auteur) est la conséquence directe de cette offensive, qui a renforcé la force de frappe du Hamas, estime l'analyste palestinien Ghassan Khatib. (NDLR : début de justification de l'attentat voire de sa gloire, à noter que ceci n'est pas mis en guillemet).

"Pour lancer des attentats suicide, il faut des hommes, les moyens techniques étant faciles à mettre au point", dit ce chercheur en sciences politiques à l'univerité de Bir-Zeit, près de Ramallah (Cisjordanie) et directeur du Jerusalem Media and Communication Center (JMCC). (NDLR : Accréditation de ce "chercheur et directeur", à méditer quand on sait que Bir-Zeit est le fief du Hamas et des islamistes et que ne s'y fait sans leur volonté)

Avec "Rempart", "les Israéliens ont créé une atmosphère favorable et ont donné des motifs à de nombreux Palestiniens pour commettre des attentats suicide", a-t-il ajouté. (NDLR : C'est vrai qu'avant 'Remparts', le Hamas n'avait jamais fait d'attentats et était un mouvement pacifiste.)

L'attentat de Rishon-le-Tzion, commis alors que semblaient pointer de timides espoirs d'une reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens montre aussi, une fois de plus, que le Hamas, opposé au processus de paix, "refuse clairement tout apaisement de la situation", dit M. Khatib. Mais surtout, ajoute-t-il, cette attentat est "un acte de représailles à toutes les attaques et atrocités commises par les Israéliens au cours des dernières semaines". "Avec tout ce qu'ils ont fait, les Israéliens ne pouvaient pas s'attendre à ce que les Palestiniens restent passifs", dit-il, soulignant une fois de plus qu'on ne peut mettre fin à la violence par la violence. (NDLR : Justification du terrorisme par des actes imaginaires. La propagande palestinienne est donc reprise et accréditée par l'AFP qui parle donc d'atrocités, de tout ce qu'ils ont fait laissant libre cours à l'imaginaire).

Mercredi matin, moins de douze heures après l'attentat de Rishon-le-Tzion, un kamikaze palestinien a été blessé dans le nord d'Israël après l'explosion de sa bombe, selon la police israélienne. "Ces opérations militaires relèvent de l'auto-défense", a déclaré peu après Ismaïl Hania, un des dirigeants du Hamas à Gaza. "La résistance du Hamas continuera tant que durera l'occupation israélienne", a-t-il répété, accusant "les occupants Israéliens d'êtres responsables de tout le sang versé". (NDLR : Auto-défense, résistance, occupation israélienne, responsable de tout le sang versé : L'AFP fait encore une fois parler un "dirigeant du Hamas", non qualifié de terroriste en reprenant à son compte toutes ses allégations. L'AFP se rend complice du Hamas et cautionne ses agissements)

Plusieurs membres du Hamas, dont au moins trois responsables locaux (NDLR : les mots utilisés à escient sont voulus enlevant toute connotation terroriste à cette organisation), ont été arrêtés en Cisjordanie au cours de l'opération "Rempart", mais la bande de Gaza, a la densité de population très forte et où est basé la direction politique du mouvement islamiste, a été épargnée lors de cette offensive.

Et si l'explosion de Rishon-le-Tzion a été le premier attentat suicide commis en Israël depuis le 12 avril, "Rempart", n'a pas mis un terme aux attentats et attaques du Hamas. Responsable de l'attentat de Netanya (27 mars) qui avait été à l'origine du déclenchement de Rempart, le Hamas a depuis cette date multiplié avertissements et mises en garde, revendiqué trois attentats suicide en Israël et une attaque contre une colonie juive de Cisjordanie qui ont fait 45 morts et de nombreux blessés. (NDLR : Les différences de mots sont importants car rien n'est fait au hasard : Attentats pour Israël, Attaque pour les territoires. Le mot terroriste n'est jamais utilisé et c'est voulu. Il est interdit pour un journaliste de l'AFP d'utiliser ce terme dans ce conflit, confirmation par un correspondant de l'AFP. A noter que parmi les morts se trouvent les auteurs de ces attentats : on mélange victimes et tueurs pour enlever tout sens aux actes)

Ses dernières menaces remontaient au 2 mai, quand Abdelaziz al-Rantissi, chef du mouvement dans la bande de Gaza déclarait à la BBC : "Nous verrons de nouvelles opérations dans les prochaines semaines ou jours". Mardi soir, dans une salle de billard, le Hamas a une nouvelle fois montré qu'il tenait ses promesses.

(NDLR : Conclusion en forme de programme électoral : Le Hamas, lui, tient ses promesses, lui donnant un air de force justifiée et de suprématie. C'est un véritable crédo au terrorisme du Hamas fait par l'AFP)