Accueil   Les Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency
Le cheikh Yassine : «Nos armes sont dirigées contre Israël»
A quelques heures de la fin de l'ultimatum lancé par Ehud Barak, le fondateur et guide spirituel du Hamas a accordé un entretien au Figaro et à RFI. Son mouvement radical opposé au processus de paix a été affaibli ces derniers mois par une vague d'arrestations ordonnées par l'autorité palestinienne.

Propos recueillis à Gaza par Thierry Oberlé
Publié dans le Figaro Quotidien du mardi 10 octobre, page


LE FIGARO. – Quelle directive donnez-vous aux militants du Hamas alors que l'ultimatum d'Ehud Barak expire ?
Ahmed YASSINE. – Je les salue et je salue leur djihad. Il faut que nos enfants développent un mode de résistance. Il faut utiliser tous les moyens pour s'opposer à cette attaque injuste et disproportionnée. J'invite les chebabs (les jeunes. NDLR) à défendre leurs frères palestiniens qui jettent des pierres les mains nues dans tous les lieux de confrontation, à Jérusalem et ailleurs. J'invite les kataïb (branche armée du Hamas. NDLR) à les défendre, à développer leurs méthodes et à s'adapter en fonction de la situation pour affronter la machine de guerre israélienne.

Pourtant l'ultimatum a été suivi d'une accalmie, en particulier dans la bande de Gaza.
Ce n'est pas vrai. Barak a rasé la région de Netzarim. Il a détruit les bâtiments autour de la forteresse israélienne, et désormais, celui qui lancera un caillou sera fusillé car il ne trouvera pas où se cacher. Il a fait le vide et c'est pourquoi les confrontations se sont calmées.

Quelle est votre réaction à l'enlèvement de soldats israéliens par le Hezbollah ?
L'opération réussie par le Hezbollah n'est qu'une partie de la résistance contre Israël. De ma place, je salue les membres du Hezbollah et leur courage. Cette action confirme qu'Israël, quelle que soit sa force, ne peut pas confronter les peuples et que la résistance libanaise et le peuple libanais sont dans la même tranchée. Le mouvement de sympathie exprimé par les peuples arabes confirme que l'existence d'Israël dans la région n'est pas désirée. Israël est un corps intrus qui a été imposé de force et sera enlevé de force. Inch'Allah !

Pourquoi le Hezbollah est-il plus efficace que le Hamas ?
Vous vous trompez. Le Hezbollah et le Hamas suivent une ligne identique. Mais le Hezbollah a le soutien de l'autorité au Liban alors que le Hamas est confronté à la position de l'autorité ici. Il existe une coordination sécuritaire israélo-palestino-américaine qui constitue un obstacle aux opérations et les dévoile. Un responsable palestinien a d'ailleurs déclaré il y a deux mois: «Nous avons avorté 172 opérations.» Ceci explique un certain nombre d'échecs des kataïb Al Qassem, l'aile militaire du Hamas. La dernière de ce type a lieu à Taïba. Des centaines de nos enfants sont emprisonnés dans les prisons palestiniennes. On leur a pris leurs armes et leurs explosifs.

Quand allez-vous lancer un ordre de révolte contre l'autorité palestinienne ?
Je peux vous rassurer: ce jour ne viendra pas. Nous n'allons pas orienter nos armes vers les poitrines du peuple palestinien. Nos armes seront dirigées vers l'ennemi israélien seulement. C'est l'Amérique qui souhaite que le combat soit interne. Nous allons supporter la prison et les poursuites de l'autorité, mais nous n'ouvrirons jamais le feu contre eux.

Faut-il s'attendre à des attentats en Israël ?
Pour nous, toutes les terres palestiniennes sont un champ de résistance. Le principe du Hamas est de résister à l'occupation jusqu'à ce qu'elle cesse. La branche militaire du Hamas contrôle les activités pour qu'elles s'arrêtent ou qu'elles augmentent en fonction des circonstances objectives et de l'évolution de la situation.

Que pensez-vous de l'attitude de l'Europe et en particulier de la France ?
L'Europe est hésitante. Elle n'est pas stable. Elle court derrière les positions américaines et ne peut pas dire non. La France a en revanche une position plus avancée. Le président Chirac a pris une bonne position. Nous demandons à toute l'Europe de prendre la France comme exemple et d'apporter un soutien affirmé au peuple palestinien.

Quel avertissement lancez-vous à M. Ehud Barak ?
Je le préviens que la force ne dure jamais pour personne. L'histoire montre quelle fut la trajectoire de ceux qui l'employaient. Je lui dis: «Attends de voir quel sera ton sort...»