Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

veuillez dorénavant consulter le courrier (cliquez ici)
Chers Amis(es)
Le procès de HEVEL contre LIBERATION pour la fausse photo publiée le 30 septembre 2000 aura lieu le Lundi 29 Octobre 2001 à la 17eme chambre, du Tribunal de grande instance de Paris à 13 h 30. Venez soutenir HEVEL, association d'aide aux victimes et de prévention des génocides.
Dans son édition date du Samedi 30 septembre - dimanche 1er octobre 2000, le journal Libération publiait a la une en pleine page une photographie en couleur, sur laquelle on voit un soldat israélien matraque a la main, vociférant, avec a ses pieds un jeune homme blesse, la tête ensanglantée.
Légende de la photo "Vendredi sur l'esplanade des mosquées, un soldat israélien et un manifestant palestinien blessé". En outre, en surimpression est inscrit ce titre accusateur "Sept palestiniens tués" et en dessous en très gros caractères
"JERUSALEM : LA PROVOCATION".
Photo et titre, d'une violence extrême, frappent les esprits et induisent d'une façon péremptoire l'idée que JERUSALEM, c'est-à-dire ISRAEL a blessé et ensanglanté un palestinien sans défense.
Or, cette PHOTO EST UN FAUX. En effet
1. le soi-disant manifestant palestinien blessé est en réalité un étudiant juif américain pris à parti par des palestiniens
2. le soldat, matraque à la main, tente de dégager le blessé et d'éloigner la foule
3. la scène ne se passe pas sur l'e Mont du Temple. Un recadrage de la photo publiée a permis de dissimuler une inscription en hébreu qui indique "poste d'essence". Or, il n'y a pas de poste d'essence sur le Mont du Temple.
Dans son édition datée du 6 Octobre 2.000, LIBERATION, apporte un premier rectificatif, mais en page 13 et publie en petits caractères et en noir et blanc, la photo non tronquée et titre : recadrage d'une photo avec légende adéquate.
Dans son édition du Samedi 7 et Dimanche 8 Octobre 2000 en page 8 cette fois ci, LIBERATION publie, en couleur et en petit format la photo non tronquée et donne quelques explications a ses lecteurs.
Face a cette information publiée à la une du journal LIBERATION dans une période particulièrement dangereuse au Proche-Orient, l'Association HEVEL FRANCE a voulu entreprendre une procédure en justice afin de mettre en cause la responsabilité de LIBERATION et de son Directeur.
Ce procès aura lieu le Lundi 29 Octobre 2001 a la 17eme chambre, du Tribunal de grande instance de Paris a 13 heures30. VENEZ NOUS SOUTENIR. Tres cordialement Le Président : Loïc OHANIAN
LA DÉSINFORMATION
La une de Libération du 30 septembre 2000
Vendredi sur
l’esplanade
des Mosquées,
un soldat israélien
et un manifestant
palestinien bléssé
"Recadrage sur une photo"
En bas de page 13 de Libération du 6 octobre 2000
Nous avions, en une de " Libération ", du 30 septembre dernier, légendé cette photo de façon erronée sur la foi d'informations transmises par l'agence Associated Press.
Le jeune homme au premier plan n'est pas palestinien contrairement à ce que nous avions indiqué , mais un étudiant américain Tuvia Grossman blessé par des manifestants palestiniens. le policier au deuxième plan crie pour éloigner la foule.
La scène s'est bien passée à Jérusalem mais pas sur l’esplanade des Mosquées.
Une reponse du directeur de "Liberation" à Clément Weill-Raynal,

Je viens de recevoir ce soir mercredi 8 août par e-mail une réponse de Jacques Amalric, le patron de la rédaction de Libé.

Il reconnait que cette légende était "débile" et qu'il s'agit d'une initiative malheureuse d'un journaliste (non-identifié).

Amalric précise: "cette légende débile nous a échappé dans l'urgence du bouclage. Nous publierons demain (jeudi) un rectificatif"

Dont acte. Libé reconnait son tort.

mercredi 8 août 2001


Clément Weill-Raynal, Président de l'Association des journalistes juifs de la presse française, nous a alertés concernant un nouveau dérapage gravissime dans le journal Libération du 6 août.

En pages 2-3, une grande photo du Kotel avec la légende suivante :

"Dans le quartier arabe de la vieille ville de Jérusalem, deux juives orthodoxes prient sous protection militaire, devant le soubassement de l'esplanade des mosquées, considéré par les ultras comme le site originel du Temple de Salomon"

Il faut absolument susciter le maximum de réaction auprès du Journal car en une seule phrase, rarement nous avons pu voir autant de malhonnêteté intellectuelle, d'inexactitudes, de mensonges diffamatoires et d'arguments de propagande.

Merci de faire suivre au plus grand nombre.

Frédéric A

   
JT de France 2: dérapage

Mercredi soir 8 août 2001 au JT de France 2, nous avons eu droit une fois de plus à la pire désinformation: un reportage larmoyant et mensonger sur la "plaignante" principale en Belgique contre Ariel Sharon qui déclare au reporter "certains des soldats qui ont massacré ma famille avaient sur leur béret le cèdre, emblème de l'ALS (Armée du Liban Sud), d'autres étaient des phalangistes mais les plus nombreux, je les ai reconnu, c'étaient les soldats israéliens reconnaissables à l'étoile de David ornant leur béret".

Balivernes que tout cela: les Israéliens ne sont jamais entrés dans le camp, placé sous la responsabilité exclusive des phalangistes.

Le reporter lui même enchaîne "Ariel Sharon a planifié les opérations" (sic).

Bref, une pierre supplémentaire à l'édifice du mensonge et de la désinformation systématiques auxquels se livrent les média français.

Pour voir ou revoir ce reportage affligeant (format real)

http://www.france2.fr/video/jt20h.ram

Vous pouvez protester à
mediateurinfo@france2.fr
contact@france2.fr

ou auprès de journalistes individuels: les adresses email de la rédaction sont toutes sur le même modèle : l'initialeduprénom.nom@france2.fr (style c.serillon@france.2.fr etc.)

   
Clément Weill-Raynal écrit à Libération à propos du dessin antisémite de Willem dans Libération (librement inspiré d'un dessin dans " Au Pilori " de 1940…)
     
Bonjour,
je souhaitais juste attirer votre attention sur cet article, en particulier sur le résumé:
Un bus israélien a foncé sur un arrêt de bus de Tel-Aviv, tuant neuf personnes et en
blessant une dizaine d'autres. Le chauffeur, Palestinien de la bande de Gaza, a été
grièvement blessé puis capturé par la police.
J'ai écrit à TF1 à ce sujet pour expliquer que le style est très insidieux:
à lire cette intro, ce que l'on retient d'abord c'est qu'il s'agit d'un 'bus israelien' qui a foncé sur des israeliens.Pourquoi ce drole de choix d'évoquer l'objet en mouvement, sa 'nationalité', et seulement plus loin, la nationalité du chauffeur.
En fait, je leur ai précisé que , même en Terre Sainte, les bus ont besoin de chauffeur pour se déplacer et qu'il aurait été plus judicieux de dire d'emblée ce dont il s'agit vraiment: un attentat palestinien contre des civils israeliens.
cordialement,
Nathalie L…






















la lettre à TF1 de Nathalie L… : Bonjour, quand on lit cet article, en particulier l'introduction, on ne comprend pas ce dont il s'agit vraiment: un attentat perpétré par un PALESTINIEN contre des CIVILS israeliens; il est question d'un 'bus israelien' fonçant sur un 'arrêt de bus israelien', en somme cela pourrait presque être la description d'un banal accident. Ce qui est le plus inquiétant dans le mode de description choisi, c'est le doute qu'il fait planer: est ce un choix délibéré pour minimiser l'évènement. L'autre question qui se pose, c'est de savoir quel vocabulaire, quel style , quel mode narratoire vous auriez choisi dans le cas de morts palestiniens. En conclusion , plutôt que d'évoquer un 'bus israelien' fonçant comme par magie sur des civils, il aurait peut être été plus judicieux de dire d'emblée qui était au volant. Même en terre sainte les bus ont besoin de conducteur pour avancer.
Télévision
France 3 accusée de désinformation

France 3 a-t-elle diffusé, fin juillet, dans le contexte des événements de la bande de Gaza, un reportage dénué de tout fondement réel ? Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) tente de répondre à cette délicate question, qui pourrait embarrasser la chaîne publique.

C'est au début du mois d'octobre que la Ligue internationale contre la désinformation, présidée par Michel Jeffroikin et animée par l'avocat parisien Gilles-William Goldnadel, a alerté une première fois le médiateur de France 3. Dans un courrier à Marc Francioli, l'association s'étonnait de la diffusion, le 30 juillet, d'un reportage consacré aux survivants d'un massacre qui aurait eu lieu à Nehilia. Le film mettait en scène le témoignage dramatique d'un Palestinien âgé accusant l'armée israélienne d'avoir assassiné, par le passé, une cinquantaine d'hommes du village.

La tuerie de Nehilia n'aurait jamais eu lieu. La Revue d'études palestiniennes, qui dispose d'une documentation étoffée sur les actions des militaires israéliens, n'avait aucune information sur une telle tragédie. Après avoir hésité sur le lieu exact où auraient été perpétrées les cinquante exécutions, Ashkelon puis Nehilia, France 3 ne devait plus répondre à l'association.

Déjà évoquée lors d'un colloque sur la désinformation qui s'était tenu au Sénat le 6 novembre, l'affaire de Nehilia est désormais entre les mains du CSA. La Ligue, qui voit à travers cette diffusion une « désinformation aussi grave qu'exemplaire », a l'intention de saisir prochainement la justice.

© Le Point - 15/12/2000 - N°1474 - Laser Société - Page 052 - 238 mots Laser SociétéLe Point
par Jean-Alphonse Richard


CNN aussi dérape…

voici la présentation "internet" de la mort de Léa Rabin sur le site de CNN le 13 novembre 2000.

Une photo pro-palestinienne contrebalançant un propos déjà si peu pro-israèlien…

mardi 14 novembre 2000, 8h00


 Monde
· Le point de l'actualité internationale

 Mobile
Toute l'actualité sur votre mobile.
Israël accuse CNN de couverture partiale

CHICAGO (Reuters) - Israël s'est plaint auprès de la chaîne de télévision américaine CNN de ce qu'il considère comme un parti pris pour les Palestiniens dans la couverture des événements au Proche- Orient, a déclaré un responsable israélien.

Ce responsable, qui accompagne le Premier ministre Ehud Barak aux Etats-Unis, a dit sous le couvert de l'anonymat que le ministère israélien des Affaires étrangères s'était déjà plaint il y a quelques semaines auprès de CNN.

Barak avait prévu de rencontrer dimanche à Washington des responsables de CNN. Mais il a été retardé par le détournement d'un avion russe sur Israël et il est arrivé plus tard que prévu dans la capitale américaine.

Le responsable a qualifié la couverture par CNN de "partiale" et "anti-israélienne", ajoutant qu'aux yeux des autorités israéliennes, elle ne "respecte pas les normes acceptables du journalisme".

Le responsable israélien a également affirmé que la chaîne place ses correspondants locaux dans des situations difficiles où ils sont soumis à des pressions.

La semaine dernière, un général israélien s'est plaint de ce qu'il a qualifié de partialité d'un journaliste palestinien de CNN couvrant les violences qui, en près de sept semaines, ont fait plus de 200 morts, palestiniens pour la plupart.

"Nous assistons à un manque de respect des proportions quant au temps de parole accordé aux Palestiniens et aux Arabophones" par rapport au temps accordé aux Israéliens ou aux pro-Israéliens.

Il s'est plaint de ce que CNN ne traduise pas en anglais les slogans en arabe scandé par des Palestiniens réclamant l'extermination d'Israël. En présentant ces événements, les correspondants se contentent de dire que les manifestants sont mécontents, a-t-il dit.

CNN a réagi en rappelant sa lettre du 24 octobre publiée dans le Wall Street Journal disant que toute allégation de partialité envers son personnel palestinien est "non fondée et inquiétante dans ses implications".

La lettre de Eason Jordan, directeur général des informations, affirme que "les normes journalistiques de CNN étant respectées, peu importe qu'un correspondant de CNN soit israélien, palestinien ou autre".

Une porte-parole de CNN a également déclaré que la chaîne n'avait reçu aucune notification officielle d'une plainte du gouvernement israélien.

Une nouvelle "nationalité"

Dans "Le Monde" daté du 8 Novembre 2000

Un article signé de Mouna Naïm : Les Arabes israéliens revendiquent des droits de « minorité palestinienne »
on peut lire notamment :

  • …LES PALESTINIENS israéliens n'accepteront plus d'être le « million oublié »…
  • …Malgré la ségrégation et la répression dont ils sont victimes, ou plutôt à cause d'elles, ces Palestiniens restés sur leur terre lors de la création d'Israël
  • …cette « minorité palestinienne » appellation qui, à leurs propres yeux, les identifie mieux que celle, généralement utilisée, d'Arabes israéliens…
  • …« Il était tout à fait naturel que les Palestiniens d'Israël, comme ceux de Cisjordanie et de Gaza, protestent contre la provocation de leurs symboles religieux et nationaux à Jérusalem. Jérusalem et [la mosquée] Al-Aqsa ne sont pas l'apanage des habitants de la Cisjordanie et de Gaza », plaide-t-il…
  • …si la ségrégation continue, les Palestiniens israéliens doivent « être protégés » et Israël « sanctionné »…

Sur la mort des enfants...

" X, qui était âgé de 13 ans a été atteint à la tête par une balle en plastique tirée par le caporal Y. Une autopsie a révélé que son décès était dû à une déchirure, un hématome et un œdème du cerveau provoqué par une fracture du crâne... "

Cette phrase ne vous rappelle rien ? C’est celle que reprend systématiquement les médias pour décrire le conflit qui se déroule actuellement en Israël et dans les territoires administrés. Seule ou accompagnée d’images, elle met en scène d’un côté " le bien " incarnée par la dépouille d’un enfant mortellement touché et de l’autre " le mal " en la personne du soldat israélien, surarmé, dominateur et arrogant...

Or cette mort a été commentée ainsi :

" ...Il y avait une émeute au moment des faits et près de 150 personnes faisaient de leur mieux pour rendre la vie insupportable aux huit soldats. Et, entre autres activités, les émeutiers lançaient des projectiles qui atteignaient leur cible, en tout cas de temps à autre. Si l’on considère les risques auxquels était soumise l’armée dans ces conditions, à savoir le risque de recevoir directement des blessures graves ou le risque d’être attaquée par des tireurs embusqués, j’estime que le commandant de la patrouille était pleinement fondé à ordonner que soit tirée une balle en plastique. "

Qui ose remettre en cause cette histoire emblématique et le jugement qui en découle ? Comment peut-on trouver des excuses ou même des explications à ces " bourreaux d’enfants " ? Seule la frange la plus extrême de l’extrême droite israélienne peut se permettre un tel commentaire d’un cynisme à la limite du supportable...

Et pourtant l’homme qui ose décrire ainsi les événements est un juge, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de Lord Justices Jones, de la Hight Court anglaise. En fait, il ne commente pas les événements actuels du Proche Orient mais relate des faits similaires qui se sont déroulés en Irlande du Nord en 1976...

La Hight Court relaxa le soldat au motif " que le tir de cette balle en plastique constituait un usage raisonnable de la force étant donné les circonstances et que le Caporal Y a fait preuve en tirant de prudence et de diligence ".

Cette décision fut même confirmée par un arrêt du 10 juillet 1984 rendu par la Commission européenne des droits de l’homme, organe du Conseil de l’Europe chargé de condamner les violations par les Etats des dispositions de la très protectrice Convention européenne des droits de l’homme.

La Convention européenne des droits de l’homme protège le droit à la vie dans son article 2-1, et énumère dans son article 2-2 des exceptions, en particulier le c) aux termes duquel " La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection. "

Pour la Commission, " une assemblée hostile de 150 personnes jetant des projectiles sur une patrouille de soldats au point que ceux-ci risquaient d’être gravement blessés doit être considérée comme constituant une émeute " et elle ajoute que " la Convention envisage précisément à l’alinéa c), le droit qu’ont les autorités de prendre des mesures pour réprimer une émeute sans obligation de se replier ou d’éviter d’agir face à la montée de la violence ". Elle en déduit que la mort de l’enfant a été le résultat d’un recours à la force rendu absolument nécessaire pour réprimer, conformément à la loi une émeute au sens de l’article 2-2 c).

Israël n’est donc pas la seule démocratie ayant dû faire face à des émeutes impliquant des enfants et elle n’est pas la seule a avoir dû recourir à la force pour rétablir l’ordre public. Le fait que des soldats ait dû tirer sur des enfants n’en fait pas le nouvel Hitler...

Ce droit de répression est formellement reconnu par la Convention européenne des droits de l’homme et par d’autres textes protecteurs des droits de l’Homme comme le Pacte international relatif aux droits civils et politiques signé par l’Assemblée Générale de l’ONU.

Dès lors, on ne peut que constater que les médias, les plus hautes instances nationales et internationales qui réclament une application stricte des garanties fondamentales de bonne justice, au premier rang desquelles le droit à un procès équitable et impartial, et le respect du principe de la présomption d’innocence, condamnent de façon définitive, à la lumière de quelques images partielles et donc partiales, sans aucune autre forme de procès, un pays et son peuple.

Les droits fondamentaux doivent bénéficier à tous car l’injustice commise contre un homme n’est rien comparée à celle commise contre un peuple.

E.C.
Objet:
Fw: Quand l'... s'empêtre dans ses mensonges
la date:
Fri, 3 Nov 2000 08:19:58 +0200

POURQUOI LES JOURNALISTES DOIVENT ARRETER DE SE SERVIR DES INFORMATIONS
DE L'...
:

Quelques extraits d'une dépêche de l' ce jeudi soir 2 novembre 2000,19h53, que tout le monde pouvait consulter sur Yahoo:> >
LE TITRE :Un attentat a la bombe tue deux Israéliens et ébranle les espoirs de paix
PLUS LOIN :Sur le terrain, les affrontements se sont poursuivis faisant deux morts
Et une cinquantaine de blessés parmi les Palestiniens et portant le bilan de cette Intifada (révolte palestinienne) à 174 morts, en quasi-totalité des Arabes, y compris les deux victimes de l'attentat.
ENCORE PLUS LOIN:Parmi les deux victimes figure la fille de Yitzhak Levy, leader du Parti national religieux (PNR), une formation considérée comme l'émanation et
Le porte-parole des quelques 200.000 colons juifs installés dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, Ayelet Levy.
> >L'... commence donc par annoncer la mort de deux israéliens dans le titre .
Elle gomme ensuite l'importance de l'attentat en prétendant que les deux victimes sont arabes, ce qui est un mensonge éhonté (surtout vu l'heure de la dépêche, 19h53, soit 20h53 en Israël. Or la radio israélienne annonçait avant 17.00 heures israéliennes que les deux victimes étaient des passants juifs, et les noms des deux victimes ont été annoncés une heure avant cette dépêche).
De plus, en annonçant 174 morts "en quasi-totalité des Arabes", là également l'... manipule ses lecteurs. Plus de 10% de ce macabre compte concerne des Juifs israéliens (dont 5 dans les dernières 48heures) et il serait bon de comptabiliser également a part les arabes israéliens. Mais il est plus facile de généraliser pour éviter de relativiser les choses (je rappelle cependant qu'une victime est une victime, et que toutes sont regrettables).
Pour finir, l'... est obligée de glisser au passage que l'une des victimes est juive (l'autre aussi d'ailleurs, il s'agit d'un avocat), mais elle relativise les choses en associant cette victime aux colons juifs, ceux qui ont le rôle des méchants dans la conception simpliste de la propagande diluée et diffusée par l'... . La présentation est d'ailleurs un défi à l'honnêteté historique et journalistique. Le PNR ne peut être une émanation des colons de Cisjordanie et Gaza, étant donne que c'est un parti créé en 1902 sous le nom de Mizrahi et qui a pris le nom de parti national religieux en 1964,bien avant la guerre des 6 jours et la création de la première "colonie" plus, en faire le porte-parole des 200.000 colons est faux, d'autres partis les représentants également (par exemple l'Union Nationale, trois députés) et le PNR ayant la majorité de ses électeurs dans le reste d'Israël. Pourquoi ces mensonges et inexactitudes, car cela permet d'atténuer les conséquences de l'attentat. Finalement, semble indiquer l'... , Ayelet Levy n'est pas victime du terrorisme palestinien, mais de l'existence des colons! Plus abject que cela, tu meurs !

JOURNALISTES, N'UTILISEZ PLUS LES DEPECHES. ELLES SONT MENSONGERES, ERRONEES, PARTIALES, ET VOUS ENTRAINENT A COMMETTRE DES ERREURS DANS VOS COMPTE RENDU. IL Y A D'EXCELLENTES AGENCES DE PRESSES ANGLAISES ET AMERICAINES. CELA DEMANDE UN PETIT EFFORT EN PLUS POUR COMPRENDRE ET TRADUIRE, MAIS C'EST VOTRE CONSCIENCE PROFESSIONNELLE QUI EST EN JEU!

Michel F>

Indignation suite à l'intervention de Djamel Bouras
la date:
Sun, 29 Oct 2000 17:37:57 +0100
De:
à:
<toutlemondeenparle@france2.fr>

M.Djamel Bouras a été invité sur le plateau de "tout le monde en parle", dans l'émission du 28/10/2000. S'exprimant sur le conflit israelo palestinien, il a tenu des propos diffamatoires et mensongers.

Tout d'abord, Djamel Bouras a manifestement démontré qu'il n'était pas qualifié pour aborder ce sujet. Voici quelques fausses affirmations que j'ai pu relever:

1/ Selon M. Bouras, M. Sharon serait l'auteur du massacre de sabra et chatila commis au Liban en 1982.
Il devrait savoir que ce sont des milices chrétiennes libanaises qui sont entrées dans le camp de sabra et chatila, et non M Sharon ou un quelconque soldat israelien. Ce que les israéliens eux mêmes ont reproché à M.Sharon, c'est son inaction devant le massacre.
En outre, au lieu de brandire des journaux à l'antenne, il ferait mieux de les lire. Il aurait au moins su que cette "provocation"( marche sur l'esplanade) a été autorisée par écrit par Al waqf, l'organisme musulman qui gère les lieux saints de l'islam en Israël.

2/ Pour M. Bouras, le lynchage à mort de trois soldats israéliens ne soulève aucune réprobation: ceux là ne sont pas des hommes mais des "soldats", et de toute façon ils ne se seraient pas trompés de route mais bien "infiltrés volontairement en territoire sous autonomie palestinienne".
Ce droit au massacre est une lecture intéressante et inédite de la convention de Genève.

3/ Pour M.Bouras, la puissance d'Israël ne fait aucun doute puisque celle-ci est l'allié du "chef du monde", les E-U qui lui fournit des subsides.
En géopoliticien averti, il devrait savoir que l'aide des E-U à Israël, 1 milliard de $ par an, est donnée à l'Égypte dans les mêmes proportions depuis les accords de camp David 1.
Par ailleurs , depuis 1994, les E-U sont les premiers contributeurs pour le fonds d'aide au palestiniens . Depuis 1994, 2. 5 milliards de $ ont déjà été déboursés et 1.2 milliard doit encore être versé d'ici à fin 2001.
(Source: Martin Gilbert, Atlas of the arab israeli conflict, Routledege edition, Londres,1998).
Puisque Djamel Bouras, se propose de comparer le niveau de vie des palestiniens et des israéliens, je lui propose de comparer également les patrimoines respectifs des dirigeants politiques israéliens et de ceux de l'OLP.
Selon le CIA, l'OLP à travers un système occulte auquel seul Arafat et quelques proches ont accès, dispose de 2 à 25 milliards de $ de capital. Cela bien sur sans compter les aides et subventions précitées.

Cependant, le discours qu'il a tenu à l'encontre de MM. Boujenah et Macias dépasse de loin la divergence idéologique et glisse dangereusement de l'antisionisme à un racisme antijuif (étant lui même "sémite", il récuse le terme d'antisémite).

En s'interrogeant ouvertement sur leur nationalité, ("sont ils israéliens, tunisiens, algériens (...)?") il remet en cause la citoyenneté des juifs français acquise en 1791.
La théorie de "la double allégeance" qui inspire ses propos nous renvoie à l'anthologie à de la propagande antisémite pure et simple (appelons un chat un chat et un antisémite un antisémite).
On tombe dans la plus misérable des calomnies quand il accuse M.Macias qui est un partisan de toujours de la fraternité entre juifs et arabes (ambassadeur de l'UNESCO) et de l'amitié entre les peuples de faire ça pour le "business".
Dans une situation où des synagogues ont été incendiées et des tombes juives profanées, M.Boujenah, en homme public responsable à un été un des premier à répondre à l'appel lancé par l'Union des Etudiants Juifs de France et SOS racisme pour renouer le dialogue entre les communautés juives et arabo-musulmane. Michel Boujenah a ainsi montré qu'il est conscient de son rôle citoyen: ne pas faire évoluer un conflit politique local en une guerre de religion.

Enfin, je m'interroge sur le choix éditorial qui a été le votre en invitant M.Bouras pour défendre les palestiniens. La cause palestinienne est légitime et nombreuses sont les personnalités qui savent la défendre et en parler sans tomber dans un discours extrémiste et dangereux (à l'instar de Michel Boujenah sur Israël).

En choisissant de faire parler un sportif aigri et extrémiste sur un problème géopolitique complexe, la formule de votre émission, fondée sur le mélange des personnalités provenant de différents backgrounds, a montré ses limites et ses
dangers.
La responsabilité de votre équipe est écrasante puisque autant l'intervention de M. Boujenah était spontanée (et modérée), autant celle de M.Bouras était visiblement préparée dans le but de montrer un musulman affronter un juif, (alors que nous avons tant besoin de les voir oeuvrer dans le même sens). Cette politique délibérée alimente des querelles nauséabondes et déplacées.

P. K.


Pour ceux qui ont un petit peu de temps:
Le numéro des réclamations sur France 2 (ouvert à partir de lundi):
01.56.22.67.02
L'adresse de la médiatrice des programmes de France 2:
mediatrice@francetv.fr.

Plus nous sommes nombreux à réagir, et plus nous montrons notre détermination à ne pas laisser la haine et le mensonge être diffusés gratuitement.

Relevé sur le site internet de TF1, les images partisanes ne suffisent plus, les sous-entendus mensongers servis par les mots renforcent le parti-pris idéologique

" Un Palestinien agent double ?
La police palestinienne a arrêté un Palestinien soupçonné d'avoir tiré sur Gilo afin de fournir un prétexte pour une riposte israélienne sur Beit Jala. Ces quartiers deviennent le nouveau point chaud du conflit, alors qu'Ehud Barak joue son va-tout pour survivre politiquement à la crise.
Christophe ABRIC & Franck LEFEBVRE
mardi 24 octobre - 09h52

Guerre ouverte en Palestine
Israël s'est-elle inventé des prétextes pour tirer sur la ville cisjordanienne de Beit Jala ? C'est ce que la police palestinienne a laissé entendre hier soir, en révélant qu'elle avait arrêté un Palestinien soupçonné d'avoir collaboré avec les Israéliens. L'homme aurait été à l'origine des tirs qui ont visé la colonie juive de Gilo, provoquant la riposte sans équivoque d'Israël. "L'incident a été provoqué en accord avec les Israëliens pour qu'ils répondent par des tirs de représailles sur Beit Jala", a déclaré un responsable de la sécurité palestinienne.

Les combats sont quotidiens - Quelles que soient les responsabilités dans cette nouvelle escalade, Beit Jala et Gilo constituent depuis deux jours le nouveau point chaud du conflit. Les tirs palestiniens sur la colonie juive ont fait prendre conscience aux Israéliens de la vulnérabilité de Gilo, après que la télévision eut diffusé des images d'habitations touchées par les balles. Les lourdes représailles sur Beit Jala ont pour leur part montré qu'Israël pouvait frapper lourdement : dans la ville cisjordanienne, la population fuyait les obus tirés par les chars israéliens."

texte intégrale copié-collé sur le site de TF1

Date: Mon, 23 Oct 2000 08:35:34 +0200
To: telematin@france2.fr
From: Michel Family Subject: Protestation contre votre non objectivite



Cher William et toute l'equipe de Telematin,

Je m'appelle Alain Michel, j'habite Jerusalem, et je regarde assez regulierement vos emissions. C'est pourquoi j'ai ete particulierement heurté par le reportage que vous avez diffuse aujourd'hui, lundi 23/10, dans votre bulletin d'information de 7.30.
Le reportage de Claude Semper sur ce qui s'est passe hier soir à Jerusalem est une escroquerie et une manipulation. Je donnerai trois exemples:
- le quartier de Guilo a ete presente comme une colonie ou une implantation. Il s'agit en realite d'un quartier de Jerusalem, qui n'a rien a voir avec ce que vous designez par implantation, dans ce quartier habitent des gens de toute opinion, et j'ai des amis de l'hyper-gauche israelienne qui y resident. En presentant ce quartier comme une
soit-disant implantation sans mentionner qu'elle fait partie de Jerusalem, vous creez chez vos telespectateur une impression que les Palestiniens ont cherche a se liberer d'occupants, alors qu'ils ont tire sur des maisons ou habitent des familles et des enfants qui ne different pas de vos propres telespectateurs.

- Ariel Sharon a ete presente comme le chef du parti ultranationaliste. c'est faux et c'est un mensonge. On peut etre en desaccord avec Sharon (il y a beaucoup de choses sur lequel personnellement je suis en desaccord) mais Sharon est le chef du parti de droite Likoud, parti qui a rendu le Sinai aux Egyptiens et une partie des territoires aux
Palestiniens. Il s'agit d'un parti nationaliste, surement pas ultranationaliste, et en employant ce terme, Claude Semper delegitimise une partie importante de l'electorat.

- le choix des images est egalement caracteristique: ainsi le reportage s'ouvre sur des jeunes de Guilo qui se rejouissent de la reaction de l'armee israelienne, qui a bombarde Beith Jalla en reaction aux tirs palestiniens, et montre ensuite les impacts a Beith Jalla. Le choix de l'image est donc clair: une victimisation des palestiniens et une diabolisation des israeliens. On aurait pu imaginer d'ouvrir le reportage sur les tirs Palestiniens sur plusieurs rues de Gilo et sur les impacts des balles dans 16 maisons de ce quartier. En choisissant de seulement mentionner le fait, au passage, et en ouvrant l'image sur les tirs de reaction, il y a une manipulation evidente de l'image car c'est elle qui va façonner le regard de vos telespectateurs.

L'equipe de Telematin, comme l'ensemble de la direction de France television, en choisissant de diffuser un tel reportage, prend la responsabilite de se transformer en manipulateurs de l'image, en simple echo de la propagande palestinienne, et jette un doute profond sur la bonne foi de leurs emissions.J'ose esperer que vous aurez le courage de me donner une reponse.

Alain Michel
Jerusalem

PS: deux precisions: je suis historien (auteur de Racines d'Israel aux editions Autrement) et Rabbin d'un courant non-orthodoxe du Judaisme.Une partie de mon temps est consacre a l'enseignement en milieu chretien et a l'enseignement dans un etablissement ou etudient ensemble juifs, musulmans et chretiens. J'y ai cree d'ailleurs un lieu d'etude
interreligieux avec un dominicain de l'ecole biblique et un enseignant d'Islam de l'universite palestinienne Al Qouds de Jerusalem. Il est donc difficile de me classer parmi les mechants ultranationalistes que denonce M. Claude Semper.

D'autre part, je vous signale que ce message est diffuse a des centaines de personnes en France et en Israel, qui le retransmettent a leur tour,et que cette reaction ne restera pas un message prive.
Mais ou s'arretera le mensonge et la desinformation
> >>
Rage et colère des colons de Kedoumim, aux obsèques de leur rabbin"

Le Monde / Dimanche 22 - Lundi 23 octobre 2000- page 2

Dans la deuxième colonne :
(...) Maire du bourg, Daniella Weiss appelle ses congénères à se promener dans toute la Judée-Samarie (...)
Le Petit Larousse, édition 2000 :
"Congénère":
1. SC. DE LA V. Animal qui appartient à la même espèce, au même genre qu'un autre.
2. Péjor. Personne semblable à une autre, de même sorte qu'une autre. Cet individu et ses congénères ne m'inspirent aucune sympathie.
Le mot "congénère" de l'article de Sylvain Cypel s'applique-t-il au premier ou au deuxième sens ?
S'agit-il d'un "dérapage" ou d'un parti pris ?

F.L.

Retour à l'accueil