Voici le reportage tel qu'il a été diffusé le 7 janvier 2002 sur la chaîne de télévision Fox News de l'entretien avec le capitaine du cargo d'armements palestinien

 Jennifer Griffin, Fox News, Jérusalem

 Omar Akaoui fait le signe de la victoire lorsqu'on l'extrait de sa cellule de prison israélienne. Pourtant, sa dernière mission effectuée pour le compte des Palestiniens n'était pas très victorieuse. La marine israélienne a arrêté le navire d'Akaoui en mer Rouge il y a cinq jours, mettant en examen cet officier de la police navale palestinienne pour la contrebande de 50 tonnes de mortiers, de roquettes, d'armes à feu et de munitions. Selon Israël, ces armes étaient en route pour les territoires palestiniens en provenance de l'Iran, preuve que l'Autorité palestinienne de Yasser Arafat se prépare à étendre sa guerre contre Israël, en dépit de l'appel au cessez-le-feu lancé par Arafat.

 

Les responsables palestiniens ont nié être au courant de cette cargaison, mais un entretien à la prison israélienne d'Ashkelon avec le capitaine du navire a confirmé que ces armes étaient destinées aux Palestiniens. Celui-ci a déclaré à Fox News qu'un des bras droits d'Arafat lui avait ordonné d'embarquer la cargaison sur la côte iranienne.

 

Q : Qui vous a donné les ordres ?

R : Je suis un officier de la marine. Je suis un employé de l'Autorité palestinienne. C'est eux qui me versent mon salaire.

 

Akaoui affirme avoir reçu des instructions de Adel Awadallah, un haut responsable de l'Autorité palestinienne qui a fait l'acquisition du navire au Liban.

 

Q : Est-il possible qu'il ait agi de façon indépendante ?

R : Je ne sais pas. Je ne crois pas. Je lui ai demandé une fois pourquoi il faisait cela et il m'a dit qu'il le faisait pour la Palestine.

Q : Selon vous, dans quel objectif ces armes auraient été utilisées ?

R : C'est pour que le peuple palestinien puisse se défendre.

 

Q : Qui a envoyé les armes ?

R : « Je suppose qu'elles provenaient du Hezbollah. », le parti chiite libanais financé par l'Iran. Akaoui dit avoir réceptionné les armes  sur la côte iranienne. Le plan était d'amener le cargo à un port égyptien où la cargaison serait répartie en plusieurs petits bateaux et amenée jusqu'à la côte de Gaza. « Des petits navires auraient du venir à ma rencontre et décharger la marchandise. Je sais qu'ils devaient se rendre en Palestine. »

A la mi-décembre, alors que le cargo était déjà en route, Arafat a donné l'ordre, à la télévision palestinienne, de cesser toute activité terroriste.

Q : Il y a eu un cessez-le-feu en décembre. Vous a-t-on donné l'ordre d'arrêter lopération ?

R : Je pensais recevoir cet ordre.

 

Q : Est-ce que quelqu'un vous l'a effectivement ordonné ?

R : Non.

Q : Avez-vous été impliqué dans le passé dans d'autres opérations de contrebande d'armes ?

R : Oui, mais elles ont échoué.

Q : Pourquoi faites-vous cela ?

R : Je suis un soldat. Je dois obéir aux ordres

Akaoui nous a parlé en présence des enquêteurs israéliens. Il dit avoir décidé de nous parler pour que sa femme et à sa fille voient qu'il est sain et sauf. « Dites à ma femme de prendre soin de ma fille. Je veux lui faire passer ce message : essaie de comprendre que tu as une patrie- son nom est la Palestine. »

   

(  photo A.P., d'apres TV israelienne)                                             (photo Reuters)