Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Traduction du bulletin du CMIP, 4 janvier 2001 par Suzy Sternberg

La signification des nouveaux manuels scolaires palestiniens.

Conférence dans le cadre d'un séminaire organisé conjointement par le CMPI et l'Institut Truman, Université hébraïque, 4 janvier 2001.

par le Dr. Arnon Groiss.

Au cours de l'année 2000 l'Autorité Palestinienne a publié 14 nouveaux manuels scolaires destinés aux classes de 1ère (élèves de 6 ans) et aux classes de 6ème (élèves de 11 ans). Cette première série de livres fait partie d'un projet plus ambitieux visant à remplacer les anciens livres qui ont été publiés par les autorités jordaniennes en Cisjordanie et par les autorités égyptiennes dans la bande de Gaza pendant les années 50 et 60, bien avant le début du processus de paix.

Ces mêmes livres étaient aussi en usage sous l'administration israélienne dans lesdits territoires après 1967, après suppression des passages antisémites et des expressions bellicistes à l'égard d'Israël. L'Autorité Palestinienne, cependant, après son installation en Cisjordanie et à Gaza en 1994-95 a rejeté les textes expurgés et a remis en usage les anciens livres.

En réponse aux protestations d'Israël, des Etats-unis et des pays européens (y compris ceux qui financent les activités scolaires de l'A.P.), les Palestiniens ont affirmé qu'ils ne sauraient être tenus pour responsables du contenu des manuels publiés par d'autres, et qu'ils ne seraient prêts à faire face aux critiques que si l'on trouvait dans leurs livres des éléments incompatibles avec le processus de paix.

Dans ce contexte, une étude approfondie des manuels s'imposait et, en effet, une comparaison entre les nouveaux et les anciens livres -toujours en usage dans les autres classes- conduit à faire deux constatations :

1. Les expressions d'un antisémitisme virulent ainsi que les appels explicites à la destruction de l'Etat d'Israël ont été supprimés

2. On n'y trouve toujours pas de mention du droit à l'existence d'Israël, ni de reconnaissance d'Israël en tant qu'état souverain, ni la moindre allusion à l'idée d'une paix avec ce pays. En revanche, les nouveaux manuels scolaires insistent fortement sur l'injustice causée aux Palestiniens par la création même de l'Etat d'Israël.

Quelles conclusions en tirer ?

Il y a ceux qui diront que nous n'avons là qu'un nombre limité de livres, sur une série qui n'est pas encore complète, ce qui permet raisonnablement de supposer que le contenu des livres suivants changera à la longue, particulièrement si un règlement israélo-palestinien est conclu.

D'un autre côté, on peut faire valoir que, si les nouveaux livres ne reflètent pas les développements importants qui ont eu lieu dans les relations israélo-palestiniennes ces sept dernières années, alors on ne peut guère s'attendre à un changement considérable, même après la conclusion d'un accord.

Cependant, cette conférence traitera de ce problème indépendamment des développements politiques en cours et tentera d'analyser la logique qui est à la base de ces manuels palestiniens, tout en tenant compte de leur rôle spécial dans la société palestinienne contemporaine.

Les manuels scolaires en général, surtout dans les écoles primaires, jouent un rôle de socialisation conforme aux valeurs qui prédominent dans une société donnée. Les manuels remplissent aussi d'autres rôles. Par exemple, dans les sociétés non démocratiques, ils sont utilisés par les dirigeants comme moyen de promouvoir des valeurs qu'ils estiment importantes, et aussi comme moyen de renforcer les liens entre les gouvernants et leurs sujets. Cependant, dans ce cas précis, les manuels jouent un rôle bien plus important, par suite de la situation historique des Palestiniens.

Les Palestiniens sont un peuple relativement jeune qui a acquis la conscience de son identité nationale au début du vingtième siècle. En réalité, leur identité nationale est encore en train de prendre forme. A ce stage historique de leur développement national, ils utilisent les manuels scolaires comme moyen essentiel de créer un génie national et d'inculquer ses caractéristiques aux Palestiniens, et il est donc extrêmement important de comprendre la signification de ce qui a été changé et de ce qui ne l'a pas été. Les principaux points qui méritent notre attention dans les nouveaux manuels scolaires sont les suivants :

- La Palestine a été usurpée par des occupants étrangers qui n'ont aucun droit sur cette terre.

- En conséquence, beaucoup de Palestiniens ont été chassés et vivent dans la misère.

- La Palestine toute entière et pas seulement la Cisjordanie et la bande de Gaza, est la patrie des Palestiniens. Israël n'apparaît sur aucune carte.

- Chaque pouce usurpé de la patrie doit être défendu.

- Seuls les Palestiniens, même ceux qui vivent à l'étranger, sont les habitants de la Palestine. Les cinq millions de Juifs qui y vivent actuellement sont passés sous silence.

- La tolérance n'est encouragée qu'entre Musulmans et Chrétiens. Les Juifs ne sont pas mentionnés dans ce contexte.

- Bien que les anciennes expressions antisémites aient été extirpées, les références qui subsistent sur les Juifs et Israël sont presque entièrement négatives.

- On n'y fait pas le moindre effort pour représenter un quelconque Juif ou Israélien comme un être humain (ce qui n'est pas le cas de la description des Palestiniens et des Arabes en général dans les manuels israéliens.)

- Aucune référence au processus de paix avec Israël n'apparaît dans les livres. Les accords d'Oslo ne sont mentionnés qu'une seule fois, en tant que tactique facilitant l'introduction de forces armées palestiniennes en Palestine.

Si les manuels scolaires palestiniens sont conçus pour inculquer aux Palestiniens les caractéristiques du génie national et si nous retirons du texte toutes les références à la lutte contre le sionisme, aux Juifs et à Israël, que restera -t-il ?

Il semble donc improbable que nous assisterons, dans un proche avenir, à des changements d'une grande portée dans les manuels palestiniens, en ce qui concerne la représentation des Juifs et d'Israël, au delà des mesures qui ont déjà été prises. Il peut y avoir quelques changements superficiels, par suite de la pression internationale. Les références négatives aux Juifs des périodes historiques antérieures, par exemple, seront peut-être supprimées, afin de se concentrer plutôt sur leur condamnation pendant la seule "période sioniste". Les Palestiniens peuvent juger bon de faire un portrait positif de Juifs qui s'identifient individuellement au combat palestinien. On pourrait aussi y trouver quelques mentions favorables à de futurs accords, mentions qui insisteraient surtout sur les bénéfices qu'en tireraient les Palestiniens quant à leurs buts nationaux.

Arnon Groiss est actuellement Chef du Département des Informations de l'Autorité télévisuelle israélienne (service des actualités arabes). Diplômé d'Harvard, de Princeton et des Universités hébraïques, le Dr Groiss a été consultant auprès de différents bureaux ministériels, y compris le Ministère des Affaires étrangères.