Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency
Extrait du dossier publié dans
L’Arche n° 515 de janvier 2001
Les Palestiniens éduquent-ils leurs enfants à la paix ?

d'après col.fr

L’image d’Israël et du Juif dans les manuels scolaires de l’Autorité Palestinenne

Introduction : On empoisonne l’âme des enfants

Ce document est d’une importance capitale. Il nous contraint à porter un nouveau regard sur les événements de la période récente. Et il nous interpelle, parfois brutalement, sur la dynamique de la paix et de la guerre au Proche-Orient.
Les textes reproduits ici n’ont pas été prononcés par des dirigeants politiques. Ce ne sont pas des tracts ni des pétitions. Ce sont des extraits de manuels scolaires. Pour la population placée sous le contrôle de l’Autorité Palestinienne — soit 97% des habitants de la Cisjordanie et de la bande de Gaza —, ces manuels sont l’unique référence. Voici donc comment, dès leur plus jeune âge, les enfants palestiniens entendent parler d’Israël et des Juifs.

Fallait-il publier un tel document ? Nous nous sommes longuement interrogés. Notre projet n’est certes pas de suggérer une explication simpliste aux affrontements qui ensanglantent le Proche-Orient. Les facteurs du conflit sont nombreux et complexes. Seul le dialogue pourra y mettre un terme, un dialogue où nul ne saurait se substituer aux peuples en présence. Dénoncer l’une des parties, dénier toute authenticité à ses aspirations et la disqualifier en tant que partenaire à un accord de paix sont autant de moyens sûrs pour entretenir le cycle de la haine et de la violence. Ayant protesté lorsque ces procédés ont été appliqués à Israël, nous veillons à ne pas y recourir à l’encontre des Palestiniens.

Il ne s’agit donc pas de présenter les jeunes Palestiniens
comme une horde fanatisée suivant uniformément des mots d’ordre guerriers. Et il ne s’agit surtout pas de faire porter aux enfants la responsabilité de la propagande dont ils sont nourris. Mais on ne saurait, pour autant, rester aveugle à un phénomène qui est une véritable menace pour l’avenir. Car ignorer ce qui s’enseigne en ce moment même dans les écoles palestiniennes, ce serait faire le jeu des pires adversaires de la paix.

Comment des enfants palestiniens élevés dans la conviction que les Juifs sont par nature " traîtres " et " cupides ", et qu’il est urgent de les " expulser " du pays, sauront-ils le moment venu tendre la main à des Israéliens de leur âge ? Comment l’appel au Djihad (qui, sans aucun doute, représente ici la " guerre sainte " au sens le plus meurtrier du terme), l’invocation du sang, le culte de la mort et l’exaltation du martyre feront-ils place à un esprit de fraternité ou, pour le moins, de coexistence ?

Les modes de pensée, les représentations, le vocabulaire même que l’on imprime dans la mémoire des enfants y laisseront des traces durables. Et les efforts de paix — qui devront se poursuivre, au-delà des péripéties actuelles — risquent de se heurter un jour aux préjugés antijuifs inculqués dans les écoles de l’Autorité Palestinienne.

La responsabilité des dirigeants palestiniens n’est pas seule engagée. Les programmes scolaires palestiniens sont financés, encadrés et soutenus par la communauté internationale. L’Union Européenne, les Nations unies et l’Unesco y ont leur mot à dire. Or le contenu du rapport que nous publions ici est connu des fonctionnaires de ces organisations et de leurs États membres. Mais nul ne fait rien. Empoisonner l’âme des enfants est pourtant un crime qui justifie que les dirigeants s’alertent, que les élus s’inquiètent, que les citoyens se mobilisent. Toute personne qui souhaite réellement un avenir de paix pour les peuples du Proche-Orient doit dénoncer ces pratiques scandaleuses. Avant que le poison ait produit des effets irréversibles.

MEÏR WAINTRATER

P.S. : Des amis, ayant lu ces textes, me disent : Faut-il encore soutenir les efforts de paix, après cela ? Je leur réponds : Oui, justement à cause de cela.

L’image d’Israël et du Juif dans les manuels scolaires de l’Autorité Palestinienne
Extraits de manuels scolaires


    ÉLÈVES DE 7 ANS

Ajoutez le mot juste :
Ils, il, elle______ est le commandant des forces musulmanes pour la conquête de Jérusalem.
Notre langue arabe, niveau 2, deuxième partie,

Étude de " Un poème sur la Palestine ", par Mahmoud Al-Shalabi :
Pour moi, la promesse du martyre et de la Palestine est ma chanson.
De Jérusalem je me ferai une échelle vers l’éternité.
Notre langue arabe, niveau 2, deuxième partie,

Le maître doit exposer brièvement une réflexion sur la Palestine, par exemple :
Les cœurs arabes sont voués à la Palestine ; ils attendent le jour où ils seront capables de la libérer, d’expulser le voleur agresseur et de revenir à Jérusalem.
Livre du maître, Notre langue arabe, niveau 2,

ÉLÈVES DE 8 ANS

Étude du poème : " Nous sommes la jeunesse "
Nous sommes la jeunesse et l’avenir est à nous…
Nous marcherons malgré la mort
En avant, en avant
Nous construisons, nous ne nous reposerons pas sur les autres
Nous mourrons, mais nous ne serons pas humiliés…
Éducation nationale palestinienne, niveau 3, p. 70.

Faire une phrase avec les mots suivants :
… meurt en martyr, défendre, notre héros, la patrie…
Notre langue arabe, niveau 3, première partie, pp. 8-9.

Objectifs spécifiques :
3.b. La libération de Jérusalem et sa protection sont un devoir sacré.
4. [L’élève] doit développer son amour pour Jérusalem et son désir de se sacrifier pour sa libération.
[Le maître] doit poser les questions suivantes :
b. Qui occupe Jérusalem aujourd’hui ?
c. Quel est notre devoir envers Jérusalem ?
Livre du maître, Notre langue arabe, niveau 3, pp. 130-131.

Développer [chez l’élève] le désir de protéger la patrie de la cupidité des envahisseurs.
Livre du maître, Notre langue arabe, niveau 3, p. 133.

Pour définir le mot " voleur ", dire :
Un voleur est celui qui prend quelque chose aux gens contre leur volonté. Ici, le voleur est l’ennemi qui a pris la patrie.
- Que ferons-nous si l’ennemi tente d’en conquérir une partie ?
- Comment ferons-nous face à l’ennemi, et comment le vaincrons-nous ?
Livre du maître, Notre langue arabe, niveau 3, p. 174.

ÉLÈVES DE 9 ANS

Le fils : Qu’a fait le Messager de Dieu pour assurer la sécurité de la population ?
Le père : Le Prophète a tout fait pour que la société de Médine soit sûre et pacifique. C’est pourquoi il a conclu un accord avec les Juifs… Mais les Juifs, à leur habitude, ne veulent pas que les gens vivent en paix… et ils ont conspiré contre les Musulmans. Les Musulmans, cependant, étaient avisés, de sorte que les Juifs ont échoué dans leurs méchants complots. Les Musulmans, sous la direction du Prophète, les ont punis par la mort et par l’expulsion.
Ce que j’ai retenu de cette leçon :
- Sacrifier sa vie et ses biens pour Allah et pour la patrie.
- Supporter les épreuves et croire dans les décrets d’Allah et dans le destin qu’Il a déterminé.
- Les Juifs sont traîtres et déloyaux.
Éducation religieuse islamique, niveau 4, pp. 44-45 et 55.

La traîtrise et la déloyauté sont des traits de caractère des Juifs ; c’est pourquoi il faut s’en méfier.
Éducation religieuse islamique, niveau 4, p. 87.

Ce que j’ai retenu de cette leçon :
Je crois que les Juifs sont les ennemis du Prophète et des croyants.
Éducation islamique, niveau 4, deuxième partie, p. 67.

Étude du poème : " Vive la Patrie ", par Mouhammad Mahmoud Sadiq :
Ô mon pays, ma terre, j’offrirai mon sang pour toi.
Je t’ai donné ma vie en sacrifice, accepte-la.
Notre langue arabe, niveau 4, deuxième partie, p. 91.

ÉLÈVES DE 10 ANS

Sache, mon fils, que la Palestine est ton pays… et que sa terre pure est abreuvée du sang des martyrs.
La carte qui accompagne ce passage contient, sous le nom de Palestine, la totalité du territoire israélien.
Questions pour la compréhension du texte :
4. Nommez quatre batailles glorieuses qui ont eu lieu sur la terre de Palestine.
7. Pourquoi devons-nous combattre les Juifs et les expulser de notre pays ?
Souvenez-vous :
- L’aboutissement final et inéluctable sera la victoire des Musulmans sur les Juifs.
Notre langue arabe, niveau 5, pp. 64-67.

Exercice de grammaire.
Transformer le singulier en pluriel. Exemple : Martyr, martyrs.
Notre langue arabe, niveau 5, p. 70.

Exercice de grammaire.
Analyser : Nous avons sacrifié martyr après martyr.
Notre langue arabe, niveau 5, p. 74.

Dans la phrase suivante, trouvez le sujet et le complément :
Le Djihad est un devoir religieux de tout Musulman et de toute Musulmane.
Notre langue arabe, niveau 5, p. 167.

Exercice de grammaire.
Transformer les phrases suivantes, du mode passif au mode actif :
- L’ennemi a été tué.
Notre langue arabe, niveau 5, p. 167.

Écrivez cinq lignes sur les vertus des martyrs et leur statut supérieur.
Notre langue arabe, niveau 5, p. 201.

On peut lire la totalité du dossier dans L’Arche n°515 (janvier 2001)