Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

L'Ambassadeur afghan de " l'Alliance du Nord " à l'ONU : Nous soutenons le droit pour Israël d'exister (...) les Talibans "ont été forgés par le Pakistan lui-même"
Par Melissa Radler - Jerusalem Post - 12 octobre 2001
Merci à Michel E… ancien combattant du Sinaï qui malgré "un travail à plein temps" nous a signalé la traduction "hative" et littérale de ce long texte intéressant, qui est maintenant accessible aux véritable francophones…

L'Ambassadeur afghan aux Nations unies, Ravan Farhadi a dit hier qu'il soutient le droit d'exister d'Israël à côté des états Musulmans au Moyen-Orient.

"Nous sommes beaucoup en faveur du droit d'exister d'Israël," a dit Farhadi, dont " l'Alliance du Nord ", connue comme "l'Etat Islamique d'Afghanistan", contrôle actuellement un quart du pays.

"L'expérience nous a montré qu'il serait préférable si la paix est établie en Israël avec le droit d'exister d'Israël. Nous pensons si toutes les résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU et de l'Assemblée Générale sont mises en oeuvre que nous atteindrons l'étape suivante où la coexistence des deux nations sera possible," a dit Farhadi. "Nous ne sommes pas un grand acteur dans cette région et nous ne voulons pas être acteur," a-t-il ajouté.

À un briefing, au Forum du Moyen-Orient, sur l'histoire récente de son pays et ses options post-Taliban en Afghanistan, Farhadi a aussi accusé le Pakistan de patronner le terrorisme dans son pays et a dit qu'il espère reconstruire son pays en une démocratie et remettre en oeuvre les droits des femmes.

Farhadi, dont l'Alliance du Nord s'est battue contre le Taliban depuis 1996, a dit que les services secrets militaires du Pakistan a soutenu l'établissement des terroristes créant des camps en Afghanistan pour les dissidents du monde entier, arabes et Musulmans, incluant le Yémen, la Nigeria, le Maroc, l'Arabie Saoudite et la Tchétchénie. Les Etats-Unis et le Pakistan sont cependant officiellement alliés dans la coalition des contre-terroristes.

Farhadi a fait part de ses griefs contre le Pakistan la semaine dernière à l'ONU, lors du débat de l'Assemblée Générale sur le terrorisme international. Pendant son discours, Farhadi a dit que les Talibans "ont été forgés par le Pakistan lui-même", et il a noté qu'environ 8.000 Pakistanais se battent du côté des Talibans et de Ben-Laden. Il a révélé aussi hier que le Pakistan fournit aux Talibans des conseillers politiques et militaires.

"Aujourd'hui, nous avons le Président pakistanais Pervez Musharraf, qui dit qu'il participe à l'alliance contre Ben-Laden et contre les Talibans mais en fait c'est lui qui les a créés," a dit Farhadi.

Il a noté que la bataille de son groupe contre Ben-Laden et le Taliban "n'a pas commencé sur le 12 ou le 13 septembre à Washington. Il a commencé il y a cinq ans et particulièrement quand Osama Ben-Laden s'est déplacé du Soudan en Afghanistan en 1996.

Dans les plans pour reprendre le pays aux Talibans, Farhadi a dit que le gouvernement futur devra englober les communautés ethniques de tout l'Afghanistan, incluant Uzbeks, Tajiks, Baluchs et Pashtuns qui composent la direction Taliban. Il a dit que beaucoup de Pashtuns, qui comprend 33 % de la population, sont opposés aux Talibans.

"Je pense que nous devons penser à la nécessité d'avoir un nouveau programme, un régime parlementaire qui est universel, où tous les gens de l'Afghanistan peuvent être représentés," a-t-il dit.

Il a aussi préconisé une armée multi-ethnique et une constitution basée sur la loi Islamique et sa législation mais avec des libertés politiques et des droits pour les femmes.

"Ce qui est important, c'est que cette constitution doit être démocratique et concerner tous les groupes ethniques, favoriser l'éducation des femmes et aussi la participation des femmes en Afghanistan à la vie sociale et économique," a-t-il dit.

L'Alliance du Nord et l'ancien Roi Afghan Mohammed Zahir Schah, qui vit à Rome, ont convenu le 1 octobre de convoquer un conseil de 120 membres, qui sera composé des leaders militaires et tribaux à travers l'Afghanistan, comme mesure préliminaire vers l'établissement d'un nouveau gouvernement.

Quand on lui a demandé la probabilité qu'une alliance si diverse puisse survivre au "corps à corps" des différents groupes de l'Afghanistan pour le pouvoir, Farhadi a dit : "je pense que les Afghans ont assez vécu avec la guerre pour vouloir la paix ."