Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

La vérité sur la propagande anti-israélienne.

De nombreux fonctionnaires palestiniens menent depuis 22 mois une campagne de désinformation considérable envers Israël. En effet, ceux-ci n’hésitent pas à étaler mensonges sur mensonges afin de détourner l’attention des médias au sujet de l’implication de l’Autorité palestinienne dans les attentats terroristes. Cette campagne a donc pour principal objet d’influencer l’opinion publique mondiale ainsi que les Etats du Proche-orient.

Voici quelques exemples de cette propagande anti-israélienne:


Exemple #1;

Le 2 avril 2002, les Palestiniens crient au scandale ; ils prétendent que le prêtre Jack Amateis aurait été abattu et qu’une douzaine de clercs auraient été blessés lors d’une opération militaire de Tsahal à Bethléem.

Les faits :
il s’avère que d’après REUTERS, les sources de l’Eglise en Israël ont dénié les faits énoncés. L’administration sélésienne a déclaré: " Peu après l’attaque, Amateis a téléphoné à l’ambassade du Vatican en Israël pour dire qu’il était en vie. Un affrontement a eu lieu, il est vrai, mais aucune victime n'a été recensée parmi les Sélésiens. Nous pouvons donc confirmer qu`Amateis n’a pas été tué au cours de cette attaque.”
Le prêtre a par la suite donné une interview à l`agence MINSA (le 3 avril, selon l’AFP) et confirmé que les soeurs du couvent et lui-même étaient sains et saufs.

Le 4 avril, l’ambassadeur du Vatican en Israël, le Cardinal Pietro Samari, a présenté ses excuses à Tsahal concernant le quiproquo au sujet de la mort supposée d’un prêtre de l’Eglise St-Marie à Bethléem.
Le Porte-Parole de l’Armée israélienne a donc insisté sur ce cas diffamant de désinformation dans le cadre de la propagande palestinienne.

Exemple #2;

Dans un reportage de la chaîne de télévision El-jezira le 3 avril, Arafat a accusé Israël d’avoir attaqué l’église Sainte-Marie et d’avoir assiéger l’église de la Nativité à Bethléem. Selon lui, Tsahal aurait mis le feu à une mosquée située à proximité de l’église de la Nativité et détérioré plusieurs églises et mosquées.

Les Faits :
Aucune mosquée ou église n'a été détériorée ou détruite par Tsahal à Bethléem.


Exemple #3 :

Selon les Palestiniens: le2avril 2002, une information a été diffusée sur un grand nombre de chaînes de télévision (Abu-Tiab TV et la chaîne locale de Ramallah incluses) révélant que 30 Palestiniens avaient été tués dans le quartier général du service de sécurité palestinien à Betunia. De plus, ces derniers affirmait que l’attaque s’était produite alors que les forces israéliennes assiégeaient la ville.

Les faits :
Le 2 avril 2002 la population qui occupait le quartier général de Betunia avait déjà évacuée les lieux. Aucun Palestinien n'a donc été tué dans le périmètre du QG.


Exemple #4 :

Le 30 Mars au cours d’une interview donnée sur la chaîne de télévision syrienne ANN, Jibril a déclaré qu’aucun homme recherché pour activité terroriste ne se cachait dans le camp de Betunia. De plus, il a affirmé que seuls ses hommes, accompagnés de leurs épouses et enfants, s’y trouvaient.

Les faits
: Le 2 avril, cinq suspects impliqués dans une activité terroriste (dont certains membres du Hamas ayant organisé des attentats en Judée-Samarie) ont été arrêtés dans le camp de Jibril à Betunia.



Exemple #5 :

L’autorité palestinienne a accusé Tsahal d’avoir commis un massacre dans l’hôpital de Ramallah.

Les faits:
Aucun massacre n’a été commis. En effet, le 31 mars, après réception d’un communiqué recensant le nombre de suspects recherchés et cachés dans l’hôpital de Ramallah, les forces israéliennes ont pénétré dans l’hôpital. Cette opération a été menée dans le but d’effectuer un contrôle d’identité des personnes hospitalisées. Cette enquête s’est déroulée dans le respect et la discrétion la plus totale, afin de ne pas porter atteinte au corps médical et aux malades. Ainsi, le Porte Parole de l’Armée israélienne a nié fermement ces accusations au sujet d’un massacre dans un hôpital palestinien.




Exemple #6;

L’autorité palestinienne a déclaré maintes fois avoir procédé à l’arrestation de terroristes dont Atef Abayat, responsable des Tanzim (une des organisations du Fatah opérant sous le nom ”Les Brigades d’El-Aqsa”). Ce dernier a perpêtré plusieurs attentats au cours desquels un nombre considérable de citoyens israéliens ont été tués. De même, Raaed Karmi personnellement impliqué dans de nombreux attentats meutriers aurait prétenduement été arrêté.

Les faits:
il s’avère qu’Atef Abayat n’a pas été arrêté. En effet, il a été repéré par les forces israéliennes accompagné de deux autres terroristes alors qu’il circulait librement à Bethléem et qu’il planifiait d’autres attaques terroristes. Raaed Karmi lui aussi été aperçu.



Exemple #7:

Concernant le meurtre du ministre israélien Rehavam Zeevi, Arafat a déclaré au cours d’une interview dans le journal français “l’Humanité” (le 19 fevrier 2002):
Les assassins de Zeevi sont des collaborateurs d’Israël. Leurs frères ont été mis en examen et il s’avère que ces derniers et leurs familles respectives travaillent pour Israël.”

Les faits:
Le 21 fevrier, date de la publication de l’article, les assassins ont été arrêtés et interrogés par les services de sécurité de l’Autorité palestinienne, sur demande d’Israël. Les documents de cet interrogatoire ont été interceptés par Tsahal et jamais aucune connection entre les assassins et Israël n’a été mentionnée.
Toujours selon Arafat, Israël serait à l’origine de nombreux attentats envers son propre peuple.
L’attentat du Dolphinarium (discothèque de Tel Aviv) le montre clairement: l’auteur de cet attentat est originaire de Jordanie, posséde un visa israélien et est à l’heure actuelle sous protection israélienne. Ceci rapelle l’assassinat du Premier ministre israélien
(ndrl Rabin) commis par un membre des services de sécurité israélienne et qui par la suite s’est envolé pour les Etats-Unis.”

Les faits: ce meutre de Zeevi a été commis par des membres du FPLP (Front Populaire de Liberation de la Palestine) en octobre 2001. Or, Israël a transmis cette information à l’autorité palestinienne immédiatement après l’assassinat. Arafat savait donc depuis plusieurs mois qui était le criminel.
Les acteurs de l’attentat du Dolphinarium (juin 2000) sont quant à eux des activistes d’une branche du Hamas en Judée-samarie.


exemple #8:

Au cours d’une interview pour la chaîne de télévision Abu Dhabi, le 29 mars, Arafat s’indigne du comportement des forces israéliennes : ”En plus de leurs incursions à Ramallah, dans la Bande de Gaza et d’autres territoires, il faut ajouter cet incident à Hébron. Comment ont-ils pu commettre de tels crimes? Ils ont attaqué trois membres de la Force internationale: deux hommes de nationalité turque et une infirmière suisse…”

Les faits
: L’assassinat des observateurs du TIPH (Force internationale temporaire de Hébron) dans la nuit du 26 mars a été commis par les Palestiniens. Les organismes internationaux en relation avec le TIPH ont par la suite pris connaissance de la responsabilité des Palestiniens dans cette attaque.
Un véhicule du TIPH circulait à proximité de Halhul avant de tomber dans une embuscade organisée par un Palestinien armé. Le terroriste a tué deux observateurs et a légèrement blessé un autre, bien que ces derniers se soient identifié auparavant comme membres du TIPH. Le témoignage du blessé a révélé que le terroriste portait un uniforme de la police palestinienne et était équipé d’une AK-47 Kalashnikov. Tsahal a exprimé ses condoléances concernant ce meurtre de sang froid envers des innocents.



Exemple #9:

Pendant plusieurs mois, Arafat a accusé Israël d’utiliser de l’uranium appauvri. Il a par ailleurs crié au scandale dans le journal français “L”Humanité” (le 21 fevrier 2002) en affirmant qu “’Israël se servait d’armes interdites et que les Etats-unis l’avaient confirmé.
Au cours d’un discours prononcé le 27 mars et diffusé sur la chaîne de télévision”El-Jezira”, Arafat déclare: ”le gouvernement israélien et son armée d’occupation n’éprouvent aucune gêne à utiliser des armes condamnées par les organisations internationales et notamment l’uranium appauvri”.

Les faits:
Israël n’a jamais eu recours à l’uranium appauvri envers les Palestiniens. Les Etats-unis n’ont jamais approuvé ou confirmé cette accusation.


Exemple #10: L’affaire du “KARINE A”.


Arafat a clamé son innocence au sujet de son implication et celle de l’Autorité palestinienne dans le transport de munitions effectué à bord du cargo “Karine A” intercepté par les forces israéliennes.
Au cours d’une interview donnée le 19 janvier sur une chaîne de télévision égyptienne, Arafat a déclaré: ”Il n’y a aucune preuve concernant l’appartenance de ce cargo à l’Autorité palestinienne. Il est évident qu’aucune relation n’a été établie entre l’Autorité palestinienne et l’Iran à ce sujet. Avions-nous l’intention d’importer des armes? Si cela avait été le cas, nous aurions pu en importer par le biais de l’un de nos pays alliés. Pourquoi aurions nous sollicité l’aide de l’Iran?”


Les faits qui se sont réellement déroulés:

Le cargo “Karine A” transportait plusieurs tonnes de munitions et d’explosifs, dont un tank et plusieurs missiles sol-air. Cette opération de transfert d’armes a été dirigée par l’Autorité palestinienne. D’après la cargaison trouvée à bord, les munitions provenaient d’Iran. Cette affaire a été financée par Fuad Shubak, le trésorier du service de sécurité palestinien et complice d’Arafat. Le commandant de bord et le capitaine étaient membres de la police navale palestinienne. Arafat a cependant nié toute responsabilité concernant cette affaire.


Saisie de munitions par les forces israéliennes à bord du “KARINE A” le 3.1.02.