Mar 24 déc 2002 16:01

Mensonges récurrents, à propos de Bethléhem…
Pasteur Gérald Fruhinsholz,
Nous avons encore droit pour ce Noël 02, aux doléances – affichées dans des reportages de nos médias françaises – de chrétiens se plaignant de «l’occupation israélienne». Encore une fois, on nous sert que Monsieur Yasser Arafat ne pourra pas assister à la célébration de Noël. Yasser Arafat est musulman, n’est-ce pas, et on sait qu’après le tour des Juifs, «les croyants du samedi», ce sont les chrétiens, «les croyants du dimanche» qui seront la cible du Djihad islamique. Ils le sont déjà… C’est une stratégie comme une autre mais qui marche, le leader palestinien se servant des chrétiens, comme il se sert des réfugiés.
Se rappelle-t-on la prise d’otage dans l’église de la Nativité à Bethléhem ? Elle avait été investie par des terroristes connus, par des hommes en armes, et personne dans le monde, pas même l’Eglise, n’avait réagi à cette violation du sanctuaire d’un symbole chrétien, comme personne n’a protesté lorsque le tombeau de Joseph a été détruit et transformé en mosquée. Le chef de l’Autorité Palestinienne, chef du Fatah et ami des Brigades des martyrs d’El Aqsa avait laissé l’église de la Nativité se faire investir. Ces derniers avaient exigé des autorités de Bethléhem, un soutien financier pour leur campagne «militaire».1 Je cite : "Quand les terroristes palestiniens occupèrent l’église de la Nativité pour ouvrir le feu sur les troupes israéliennes, non seulement ils prirent en otage des nonnes, des prêtres et des moines, mais ils volèrent et détruisirent également presque tous les objets de valeur s’y trouvant. Ils s’en tirèrent sans y laisser de plumes. Les terroristes  purent quitter le pays en toute quiétude."...

 

Quelle sorte de ville chrétienne, Bethléhem est-elle à présent ? La plupart des commerçants chrétiens ont fui, parce qu’harcelés ou expropriés 2. "Les chrétiens en Cisjordanie vivent dans la peur. Les statistiques parlent : entre octobre 2000 qui vit le début de la révolte d’Arafat et novembre 2001, quelques 3.000 chrétiens ont fui la Cisjordanie. Arafat a islamisé Bethléhem et les villes environnantes de Beit Jallah et Beit Sahur. 30.000 musulmans se sont depuis lors infiltrés dans la région. A Bethléhem, une ville jadis chrétienne, il n’y a plus que 30.000 chrétiens qui habitent. Cette minorité est dominée par 120.000 musulmans…
Le monde chrétien, conclut Joseph Farah, observe le silence sur ces incidents."

 

Cette semaine de Noël, Israël lèvera le couvre-feu sur Bethléhem, et les soldats de Tsahal resteront en dehors de la ville, si aucun incident ne survient. Le Fatah, le Hamas ou les Brigades ne vont-ils pas profiter de la situation pour provoquer «l’incident» ? De toute façon, ce sont les Israéliens qui seront accusés, alors pourquoi ne pas en profiter ?… Rêvons un peu... si Bethlehem était restée juive, les chrétiens auraient prospéré, comme ils le font ailleurs dans l’Etat hébreu, et Bethlehem serait toujours une ville de paix où l’on fêterait joyeusement Noël - la naissance d’un vrai fils d’Israël.

 

[1] Extraits de «Persécutions des chrétiens dans le pays d’Arafat», de Joseph Farah, journaliste américain, expert dans les problèmes au Moyen-Orient. Cité dans «Nouvelles d’Israël», de l’association chrétienne suisse «Beth Shalom».

2 Voir l’excellent film-vidéocassette à ce sujet, produit par Pierre Rehov : «Terre Sainte : Chrétiens en péril». Pour l’obtenir : 01-44-54-03-54 ou upjf@piximel.com

Fermer la fenêtre