Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency


Albert Capino réagit ...

Comme une étoile de mer
Un être qui m'est très cher et qui se reconnaîtra sans doute m'a dit récemment : "mais enfin Albert, pour qui te prends tu ? Tu crois vraiment que tes interventions vont servir à quelque chose ? Que tu vas changer les gens ?"
"Peu importe qui je suis", lui répondis-je. "Ce qui compte c'est ce que je pense, ce que je dis et ce que je fais".
Et je lui ai alors raconté une histoire. Vous la connaissez peut-être.
Un petit garçon est désespéré en voyant un matin une multitude d'étoiles demer échouées sur son rivage.
Il se précipite et commence à les rejeter à la mer pour qu'elles ne meurent pas.
Une dame qui passe par là le regarde faire, sans intervenir, et lui dit :"mais enfin, ça ne sert à rien, elles sont trop nombreuses! Tu ne réussiras jamais à les sauver toutes."
Le petit garçon saisit une étoile de plus, la rejette à la mer en regardant la dame dans les yeux et lui dit: "en tous cas pour celle-ci, ça fera une différence".
La morale de cette histoire dit: "qui sauve une vie sauve l'humanité".
Je n'ai pas la prétention de penser que je sauve des vies et encore moins l'humanité, mais j'ai l'espoir (sinon la vanité?) de croire que mon persiflage et mes impertinences contribuent à ébranler les certitudes de ceux que leur parti-pris et leur partialité aveuglent.

À bon entendeur...


7/04/02

Un idéal sans compromis. A lire absolument !
Pourquoi je ne manifesterai pas le 23 mars, par Gérard Huber

LE MONDE | 20.03.02 | 11h16

Ami des peuples israélien et palestinien, je demande, comme les médecins, scientifiques, artistes, professionnels de la culture, avocats, magistrats et juristes (Le Monde du 13 mars), une paix juste et immédiate au Proche-Orient, qui passe par l'établissement d'un Etat palestinien à côté de l'Etat d'Israël.

Mais je n'irai pas manifester le 23 mars et je tiens à expliquer pourquoi à l'opinion publique.

1. L'appel condamne comme "criminelle" la politique du gouvernement et de l'armée d'Israël, mais il n'a pas un mot pour expliquer que les "attentats aveugles", que Koffi Annan condamne comme "moralement répugnants", sont l'aboutissement de la politique de l'Autorité et de la guérilla palestiniennes. En d'autres termes, il introduit d'emblée une différence entre deux politiques, l'une qu'il dénonce, l'autre qu'il camoufle. Par ailleurs, cet appel explique ces meurtres de masses par suicides comme une réponse au désespoir, alors que les signataires savent très bien qu'ils résultent d'une mise en condition psychique délirante, décidée de longue date par certains responsables des mouvements palestiniens hostiles à la paix.

2. A en croire cet appel, il y a donc "crime" et "crime".

Ce raisonnement n'est pas nouveau. Il date de la "sale guerre" d'Algérie. Rappelons-nous tous ceux qui ont cru bien faire en taisant les ignominies du FLN, tandis qu'ils accablaient, à juste titre, les exactions de l'armée française. Quarante ans plus tard, nous voyons les résultats de cet aveuglement. La déshérence identitaire et culturelle de nombreux jeunes Français d'origine maghrébine (pour ne parler ici que d'eux) n'est toujours pas prise en compte dans la politique de notre pays.

3. Pour masquer la démission de l'Etat français devant le travail politique et éducatif qu'il fallait faire, ces trente dernières années, afin de développer une société multiculturelle égalitaire, les signataires de l'appel instrumentalisent le conflit israélo-palestinien et font revenir la question du racisme. Ainsi, ils jettent une ombre sur les "Français d'origine arabe ou musulmane" et "d'origine juive" qui s'attribueraient réciproquement la responsabilité de leurs propres malheurs. Ils prennent donc le risque de jeter de l'huile sur le feu, au motif qu'ils sauraient comment l'éteindre.

4. Dans le même état d'esprit, pour masquer qu'ils ont tourné la page de la culpabilité historique de l'Etat envers les Français d'origine juive, ils se présentent comme ceux qui les autorisent à critiquer la politique israélienne, alors que nombre d'entre eux ne les ont pas attendus pour le faire.

5. Enfin, les signataires ont fait le choix de relancer la tradition intellectuelle de mobilisation de l'opinion publique sur un sujet de politique étrangère, au motif qu'il a des retombées néfastes sur les relations "entre Français juifs et arabes au sein de la République française" (laissant, d'ailleurs, curieusement de côté l'implication des chrétiens et des athées, comme s'ils n'existaient pas), mais ils se gardent bien de descendre dans la rue sur une question de politique intérieure pour dénoncer les actes antijuifs qui se sont multipliés en France ces derniers temps.

L'idéal de paix ne se partage pas.

 

Gérard Huber est psychanalyste.

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 21.03.02


Arafat: nous voulons la paix!
(AFP19/03/2002 - 24:37)
La direction palestinienne a annoncé mardi soir qu'elle était "entièrement prête" à appliquer le plan de cessez-le-feu , condition posée par les Etats-Unis et Israël à une sortie de l'isolement de Yasser Arafat.

[L’armée israélienne a, de son côté, opéré le retrait de la zone A comme annoncé.]

Dans le même temps, un groupe lié au mouvement Fatah de M. Arafat, le Front de l'Armée populaire-Bataillons du retour, a revendiqué l'attaque en Israël contre des gardes-frontières, dont deux ont été blessés.

Une explosion provoquée par un kamikaze palestinien a fait 5 morts et 30 blessés à bord d'un autocar israélien, mercredi dans le nord de l'Etat hébreu.

Dans la nuit, deux tireurs palestiniens ont blessé quatre Israéliens dans un raid contre la communauté d'Aviezer, au sud-ouest de Jérusalem.

Dans un communiqué, la direction palestinienne s'est engagée à "oeuvrer en vue d'une consolidation du cessez-le-feu et une application à la lettre des recommandations du plan Tenet et du rapport (de la commission internationale) Mitchell". "Nous sommes entièrement prêts, direction et peuple palestiniens, à entamer l'application selon le calendrier convenu et malgré les tergiversations israéliennes", a-t-elle ajouté.

Je ne distingue qu’une seule alternative: soit les agences de presse et les gouvernements de la Communauté Européenne, ainsi que M. Le Secrétaire Général de l’ONU sont complètement bouchés ou alors ils sont complices.

Des deux maux, je ne sais quel est le pire: avoir affaire à des idiots ou des truands ?

Albert Capino


L’Associated Press a une conception étrange de l’entraînement militaire de l’armée israélienne. Selon cette agence de presse, Tsahal s’entraîne en dormant :

mardi 19 mars 2002, 8h08 Proche-Orient

Un officier de l'armée israélienne tué dans une attaque palestinienne

JERUSALEM (AP) -- Au cours d'une opération menée peu avant l'aube mardi, deux Palestiniens armés ont réussi à s'infiltrer dans un camp d'entraînement de l'armée israélienne près de Naplouse en Cisjordanie où ils ont tué un officier et blessé trois autres soldats avant d'être abattus à leur tour, a annoncé l'armée israélienne.

Les assaillants palestiniens armés de fusils d'assaut Kalachnikov ont tiré à bout portant sur un groupe de soldats en exercice vers 1h30 du matin (23h30 GMT), a précisé Tsahal.

D'autres soldats sont arrivés rapidement sur les lieux et ont fouillé les environs. Les deux tireurs palestiniens ont été tués après des échanges de tirs.

Aucune organisation palestinienne n'a revendiqué cette attaque dans l'immédiat. AP

Après enquête (et revendication de l’assassinat par le Hamas, qui selon ses porte-paroles se sont "battus comme des lions" [sic.]), voici les faits:

Le lieutenant Tal Tzemah, 20 ans, du Kibboutz Hulda a été tué et trois autres soldats ont été blessés, dont un gravement, lorsque deux hommes armés ont ouvert le feu hier matin dans leur camp d’entraînement à

Hamam al-Maliyah pendant leur sommeil tôt hier matin.

Les soldats ont répliqué et tué les deux tireurs. Le Hamas a revendiqué l’attaque. Les tireurs ont été identifiés comme étant Ahmed Ali Atik, de Burkin en Samarie, et Salah Kamil, de Kabatiya, près de Jénine. Les soldats ont trouvé près de leurs corps deux fusils d’assaut Kalatchnikov et onze chargeurs.

Vers 1:30 du matin, des sentinelles ont entendu des coups de feu et ont répliqué. Profitant de l’obscurité et de la végétation épaisse, les attaquants se sont rapprochés à une trentaine de mètres d’un groupe de parachutistes qui dormaient après une journée d’entraînement intense.

Tzemah a été tué et trois autres soldats ont été blessés dans leur sommeil dès les premières rafales. Les camarades de Tzemah réveillés en sursaut ont immédiatement répliqué.

--

Et les "lions" deviennent serpents.

 

Je souhaite m’associer à la douleur et au deuil de la famille du lieutenant Tzemah. Que son âme repose en paix.

 

Albert Capino

 

---

Article original: (Jerusalem Post du 20.02.02)

Hamas gunmen kill soldier, wound three

By Margot Dudkevitch

JERUSALEM (March 20) - Lt. Tal Tzemah, 20, of Kibbutz Hulda, was killed and three soldiers were wounded, one seriously, when two gunmen opened fire as they slept in the Hamam al-Maliyah training facility in the northern Jordan Valley early yesterday morning.

Soldiers shot and killed the two gunmen. Hamas later claimed responsibility for the attack. The gunmen were identified as Ahmed Ali Atik, of Burkin in Samaria, and Salah Kamil, of Kabatiya, near Jenin. Near their bodies, soldiers found two Kalashnikov assault rifles and 11 ammunition clips.

Close to 1:30 a.m., sentries heard gunshots and returned fire. The attackers, taking advantage of the darkness and the heavy foliage, got within 30 meters of where a group of paratroopers was sleeping after a day of intensive training.

Tzemah was killed and the three others were wounded as they slept in the first burst of gunfire. Tzemah's comrades woke up and immediately returned fire.


Mobilisation contre l'enquête américaine sur Moussaoui
PARIS (Reuters19/03/2002 - 18:54)

Un collectif d'associations a demandé au gouvernement de suspendre les investigations actuellement menées en France par un procureur américain dans l'entourage de Zacarias Moussaoui, Français d'origine marocaine inculpé aux Etats-Unis dans l'enquête sur les attentats du 11 septembre.

 

Lors d'une conférence de presse, des représentants d'Amnesty International, du Syndicat de la magistrature et de la Ligue des droits de l'Homme ont appelé les autorités françaises à "refuser toute coopération avec les Etats-Unis dans la mesure où la peine de mort est encourue".

 

[Pas un mot sur la condamnation à mort de près de 3.000 victimes des Twin Towers par les "collègues" de M. MOUSSAOUI.]

 

"La solidarité avec les Etats-Unis ne passe pas par la violation des principes fondamentaux. Si on l'accepte, on créera des martyrs et on renforcera ce que nous combattons tous", a dit Michel Tubiana, président de la Ligue des droits de l'Homme.

 

[Parceque les droits fondamentaux des passagers des avions qu’on a précipité contre les occupants des tours dans un grand feu d’artifice de Kérosène ont été respectés ?]

 

Zacarias Moussaoui est fiché par la police française comme activiste islamiste et a séjourné en Afghanistan. Son procès doit s'ouvrir en octobre dans l'Etat de Virginie. Dans plusieurs déclarations à des médias depuis le 11 septembre, son frère et sa mère ont expliqué qu'ils s'étaient détachés de lui en raison de son adhésion à des thèses islamistes extrémistes.

 

Il a été arrêté en août 2001 en raison de son comportement suspect manifesté lors de cours de pilotage dans le Minnesota. Selon l'accusation américaine, il devait être le vingtième kamikaze des attentats du 11 septembre.

 

Me Isabelle Coutant-Peyre, avocate de sa mère (et du terroriste Carlos), a annoncé mardi avoir écrit à Lionel Jospin pour lui demander de solliciter le gouvernement américain afin d'obtenir le rapatriement du suspect en France où il serait jugé.

 

[Oui et on devrait rapatrier Milosevic pour être jugé en Serbie, aussi ?]

 

Que les Tubiana, les Amnesty International et les ligues des "Droits de l’Homme" cessent une bonne fois pour toutes de bafouer la mémoire des victimes d’attentats odieux.

Leur tendance à défendre à tout prix les "droits fondamentaux" des bourreaux présumés est insupportable. Elle est obscène et ne fait que nourrir la certitude des assassins que notre droit les protège.

Moussaoui est innocent tant qu’il ne sera pas prouvé qu’il est coupable. C’est toutefois aux Etats-Unis qu’il a été arrêté pour une présomption d’un forfait épouvantable ayant eu lieu sur leur sol.

Ce n’est pas en barrant la route au procureur américain qu’on favorisera la découverte de la vérité, ni la défense du suspect.

Laissons la justice américaine faire son travail, sans que des organisations en profitent pour récupérer sans vergogne cette tragédie et en fassent un forum indécent contre la peine de mort.

 

Albert Capino


Au nom de qui ?
Après la farce de Durban, les déclarations hypocrites des politiques, des ONG, voici que les associations s’en mêlent.
Et pas n’importe lesquelles: la Ligue des Droits de l’Homme, le MRAP, l’Union Juive française pour la Paix.

Et contre quoi se liguent-elles ? Contre le gala de soutien à Tsahal.

Alors même que l’on s’apprête à célébrer aujourd’hui les 40 ans de la fin d’une colonisation française qui a fait 200.000 morts, qui a bafoué toutes les valeurs du code militaire et humaines: humiliations, tortures et exécutions sommaires, ce sont ces mêmes bonnes âmes qui voudraient se poser en donneurs de leçons ?

1°) Tsahal n’a de leçons à recevoir de personne et surtout pas de ceux qui font preuve d’indignation sélective et ferment les yeux sur des actes de barbarie perpétrés par ceux qu’ils défendent, ainsi que les crimes d’ex-tortionnaires.

2°) Tsahal fait preuve d’une retenue exemplaire pour éviter des victimes civiles, souvent au prix de la vie de ses soldats

3°) Tsahal est victime d’une campagne odieuse de dénigrement dans les médias orchestrée par ceux-là mêmes qui se posent en “défenseurs de l’humanité”.

Ainsi, je n’ai pas entendu la “Ligue des Droits de l’Homme” protester contre les nombreuses exécutions sommaires par les Tanzim de prétendus “collabos” palestiniens, les exhibitions barbares (leurs corps mutilés accrochés sur la place de la nativité à Bethléem) et les manifestations de joie à Gaza après les attentats en Israël.
Voir: http://www.desinfos.com/crimesguerre.html

La Ligue n’a de “Droits de l’Homme” que le nom. Mais combien d’associations, de mouvements n’ont-ils pas usurpé les dénominations liées à l’humanisme ou à la démocratie ? Combien de fois le mot “solidarité” n’a-t-il pas été dévoyé par des partis sans scrupules ? Combien de vagues sanglantes, depuis les croisés jusqu’à l’inquisition n’ont elles pas déferlé sur le monde et massacré au nom de Dieu et de la “charité” ?
Combien de régimes sanguinaires et dictatoriaux ne se nomment-ils pas “République Démocratique” ?

L’UJFP (Union juive française pour la Paix) rappelle l’UGIF (Union Générale des Israélites de France), organisme de sinistre mémoire pendant l’occupation en France durant la seconde guerre mondiale, censé offrir des avantages aux Juifs et qui développa l’antisémitisme. La différence – essentielle - est que l’UGIF eut à le faire sous la contrainte des Allemands et que l’UJFP le fait de manière librement consentie par bêtise autant que par naïveté.

Quant au MRAP, qui distille la haine et l’antisionisme plutôt que l’amitié entre les peuples, c’est une organisation activiste, pro-palestinienne qui devrait être dissoute pour incitation à la haine raciale.
Ses déclarations à sens unique, sans jamais manifester la moindre compassion pour les victimes civiles israéliennes des attentats palestiniens sont une honte et une insulte. Silence également sur les 450 actes à caractère judéophobe perpétrés en France depuis un an et demi.

Faire appel au Maire de Paris pour interdire le Gala en faveur de Tsahal, adresser des plaintes au Ministère des Affaires étrangères, à celui de l'Intérieur, et à celui des Finances achève de décrédibiliser ce “mouvement” indigne dirigé par Mouloud Aounit.

Je rappelle ci-dessous quelques uns de leurs communiqués :

http://mrap.generalweb.co.uk/comm/907_20220.htm
http://mrap.generalweb.co.uk/comm/909_20225.htm
http://mrap.generalweb.co.uk/comm/910_20226.htm
http://mrap.generalweb.co.uk/comm/915_20306.htm
Et le pompon:
http://mrap.generalweb.co.uk/comm/920_20313.htm

Le PC, la CGT, les Verts (sans doute animés par des préoccupations écologiques), joignent leur voix au coassements de ceux qui s’indignent devant le soutien que la communauté juive française veut manifester à ceux qui ont été blessés, mutilés en défendant leur pays et les valeurs humaines contre la barbarie et l’obscurantisme.

La guerre n’est pas une partie de plaisir et je mets quiconque au défi de me nommer une seule armée au monde qui pratique un code militaire à la hauteur des efforts déployés par Tsahal, où la sauvegarde des vies civiles innocentes est une priorité.

Si, peut-être en cherchant bien: le Hamas ? Le Hezbollah ? Le Djihad islamique ? Ah, mais non, j’oubliais... Hubert me l’avait pourtant dit: ce sont des organisations caritatives !

Albert Capino

Economie européenne à Barcelone
La lâcheté de l’Union Européenne dans sa politique à l’égard du Proche-Orient, n’a d’égale que sa bêtise.

Derrière la France, chef de file de la politique pro-palestinienne, elle préfère clouer Israël au pilori en espérant s’attirer les faveurs des potentats arabes et de se prémunir contre d’éventuelles actions terroristes sur son sol.

Dans cet esprit, l’UE refuse de considérer l’Irak et l’Iran comme faisant partie de « l’axe du mal ».

En fait, si elle pouvait se débarrasser une bonne fois pour toutes de cette épine qu’est Israël dans son pied, régler son contentieux avec l’Irak et l’Iran, et damer le pion aux US en signant des contrats faramineux de ventes d’avions, de satellites et d’armements avec les saoudiens, ne serait-ce pas merveilleux ? Oui. Et moi, je suis le père Noël.

Védrine était un peu beurré après trop de Xérès et s’est laissé aller à des confidences sur ses prochaines recommandations:

Allez Sharon : signe toto, fais ce qu’on te dit, retourne dans ton Auschwitz local et laisse les grands de ce monde décider. Toi le morveux au fond de la classe, ça suffit : maintenant qu’on a tapé sur les doigts du juif, range tes ceintures explosives et viens boire un coup au Crillon à Paris. C’est à nos frais (6 milliards d’Euros).

Quoi les contribuables ? Z’ont qu’à fermer leur g... Y sont là pour contribuer oui ou m... ??

Chronique d'une mort annoncée
17 mars 2002
Le piège est ignoble, mais fonctionne à merveille.

On tue mon peuple, on l’assassine mais pourtant c’est lui qu’on accuse de génocide.

La propagande, menée par ceux qui posent en victimes devant les caméras porte déjà ses fruits.

Quelle meilleure défense, pour justifier d’actes barbares, que d’accuser ou mieux, que de faire accuser par des « témoins », des personnes « neutres et dignes de foi », les prétendues exactions commises par l’armée israélienne ?

  1. Des ONG accusent l’armée israélienne de tirer « délibérément » sur les personnels soignants palestiniens.

    Si l’armée décrète des zones de combat, c’est justement pour éviter que des ambulances soient prises sous des feux croisés.

    Mais qui sont ces ONG ? Sans doute, pour beaucoup, des hommes courageux, pleins d’abnégation ayant décidé de consacrer leur vie au à soulager les souffrances.
    Mais il y a aussi parmi eux des marginaux rejetés par une société où ils n’ont pas leur place et qui ont décidé de s’engager comme jadis on le faisait dans la légion.
    Alors, qui accuse Tsahal ? Des hommes vertueux ou des voyous soupçonnés de détournements de fonds et d’actes pédophiles comme récemment en Afrique ?

    Il est par ailleurs précisé dans les conventions de Genève que les véhicules sanitaires ne doivent pas servir au transport d’armes. Ça vous paraît évident ? Apparemment pas aux terroristes Palestiniens ...

  2. Des « collabos » qui ont « donné » des « résistants » à « l’occupant » sont lynchés, mutilés et exposés suspendus en place publique à l’entrée de Bethléem.

    Tortures, exécutions sommaires, barbarie, photos insoutenables.

    Je n’ai entendu AUCUNE organisation humanitaire réagir (ni le Vatican, pourtant prompt à condamner les “violences perpétrées dans la ville natale de Jésus”).


  3. Des « témoins » assurent qu’un « militant » des brigades des martyrs Al Aqsa a été abattu de sang-froid.

    Il faut en effet faire preuve de sang-froid pour s’approcher d’un type équipé d’une ceinture d’explosifs, déterminé à mourir en faisant le plus de victimes possibles.

    Un martyre est quelqu’un qui meurt par le fait d’un autre, souvent sous la torture. En cela, nos soldats enlevés par le Hezbollah sont des martyres.

    Ceux des brigades Al Aqsa ont fait un choix. Ils ont usurpé le nom de martyres. Ce sont des terroristes. Et une fois à terre si l’un d’entre eux a esquissé un geste vers ses explosifs, aucun policier au monde ne prendrait le risque de laisser faire sans le neutraliser.

    Ce n’est pas ce qu’on appelle tuer de sang-froid.


  4. Des journalistes (l’un français, l’autre italien) sont blessés ou tués prétendument par l’armée israélienne.
    On en saura plus quand l’enquête en cours sera achevée.

    En attendant, au nom de quoi Tsahal devrait-elle faire l’objet d’insinuations particulièrement perverses ?

    Selon le Quai d’Orsay et Reporters sans Frontières, l’armée israélienne devrait « laisser les journalistes faire leur travail ». En ignorant les règles de prudence élémentaires ?

    Mais en même temps, si elle les applique en empêchant les journalistes d’aller sous le feu alors elle « bâillonne l’information » !

    Tout conflit a ses règles. Les correspondants de guerre le savent parfaitement.

    En se trouvant au milieu de tireurs Palestiniens - la plupart du temps vêtus comme eux de jeans et de blousons - les journalistes ont pris des risques. Des risques insensés dont l’un l’a payé de sa vie.
    L’armée est entrée à Ramallah dans un but précis : la recherche et l’arrestation de terroristes ayant accompli des attentats sanglants en Israël. Ramallah a été bouclée, et décrétée zone militaire. Toute pénétration de la zone par des civils dans une zone de combats doit être clairement identifiée et recevoir l’aval de l’armée.
    Par définition, un groupe armé déclenchant un feu nourri n’a pas d’intentions pacifiques. Raffaele Ciriello se trouvait parmi eux, c’est regrettable et Tsahal le déplore.
    En aucun cas, tirer sur un groupe armé qui fait feu ne peut être considéré comme un “acte délibéré à l’encontre de civils désarmés”.

  5. Les Juifs utilisent le sang des adolescents dans leurs pâtisseries de Pourim

    C’est ce que nous ressort un quotidien financé par le gouvernement Saoudien (oui vous savez, celui du « plan de paix »).
    Est-il vraiment utile que je m’attarde sur ces délires moyenâgeux ? C’est sans doute le nouveau système d’éducation destiné à élever le niveau culturel des masses arabo-musulmanes ?


    6. Interdit aux Juifs !

    Une auberge française a fait savoir à des Israéliens qui voulaient y séjourner que leur présence « n’était pas souhaitée ».
    Ça, c’est carrément malsain. De la discrimination à caractère raciste caractérisée. Les courageux « propriétaires militants » de l’auberge n’auraient pas pris ce risque avec des clients Corses (qui ont provoqué la mise en examen de responsables d’une émission de radio sur France Inter à la suite d’un sketch satirique sur le peuple Corse).

    Enfin, toujours est-il que la promotion de leur délicieux petit coin de paradis a été retirée de la plupart des sites qui hébergeaient cette charmante auberge (en auraient-ils honte ?)


    7. Un nouveau chef d’état-major assassin

    Moshe Yaalon est appelé à succéder à la tête de Tsahal à la suite de Shaul Mofaz, atteint par la limite d’âge, en juillet prochain.

    Le quotidien « LE MONDE » n’a pas trouvé mieux que de le décrire tout simplement comme un assassin :
    « le plus haut fait d'armes connu qui lui soit attribué est l'assassinat d'Abou Jihad, le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), en 1988, à Tunis ».

    Abou Jihad n’est autre que le co-organisateur des assassinats de 11 athlètes israéliens en 1972 à Münich. Aucune demande d’extradition, mandat d’amener ou même demande d’audition n’a abouti lors de ses différents séjours dans des capitales européennes (pour ne parler que des pays démocratiques).
    La France, qui s’était aperçue de sa bévue en ayant accueilli son collègue et complice Abou Daoud l’avait alors rapidement “évacué” vers l’Algérie.
    Israël s’était alors juré que les auteurs de ces massacres ne couleraient pas des jours paisibles en toute impunité.


  6. « LE MONDE » (encore lui), sous la signature de Mouna Naïm exprime son indignation à l’annonce de manifestations en l’honneur de Tsahal.

    Des intellectuels, des artistes, des écrivains et des journalistes se mobilisent « pour une paix juste au Proche-Orient ». Mais la paix n’est elle pas juste par essence ? Faut-il pour cela conspuer Tsahal ?
    Oui, des Palestiniens meurent tous les jours mais pas parcequ’ils sont Arabes ou Palestiniens. Ils meurent parcequ’ils tuent des civils, font exploser des bombes ou parcequ’ils se trouvent dans la situation où ils sont malheureusement utilisés par des terroristes comme boucliers humains ou pour se cacher parmi eux.

    Ces belles âmes, les Daniel, Gattegno, Sivan, Bedos et tous ceux qui crachent dans la soupe par bêtise ou naïveté me rappellent indubitablement les juifs Berlinois qui ont porté Hitler au pouvoir.

    Je ne les pas beaucoup entendu protester quand on danse et on chante à l’annonce des attentats dans les rues de Gaza.

    ONG, artistes, journalistes, hommes politiques, ONU, tout le monde s’y met.

Mais se met à quoi, au fait ? A la plus vaste opération de lynchage médiatique depuis la Shoah. On prépare l’opinion mondiale à la disparition d’Israël, dépeint comme un état fasciste, par des « fascistes de gauche à visage humain* »
et à une nouvelle errance pour le peuple juif, à l’origine de toutes ses souffrances.

Vous comprendrez alors que je ne revête pas mon pyjama rayé pour demander : « pardon m’sieu, c’est par où les chambres à gaz ? ».

Non, j’ai choisi de gueuler : « au meurtre, à l’assassin ! ». Je combattrai la calomnie, le parti-pris et me défendrai bec et ongles jusqu’à mon dernier souffle mais cette fois-ci, on ne me mènera pas à l’abattoir. Plus jamais !

Albert Capino


* la formule est belle, mais elle n’est pas de moi...


Mardi 12 mars : dans le cadre de l’enquête sur Al Qaïda,

Selon un journaliste égyptien,

Guantanamo est le véritable Auschwitz.


Je vous passe les détails, mi-négationnistes, mi-révisionnistes de l’article intitulé " Guantanamo, l’Auschwitz de l’ère américaine : j’accuse ! ! " écrit par le Dr Rifat Sayyid Ahmed, de tendance islamiste, paru dernièrement dans le quotidien libanais Al-Liwa.

Pour ceux qui souhaitent s’y reporter, voici le lien :

http://www.desinfos.com/memri/memri_guantanamo.html

La baie de Guantanamo : l’Auschwitz américain

Je vous fais part de la réaction de deux lecteurs. L’un est un médecin américain, l’autre britannique :

  1. A ceux qui seraient révoltés par le « traitement inhumain » des détenus d’Al Qaïda à Guantanamo, voici ma vision :

    Je vois une personne amaigrie, sale, affamée et affaiblie par des semaines de privations, se faire soigner, habiller de neuf, nourrir trois fois par jour dans le respect de ses croyances et de sa religion.
    Je vois une personne à l’abri des bombes, retirée d’une zone de combat et qui peut dormir dans un lit et non plus dans une grotte glaciale et manger des vers.
    Certes, je vois une personne attachée, avec un bandeau sur les yeux derrière des barbelés.
    Mais j’ai la démarche intellectuelle de comprendre pourquoi il en est ainsi :

    - s’ils ont les yeux bandés, c’est pour protéger nos soldats. Ces gens ne peuvent pas détruire ce qu’ils ne voient pas.
    - S’ils sont attachés, c’est parcequ’ils ont prouvé comme ils peuvent facilement disposer de leur vie si elle peut tuer seulement un américain.
    - Les barbelés sont une dissuasion, tout comme la signalisation d’un système d’alarme. Vous y réfléchiriez à deux fois avant de les franchir.

    Voilà pour ceux qui s’apitoient sur le triste sort de ces détenus.

    Quant à moi, je suis né un 11 septembre 1966. Mon anniversaire ne sera plus jamais un événement heureux. Non pas à cause de l’insifignance de ce qu’il représente, mais en raison de la tragédie nationale qu’il symbolise désormais.

    Tous ceux qui dénigrent les mesures prises pour protéger notre nation et des « dérives anti-terroristes » seront sans doute les premiers à se plaindre s’il arrivait quelque chose à leurs proches ou à eux-mêmes. Ils se demanderont pourquoi rien n’a été fait pour leur éviter ces malheurs.

    Je n’ai pas peur ni honte d’en parler. Je suis américain, mon père a lutté pour mon pays et était prêt à mourir pour lui.

  2. Aux défenseurs des « libertés civiles » qui s’émeuvent du traitement réservé aux prisonniers de Guantanamo, certains faits méritent d’être mis en évidence :

    - où étaient-ils quand les Iraniens paradaient en exhibant les diplomates américains enchaînés et les yeux bandés devant les caméras des médias internationaux ?
    - où étaient-ils quand les civils Américains kidnappés étaient enchaînés comme des chiens dans des caves insalubres pendant des années à Beyrouth ?
    - où étaient-ils quand les membres du défunt régime taliban refusaient toute visite aux « missionnaires catholiques » qui encouraient la peine de mort ?
    - où étaient-ils quand trois milliers de civils périrent dans les flammes de kérosène des avions précipités sur les tours du World Trade Center ?
    - où étaient-ils quand les 246 Marines furent écrasés dans les ruines de leur QG à Beyrouth détruit par un camion piégé ?
    - où étaient-ils quand le Colonel Higgins a été pendu à un croc de Boucher ?
    - où étaient-ils quand l’ambassadeur Mulloy a été traîné hors de sa voiture diplomatique pour être froidement abattu et lâchement abandonné sur une plage isolée où il est mort ?

Droits civiques mon c...Avant de pousser des cris d’orfraie, demandez d’abord aux organisations terroristes, séparatistes, aux fanatiques religieux de signer des conventions et surtout de les respecter. C’est seulement à partir de ce moment qu’on pourra envisager de parler de droits civiques.

Albert Capino


Ça cache quelque chose ...
Lundi 11 mars : on apprend que le journaliste du « MONDE » Sylvain Cypel (oui « l’inventeur » des prétendus réseaux d’espions israéliens aux USA) envoie les flics perquisitionner chez le philosophe et universitaire israélien Camillo Baciu.

M. CYPEL se serait senti « menacé de mort ».

Je crois surtout que seule une menace de mort pouvait le sauver le pauvre CYPEL du pétrin dans lequel il s’est fourré. Une fois la manœuvre du « MONDE » démontée, il ne restait plus qu’à inventer une menace pour laisser entendre que « ça cache quelque chose ».

Il n’y a « pas de fumée sans feu » ma pauvre dame.

Ainsi, si je prétendais que Sylvain CYPEL est le fils d’un Monsieur CYPELOVICI, ayant décidé de refaire sa vie en Israël après avoir laissé femme et enfant à leur triste sort, ce serait de la calomnie. Si le petit Sylvain en aurait conçu une haine farouche à l’égard de son père et, par destination à l’égard d’Israël, aussi. S’il me menaçait de mort au cas où j’aurais l’idée de révéler ces « informations » cela deviendrait-il une histoire vraie ?

Calomniez braves gens, il en restera toujours quelque chose...

Albert Capino


Qui veut gagner des milliards ?
Qui a dit que le crime ne paie pas ?

L'Union européenne pourrait verser six milliards d'Euros aux Palestiniens.

Le Premier ministre italien, Sylvio Berlusconi a souligné que "les Européens ne peuvent rester indifférents aux images qu'ils voient chaque jour à la télévision".

On ne doit pas regarder les mêmes images ...

Moi je vois les civils israéliens réduits en charpie, les bébés assassinés et les Palestiniens danser et chanter pour célébrer ces meurtres.

Par ailleurs, le gouvernement italien a demandé aux industries militaires de suspendre leurs ventes d’armes à Israël. Le ministère de l’Intérieur italien a décrété qu’ « il était interdit d’exporter des armes dans des régions en conflit ».

Bien sûr : le Karine A est un caboteur et son capitaine un plaisancier ?


Je vous ai gardé le meilleur pour la fin :

La perle parmi les perles, un dépêche Reuters datée du 15 mars où les européens se donnent des satisfecits et, cerise sur le gâteau, voient en rêve les USA se rallier à leur politique pour porter l’estocade finale à Israël :


REUTERS 15/03/2002 18:09 BARCELONE

L'Union européenne, qui voit ses idées sur le Proche-Orient progressivement reprises par les Etats-Unis, apportera à Barcelone son soutien total au plan de paix saoudien dans l'espoir de créer un cycle vertueux.

On ne me l’avait pas encore fait le coup du cycle vertueux... Du grand journalisme on vous dit !!

Shabbat sanglant
En Israël, il est de tradition de se souhaiter "Shabbat Shalom" le vendredi soir.

Depuis des semaines, se succèdent des Shabbats sanglants et je souhaite m'associer au chagrin et au deuil des familles des victimes.

Je me demande quelle serait la réaction des médias s'il se produisait des assassinats de masse le dimanche à la sortie des églises ou encore le vendredi à celle des mosquées.

Quand il s'agit d'Israéliens, on ne hurle pas au scandale, on proteste à peine du bout des lèvres.

Les dépêches ne mentionnent que des "tireurs" impliqués dans ces actes ignobles, ou encore des "combattants".

Alors que Sharon se déclarait prêt à entamer des négociations, le Fatah et les brigades Al Aqsa perpétuent la violence en commettant coup sur coup trois attentas meurtriers, à Jérusalem et Netanya et Kissoufim, qui font en tout quatorze morts dont un bébé de 9 mois, plus de 110 blessés dont 14 dans un état grave.

De quelle "décision politique" Sharon pourrait-il faire preuve dans ces circonstances, sans donner une prime aux assassins, à part rendre coup pour coup ?

Dans le même temps, on apprend que le prince Abdallah a l'intention de retirer de son plan de paix l'article contenant le projet de normalisation avec Israël, ne gardant que les concessions que l'Etat hébreu doit faire selon lui.

L'Europe, quant à elle, veut forcer Israël à laisser Arafat se rendre au sommet arabe de Beyrouth.

Tout ceci est extrêmement malsain et tend à prouver, si cela était encore nécessaire, qu'Israël ne peut compter que sur lui-même en dehors de l'aide apportée par les Etats-Unis.

Israël peut prendre des initiatives de paix courageuses. Dans les circonstances actuelles, cela équivaudrait toutefois à des "accords d'Evian".

Si nous devons vivre aux côtés des Palestiniens, il faudra d'abord que ceux qui veulent notre perte aient plié le genou et prennent publiquement la l'engagement de renoncer définitivement à la violence, pour que nous puissions trouver une solution politique avec ceux qui souhaitent vraiment la normalisation.

Albert Capino

“Dans le piège du Figaro”
Ref : article d’Adrien Jaulmes dans votre édition du 9 mars, intitulé “dans le piège de Tsahal”

Dans votre article sous rubrique, vous faites référence aux "cinq colons tués dans une colonie israélienne d’Atzmona".

Ce que votre article ne précise pas, est qu’il s’agit de cinq jeunes de 18 ans, en plus des 23 blessés par un membre du Hamas qui s'est introduit dans une école talmudique. Il a massacré ces gosses à l'arme automatique et à la grenade.

Cela aurait évité que votre article soit déséquilibré et ressemble à un manifeste du Fatah.


Albert Capino

FR3 contre Reuters
8/03/2000 journal national sur FR3:

Je tenais à réagir très favorablement à la présentation du journal ce soir par Louis LAFORGE.

Dans cette actualité proche-orientale très difficile, beaucoup de sobriété et d'équilibre dans sa présentation.

Vous êtes le SEUL journal télévisé des médias français à avoir présenté ce soir les DEUX côtés, avec des reportages intelligents et lucides.

C'est suffisamment rare pour le souligner et je souhaitais saluer votre honnêteté journalistique, qui vous distingue avec panache de vos collègues borgnes ou aveugles (ou simplement partiaux?)

J'étais déjà fidèle, me voici à présent exclusif: je bloque mon sélecteur sur la 3 et balance ma télécommande.

BRAVO, CONTINUEZ!

--

A : Reuters France, par Fax 0142330050
De : Albert Capino
Ref : bulletin 09/03/2002 04:03 JERUSALEM

Dans votre bulletin sous rubrique, vous faites référence aux 2 victimes palestiniennes en précisant l'âge d'un enfant de 9 ans.

La moindre impartialité exigeait que vous précisiez dans la même dépêche que les "cinq israéliens tués dans une colonie juive" sont cinq jeunes de 18 ans, en plus des 23 blessés par un membre du Hamas qui s'est introduit dans une école talmudique. Il a massacré ces gosses à l'arme automatique et à la grenade.

Bonjour l'info, Reuters France !


Albert Capino

La voix d'un "juste"
A : M. Claude IMBERT

8 mars 2002 - LE POINT

J’ai été très favorablement impressionné par l’intervention de M. Claude IMBERT cet après-midi sur LCI.

Dans le concert assourdissant de condamnations en tous genres d’Israël et de sa politique, une voix s’élève pour décrire ce que vivent beaucoup d’israéliens au quotidien : l’appréhension extrême de prendre un bus, d’aller au restaurant, de sortir simplement sans savoir si, au détour d’une rue, ils ne vont pas y laisser la vie.

A un moindre degré, les difficultés économiques, individuelles comme celles des entreprises, la baisse dramatique du tourisme jadis florissant, constituent un ensemble de plus en plus difficile à vivre face à des « desperados » décrits presque unanimement dans les médias comme des « activistes », sinon comme des « résistants ».

M. IMBERT remet les éléments en perspective. Face à des attaques sauvages, à des actes de barbarie dont on aurait souhaité oublier jusqu’à l’existence, Israël résiste :

- contre les attentats
- contre la tentation de la politique du pire
- contre les attaques verbales venant de toutes parts
- contre les pacifistes prêts à tout abandonner et à tendre l’autre joue
- contre les va-t-en guerre
- contre sa droite à tendance dure
- contre sa gauche trop confiante
- contre le danger de se laisser aller à sa compassion naturelle pour les souffrances du peuple palestinien

Ça fait beaucoup pour un petit pays, entouré de populations « arabo-musulmanes », pour reprendre un terme très médiatisé en ce moment, qui sont 200 fois plus nombreuses sur une superficie 80 fois supérieure.

M. IMBERT m’a fait, pour un instant, me sentir moins seul.

Qu’il en soit ici remercié.

Pour "quelques ceintures explosives"
“Si les Palestiniens faisaient leur travail, nous n’aurions pas à intervenir”

Dans son article du “MONDE” d’aujourd’hui, daté du 9 mars, Gilles PARIS nous rend assez bien, dans un premier temps, l’atmosphère qui règne à Balata après l’intervention de Tsahal.

Il s’étonne de ce que le militaire responsable propose “le plus naturellement du monde” de prendre en charge la reconstruction de maisons détruites pendant l’opération. En particulier l’école.

Vous en connaissez beaucoup, vous, d’armées qui se proposent de reconstruire des dégâts dus à des opérations sous un feu nourri ?

Si le bilan de l’opération laisse M. PARIS “songeur”, il me paraît quant à moi tout à fait probant.

En effet, quand il parle de “sept roquettes, des armes” (sans préciser combien ni de quel type) et “quelques ceintures d’explosifs”, ces saisies justifient à elles seules l’opération.

Quand on sait qu’une seule ceinture d’explosifs a suffi à tuer ou blesser une centaine de personnes dans des attentats précédents, que les derniers assassinats en date ont été l’œuvre d’un seul tireur, on imagine aisément l’ampleur des catastrophes évitées.

Mais c’est autant de matière dont M. PARIS se retrouve privé pour brocarder la politique israélienne ...

Just say "NO"!
Arafat se plaint continuellement que les actions de l'armée israélienne l'empêchent de lutter efficacement contre le terrorisme.

Or, si Tsahal intervient c'est bien parce que Yasser Arafat n'entend rien faire et persiste à encourager les attentats.

Il n'a pourtant qu'un mot à dire: interpeller les mouvements armés palestiniens et ses propres troupes du Fatah afin de leur donner l’ordre de stopper les actions terroristes.

Ce n’est certainement ni Sharon, ni Tsahal qui l’en empêchent.

L’AFP remporte définitivement la palme de la désinformation.

Pour l’agence, “deux Palestiniens trouvent la mort en s’attaquant à des colons”

Dans une dépêche intitulée “Meurtrière offensive israélienne en Cisjordanie”, c’est en effet ainsi qu’elle décrit l’assassin qui a froidement tué4 jeunes de 18 ans et en a blessé 23 autres à Atzmona, à la grenade et à l’arme automatique.

Plus loin, elle rappelle l’attentat d’un kamikaze palestinien tué la veille par l'explosion de sa bombe (le second “trouve-la-mort”), qu'il a actionnée dans un complexe hôtelier à d'Ariel, sans faire la moindre mention aux victimes !!!

Au delà de leur partialité, l’absence totale d’humanité de l’AFP est hors normes.

Lien de la dépêche (merci aussi à Yahoo France):
http://fr.news.yahoo.com/020307/202/2i7zz.html
AC
NDLR de desinfos -Ce n'est même pas la peine de leur donner un "hit" de plus voici la copie d'écran :


Prétendu "espionnage" israélien aux USA
Messieurs,

Vous publiez dans votre édition de ce soir, datée du 8 mars, la réponse de Sylvain Cypel à la polémique qu’il a déclenchée.

Dans son article, M. CYPEL tente maladroitement de se justifier en citant ses sources (dépassées ou sujettes à controverse) et les démentis des autorités israéliennes et américaines.

Par ailleurs, il publie un commentaire intitulé “pas de fantasmes” dans lequel il nous explique que son article « n’accrédite en rien le fantasme antisémite qui attribue à Israël la paternité des attentats du 11 septembre. »
Il est bien évident que l’idée est inepte et malsaine. Nous n’avons pas besoin des lumières de M. CYPEL pour cela.

Il n’en reste pas moins que l’article initial de Sylvain CYPEL, que vous avez publié sur une pleine page dans votre édition du 6 mars, porte gravement atteinte à Israël et aux israéliens par les accusations qu’il contient.

En effet, la seule alternative que M. CYPEL présente dans son article est que les israéliens savaient et qu’ils n’ont rien dit, ou qu’ils n’ont pas donné les informations permettant d’éviter les attentats du 11 septembre.

Par ailleurs, il jette le discrédit sur Israël en laissant entendre que le supposé “réseau d’espionnage” se livrait en outre à de l’espionnage économique au détriment des Etats-Unis.

M. CYPEL s’empêtre dans des explications aussi alambiquées que pathétiques.

Il présente les démentis, tout en persistant à entretenir sournoisement un doute : « On ne peut exclure une coïncidence ».

Lorsque nous avons joint hier M. CYPEL téléphoniquement et lui avons demandé s’il avait pu vérifier les sources selon lesquelles il a publié un long article, à partir d’informations récupérées sur Internet, M. CYPEL nous a répondu laconiquement : « Quand j’ai une information, je la donne. »

Ceci nous conduit à nous poser la question de savoir ce qui a motivé Sylvain CYPEL pour qu’il reprenne à son compte, sans les vérifier et sans les recouper :
- un vieux reportage de la Fox datant de plus de trois mois, sur lequel des démentis ont été émis,
- les hypothèses du rédacteur d’un site Internet en s’abstenant d’utiliser les conditionnels d’usage ?

Puis, à l’aide de bribes hypothétiques avancées par chacune de ces sources, d’en faire un montage transformant l’expulsion d’étudiants travaillant sans visa adéquat en démantèlement d’un prétendu réseau d’espionnage israélien aux Etats-Unis ?

Devrions-nous en déduire que tous les étudiants inscrits dans les facultés françaises qui ne suivent pas régulièrement les cours et font des “petits boulots” sont des espions potentiels ?

Calomniez, il en restera toujours quelque chose ...

Tout ceci correspond plus à un journal à scandales prompt à diffuser des informations “sensationnelles”, même si elles sont fausses ou calomnieuses, pour augmenter le tirage plutôt qu’au sérieux et au professionnalisme que l’on est en droit d’attendre du “MONDE”.

Nous souhaitons vivement lire dans un très prochain numéro les explications claires, assorties d’un démenti sans ambiguïtés, de la direction de la publication ou de la rédaction, qui soient dignes d’un grand quotidien d’information.

Albert Capino
Cypel et Dasquié abusent "LE MONDE" ?
Votre collaborateur, Syvain Cypel, a repris à son compte les informations diffusées par Guillaume Dasquié sur le site "Intelligence OnLine" concernant un prétendu "réseau d'espionnage israélien" aux USA.

Or, le FBI dément formellement :


AFP 17h 30 le 5/03/2002
"Réseau d'espionnage israélien": le FBI dément

WASHINGTON, 5 mars (AFP) - La police fédérale (FBI) a affirmé mardi qu'aucun Israélien n'avait été accusé d'espionnage sur le territoire américain, dans le cadre d'une enquête sur le démantèlement d'un réseau d'agents israéliens.

Une revue spécialisée française, "Intelligence Online", avait révélé lundi qu'un réseau d'espions israéliens opérant aux Etats-Unis a été démantelé par le département américain de la Justice.

"Cette affaire de réseau d'espionnage israélien n'en est pas une. Aucun Israélien n'a été accusé d'espionnage par le FBI ou le département de la Justice sur ce sujet", a affirmé à l'AFP un porte-parole du FBI, Bill Carter.

Il a rappelé qu'un groupe d'étudiants israéliens "impliqués dans une activité dépassant le cadre de leur visa avaient été renvoyés des Etats-Unis pour ce motif" par les services américains de l'immigration dans le cadre de l'enquête lancée après les attentats du 11 septembre sur les personnes résidant illégalement aux Etats-Unis.

"Mais aucun de ces Israéliens n'a été mêlé à de l'espionnage", a insisté M. Carter.

--

Les directeurs de la publication et de la rédaction du “MONDE”, MM. COLOMBANI et PLENEL auraient-ils l’amabilité et la conscience professionnelle de s’informer sur Guillaume DASQUIE et “Intelligence OnLine”?

Ils auraient la surprise de constater que la recherche sur Guillaume Dasquié aboutit à L'EGE (Ecole de guerre économique), dirigée par le Général Jean-Pichot-Duclos, ancien Commandant de l'Ecole Interarmées du Renseignement.

Un compte-rendu publié sur le site de cette école fait apparaître, outre les positions anti-américaines de son auteur, les difficultés qu'ont les élèves à aborder l'agitprop (agitation propagandiste), la désinformation etc. lien : http://www.ege.eslsca.fr/fr/news/edito/012002.htm
Je cite : "l'agitprop est encore mal comprise. L'apprentissage est d'autant plus long que nous sortons du concept classique conspiratoire de la désinformation pour celui de la polémique par sources ouvertes.”

M. CYPEL aurait-il fait une confusion des genres entre l'exercice ....et la pratique?

Vue la gravité des faits, la Direction Editoriale du “MONDE” se doit de diligenter une enquête approfondie et de publier un démenti formel sur l’article de Sylvain Cypel, sur une pleine page avec un titre en “une”, s’il s’avérait être une pure intoxication.

Il en va de sa crédibilité.

Albert Capino

La dernière carte d'Arafat
Il a décidé de tenter le tout pour le tout.

En vieux routier de la terreur, Arafat sait que sa marge de manœuvre est désormais étroite. S’il échoue, il est fini.

Le 27 mars prochain, les Saoudiens ont l'intention de présenter "officiellement" leur "plan de paix" au monde, lors du sommet arabe de Beyrouth.

Plan qui ne prévoit :
- ni la reconnaissance de l'Etat d'Israël,
- ni l'arrêt des attaques terroristes de l'Intifada.

Il veut en outre :
- déposséder Israël de Jérusalem,
- démanteler toutes les implantations,
- exige le retour de tous les réfugiés palestiniens
- et l'évacuation de tous les territoires conquis en 1967.

Ouf, rien que ça ...

Les Egyptiens en rajoutent. Ce n'est pas un point de départ pour des négociations mais c’est à prendre ou à laisser.

Les Libyens ont déjà déclaré qu’ils le refuseraient, de même que les Syriens qui tentent d’en convaincre les Libanais.

Jospin n'est pas de reste aujourd'hui sur France-Info: "tout ceci est pour une grande part de la faute de Sharon" qui, selon tous les avis de ces grands décrypteurs de la pensée humaine, "ne veut pas la paix".

Alors, si on fermait la boîte à intox ce soir et qu'on réfléchissait un peu : à qui profite le crime ? A Israël, touché comme jamais dans sa chair ? A Sharon, cloué au pilori par les "leaders de l'opinion" ?
Ou à nos amis “arabo-musulmans” ?

Pour mieux faire "passer la pilule", il existe une entente tacite entre Abdallah et Arafat pour faire monter en puissance une violence inouïe jusqu’au somment de Beyrouth. L’un veut sauver ses fesses de l'agitation montante dans son royaume, l’autre ce qui lui reste “d’autorité” palestinienne.

Ce harcèlement multipolaire de la part des arabes et de leurs sympathisants devrait, selon eux, porter bientôt ses fruits.

L’apothéose ? Lorsque le monde arabe déclarera devant le reste du monde, ébahi et tétanisé, que c'est Sharon qui refuse la paix, la politique de la main tendue (avec une grenade dedans ?).

Selon cette brillante strtatégie: ou bien les israéliens, traumatisés par des attentats de plus en plus sanglants virent eux-mêmes Sharon et décident de se suicider, ou bien ils perdent toute retenue et leur rentrent vraiment dans le lard ce qui, toujours selon eux, attirerait l'opprobre de l'opinion internationale, ou bien enfin ils rendent tous les territoires, Jérusalem, accueillent 3,5 millions de Palestiniens en Israël et c’est la mort lente.

Cerise sur le gâteau: les israéliens auraient pu éviter les attentats du 11 septembre et ils n’ont rien fait !!
Ouais, un peu comme Sharon avec Sabra et Chatila quoi : c’est Al Qaïda qui a pris des otages pour les précipiter sur d’autres civils innocents et c’est la faute de qui ??? Gagné !

C’est le quotidien "Le Monde", qui a obtenu ce “document secret" selon l'ineffable Sylvain Cypel, qui met en cause un "réseau d'espionnage israélien" sur le sol des Etats Unis.

Les “espions” auraient séjourné en Floride : oui, à l’endroit même où les kamikazes d’Al Qaïda se sont entraînés !!

Selon ce journaliste "d'investigation", il n'y a qu'une alternative: soit les Israéliens savaient pour les attentats du 11 septembre et ils n'ont rien dit, soit c'est une bande de nuls qui n'a même pas été capable de voir venir.

C'est vrai, quoi: le Quai d'Orsay avait à la fois vu venir et prévenu. Meuh noooon ça n'a pas été publié. Secret-défense!!!

J’ai atteint le seuil de saturation à entendre la machine à débiter des conneries et vous savez quoi ?

Je préfère toute l'opprobre du monde si elle peut sauver une vie.

Je n’ai pas de haine contre les Palestiniens mais j'en ai marre de voir des enfants massacrés, des vieillards explosés, des restaurants mitraillés, des jeunes filles mutilées, des gosses en uniforme fauchés dans la fleur de l’âge.

A mes yeux, ceux qui trouvent des excuses à des actes ignobles ne valent pas mieux que ceux qui les commettent.

En Israël aujourd’hui, un fait aussi anodin que de prendre le bus, se promener tranquillement ou aller au restaurant est devenu un risque mortel.

Pour l'AFP, Reuters, Associated Press, Le Monde, Yahoo, France Télévision, France-Info et j'en passe, c'est une provocation.

Et nous ne devrions pas ressentir de provocation dans leurs propos quand ils qualifient de “combattant”un monstre capable d'ajuster des civils innocents dans la lunette de son fusil et d’appuyer sur la gâchette quand il y voit un nourrisson ?

C'est faire insulte à toutes les valeurs humaines que de le qualifier de “résistant” et encore plus obscène de glorifier sa “cause”.

Aucune cause au monde ne vaut cela.

Peu m'importe qu'ils soient du Fatah, de la brigade Al-Aqsa, du Djihad, du Hamas ou encore du Hezbollah. Je ne fais pas de différence. Ces "héros", encensés par Marwan Barghouti sont de la pire engeance que la terre ait jamais eu la honte de porter.

Des bêtes féroces tuent pour se nourrir. Eux le font par plaisir.

Un mélange de barbarie et de bêtise, alliée à la pire lâcheté.

Le peuple juif a été persécuté, chassé, poursuivi, disséminé mais jamais anéanti.

Après l’holocauste, les survivants se sont juré “plus jamais cela” et il faut bien y faire référence car, si Israël a été créé par la Communauté Internationale, c’est bien pour éviter que cela ne se reproduise.

Cette même Communauté Internationale qui a décidé du partage de la terre entre Juifs et Palestiniens et qui par son changement d’attitude, sa majorité automatique à l’ONU, son parti-pris manifesté à Durban et ses condamnations intempestives d’Israël n’assume pas ses responsabilités et vend son âme pour quelques barils de plus.

Nous n'avons pourtant jamais agi envers nos ennemis comme le font les Palestiniens.

Nous avons fait des démonstrations de force et il y a eu parfois des victimes innocentes, mais JAMAIS avec la volonté délibérée de tuer.

Qu'on me cite UN SEUL attentat palestinien exempt d’une quelconque volonté de tuer ?

Et c'est sur nous que se pointe un doigt accusateur ?

Arafat est sur le fil du rasoir et joue sa dernière carte. Si sa stratégie du chaos échoue, ses petits copains ne lui pardonneront pas et son rictus habituel pourrait bien se figer sur son visage.

C’est tout le mal que je nous souhaite. Peut-être aurons nous enfin un véritable interlocuteur ?

En attendant, Israël se prépare au pire. Et ce n’est pas de gaieté de cœur. “Si vis pacem, para bellum” : si tu veux la paix, prépare la guerre*.

Jamais depuis la Shoah, une citation n’a été aussi appropriée et en même temps aussi douloureuse.

Albert Capino

*Locution signifiant que, pour éviter d'être attaqué, le meilleur moyen est de se mettre en état de se défendre. [Végèce (Instit. rei. milit., III, Prol.)]

Question de perspective
Selon l'angle sous lequel vous le regardez, un véhicule s’éloigne ou se rapproche à vive allure.

Angle de vue israélien, selon le communiqué officiel des forces de défense de l'armée d'Israël:

4 mars 2002 15:00 (heure de Paris)

During the activity of IDF forces in the Jenin refugee camp, a Palestinian Red Crescent ambulance charged an IDF force.
The force openned small arms fire at the ambulance, which exploded.
The IDF Spokesperson notes that the IDF has no intention to harm the innocent, and that the initial investigation into the incident found that the soldiers acted out of self-defense, after the ambulance charged towards them at a high speed from an area in which there were exchanges of fire.


Durant l'activité des forces de défense de l'armée d'Israël dans de camp de réfugiés de Djénine, une ambulance du Croissant Rouge Palestinien a chargé les forces de défense.
Celles-ci ont ouvert le feu à armes légères sur l'ambulance, qui a explosé.
Le porte parole de Tsahal note que l'armée n'a aucune intention de nuire à des innocents et que l'enquête initiale sur l'incident a révélé que les soldats ont agi en légitime défense, après que l'ambulance se soit dirigée vers eux à grande vitesse en provenance d’une zone où avait lieu des échanges de feu.


Angle de vue Reuters, une demi-heure avant le communiqué officiel israélien qu’il ne prend donc pas en compte:

lundi 4 mars 2002, 14h30 (heure de Paris)


Proche-Orient via Yahoo France
Tsahal tire sur une ambulance palestinienne, un mort

DJENINE, Cisjordanie (Reuters) - 4 mars (Reuters) - L'armée israélienne a ouvert le feu sur une ambulance palestinienne près de camp de réfugiés de Djénine, en Cisjordanie, tuant un médecin et blessant trois étudiants en médecine, selon des responsables des services de secours palestiniens.


Les soldats ont tiré à armes légères sur le véhicule, qui s'éloignait d'eux à vive allure, dit-on de sources militaires israéliennes, en précisant que deux militaires ont été blessés dans l'explosion de l'ambulance.

La victime palestinienne est le Dr Khalil Souleiman, directeur des services de secours de Djénine.

---

La simple observation des faits laisse apparaître que l’ambulance se dirigeait à vive allure vers les soldats israéliens et s’éloignait des palestiniens.

Entre le décalage horaire de la dépêche Reuters (30 minutes avant le communiqué officiel israélien) et l’angle de vue d’où est décrit l’incident, Reuters et Yahoo France affichent clairement leur partialité et leur manque de professionnalisme.

Je souhaite également mentionner les photos publiées par Yahoo France où Israël y figure presque en totalité comme agresseur. Elles font partie d’une stratégie de sape où l’action défensive de l’armée y est décrite comme offensive, à l’aide de la même méthode utilisée dans le cas de l’ambulance. Ils inversent l’action et la réaction, l’angle de vue et la chronologie.

Par ailleurs, le site Yahoo France consacre régulièrement les 9/10 de sa rubrique “galerie de photos Proche Orient” aux victimes palestiniennes et à la glorification des “martyrs”

Dois-je rappeler que l’armée de défense d’Israël intervient en réponse aux attentats sanglants dont sont victimes les civils israéliens (dont de nombreux enfants) ?

La façon de Reuters et Yahoo France d’orienter l’information, de la diffuser de manière tronquée, inexacte ou encore incomplète décrédibilise totalement ces médias qui participent activement à la désinformation de l’opinion.

C'est la fête dans les villages, dans les camps palestiniens.

On danse, on chante, on distribue des bonbons, des douceurs.

Qu'est-ce qu'on célèbre de façon si joyeuse ? Un mariage ? Une naissance ? La paix avec les Israéliens ?

Non. Rien de tout cela.

On a "tué du juif" à Meah Sharim ce samedi.

9 morts, dont une petite fille d'un an, 57 blessés à la sortie d'une synagogue. Dix des blessés sont dans un état grave, quatre dans un état désespéré.

Des images reviennent me hanter: la cavalerie cosaque déferlant sur les "stetels" semant la terreur et la désolation;

Les bataillons SA à la tête des pogroms dans les quartiers juifs de Vienne et de Berlin.

Dans le même temps, les représentants de ce qu'il est convenu d'appeler la "communauté internationale" condamnent Israël, ses "incursions" et lui dénie le droit de se défendre en allant chercher les commanditaires de ces crimes là où ils se cachent et où l'armée israélienne a découvert un arsenal considérable d'armes de contrebande de toutes sortes.

Lorsque l'armée israélienne boucle les territoires, à la recherche de terroristes ayant perpétré des attentats meurtriers elle pratique, selon Arafat, un "terrorisme d'état".

Il est vrai qu'il s'y connaît en terrorisme, Arafat. Docteur horroris causa de toutes les universités où l'on enseigne la terreur, doyen du genre et "inventeur" du détournement d'avions.

Lorsque Azmi Bishara, député arabe israélien, est poursuivi pour s'être joint au Hezbollah en Syrie et appeler les arabes israéliens à se soulever, c'est un "procès politique" qui lui est intenté.

Il n'est pas étonnant de le voir utiliser cette qualification, quand il déclare par ailleurs que "Toutes les cultures modernes ont connu des organisations idéologiques et des mouvements religieux qui ont appelé à tuer des civils pour des objectifs politiques".

Ce qui me blesse déjà plus, c'est le manque de recul des journalistes de tout bord qui reprennent ces affirmations et de les matraquent dans les médias sans discernement.

Car enfin c'est bien d'un état de guerre dont il s'agit. Pas de séparatisme et encore moins de résistance. Ce n'est pas non plus une guerre conventionnelle: celle où l'on a en face de soi un ennemi identifié.

Ici, on a affaire à des individus qui pratiquent le terrorisme contre les populations civiles comme doctrine de leur "combat politique" et qui se fondent après leurs forfaits dans leur population, dans leurs villages ou leurs camps, qu'ils prennent en otage pour éviter les poursuites en vue de leur arrestation et jeter le blâme sur les poursuivants s'il y avait de la casse parmi leurs "boucliers humains".

Des poseurs de bombes kamikazes se sont introduits dans des ambulances et l'on s'étonne dans le même temps qu'elles soient fouillées aux points de passage.

Plus que de critiquer l'action de l'armée israélienne, il faut se pencher sur les méthodes condamnables de ceux-là mêmes qui utilisent les leurs comme boucliers humains, encouragés par un raïs devenu fou qui s'est persuadé que le chaos lui sera, à terme, profitable.

L'entêtement de ceux qui le soutiennent envers et contre tous est tout aussi condamnable.

Toutefois, malgré tous ces morts, malgré toute la souffrance morale qu'on nous inflige par les condamnations obscènes dont nous sommes l'objet alors que des civils innocents se font massacrer, je veux croire à la paix.

Non pas d'une manière naïve ou béate. Je ne suis pas de ceux qui croient à l'arrivée du Messie. Mais je suis persuadé que c'est l'unique solution pour que vive le peuple d'Israël sur la terre de ses ancêtres.

Nous ne sommes pas un peuple belliqueux. Nous avons appris à nous battre, mais notre culture, notre vécu, nos racines, nos gènes nous ramènent inlassablement vers une recherche de la paix.

Plutôt que de voir ce qui nous sépare des Palestiniens, la plupart des Israéliens cherchent ce qui les en rapproche.

Mais pour le voir, il nous faut tout d'abord nous débarrasser de cette chape de haine et de violence et de ceux qui l'alimentent et masquent les points de convergence qui peuvent exister, je devrais dire coexister.

A l'heure où j'écris ces lignes, de nouveaux assassinats ont été perpétrés contre des israéliens: soldats et civils. Si je parle d'assassinat, c'est en fonction du caractère prémédité, systématique et aveugle utilisés par ses auteurs. Ils ont ouvert le feu, à distance depuis des hauteurs, simultanément sur un barrage et des voitures de civils avec pour seul but de tuer un maximum de personnes, indistinctement.

Bilan: 8 morts (6 soldats et 2 civils) et dix blessés. Les auteurs se sont enfuis.

Dans les dernières 24 heures, une quarantaine de tentatives d'attentats ont été déjoués ou n'ont pas abouti.

Ce n'est pas tant la réaction défensive de Tsahal que l'action meurtrière et irresponsable de l'Autorité Palestinienne qu'il incombe à la "communauté internationale" de blâmer, et surtout de stopper.

Et ce n'est pas l'écran de fumée saoudien ou la méthode coué de Védrine qui y changeront quoi que ce soit.

Albert Capino

Le piège saoudien
Bien qu'étant sans illusions j'ai voulu, pendant quelques jours, observer l'évolution des propositions du prince Abdallah.

Je crains que mes réticences ne se soient révélées fondées, à savoir ce que la "Nation Arabe" pour reprendre les termes employés par le prince, tente d'obtenir par la ruse, le chantage ou la duplicité ce qu'elle ne peut obtenir par la force.

En réalité il ne s'agit pas à proprement parler d'une proposition de paix.

Tout juste des exigences unilatérales, visant à mettre Israël dans l'embarras aux yeux du monde en cas de refus.

En effet, "l'initiative" saoudienne est assortie de demandes préalables :

1°) Evacuation sans conditions de tous les territoires conquis en 1967 2°) Passage de Jérusalem-Est sous la souveraineté arabe

Est-ce à dire que sur la simple proposition d'un prince arabe, Israël doive renoncer à se défendre, se retirer immédiatement et sans conditions de tous les territoires conquis pour sa survie au prix de nombreuses vies et se comporter en élève docile et soumis du prince dont les propositions deviennent des "paroles d'évangile" ?

"Maintenant le monde est sûr que les Arabes appellent à la paix, pour des bonnes relations amicales." a ajouté Fawzi Shobokshi, ambassadeur d'Arabie Saoudite à l'ONU.

En l'état, le "projet" ne donne pas de place suffisante à la fin de la situation de guerre sur le terrain: il ne mentionne pas la cessation de l'Intifada et des attentats qui l'accompagnent quotidiennement, pas plus qu'il ne reconnaît l'Etat d'Israël.

Les réactions commencent à se faire jour. En effet, les paroles du prince n'ont pas fait cesser comme par magie les attentats perpétrés en Israël par des Palestiniens. Le dernier en date a provoqué,hier, une riposte de Tsahal.

- Selon Reuters, "Alors que la communauté internationale plaçait ses espoirs dans les propositions de paix saoudiennes, l'affrontement palestino-israélien a pris ces dernières 24 heures une tournure dangereuse"

- Le secrétaire général de l'ONU Kofi ANAN quant à lui, a " réclamé le retrait immédiat des soldats israéliens de camps de réfugiés palestiniens ".

Pour ceux qui auraient encore la naïveté de croire à la sincérité des propositions saoudiennes, je ne citerai que les quelques déclarations glanées çà et là ces derniers jours :

1°) violente diatribe de l'ambassadeur d'Arabie Saoudite auprès des Nations-unies au cours du débat sur le Proche-Orient en cours devant le Conseil de sécurité. Après avoir demandé la parole, il a déclaré que la "terreur israélienne" et "l'occupation" étaient les causes de la violence palestinienne et que "la politique menée par Israël envers les Palestiniens constituait l'une des formes de comportement raciste les plus répugnants de l'histoire de l'humanité".

Paroles pour le moins agressives dans la bouche du représentant d'une "initiative de paix".

2°) vis à vis des dirigeants israéliens qui ont manifesté leur volonté d'ouverture en déclarant vouloir "en apprendre davantage" et rencontrer le prince Abdallah, l'entourage du prince a laissé entendre que l'acceptation des conditions saoudiennes devait précéder toute visite.

Ce n'est pas sérieux. L'Arabie Saoudite cherche, par cette "initiative spectaculaire" à modifier l'image du monde arabe dans les esprits depuis les événements du 11 septembre. Par ailleurs, le prince Abdallah envoie un message aux américains pour qui la pérennité de l'utilisation de leurs bases sur le sol Saoudien est d'une grande importance stratégique. Dans le même temps, il tente de juguler une opposition interne fondamentaliste qui se fait plus pressante en prenant la défense des Palestiniens.

La France, qui ne veut pas être en reste, s'engouffre dans la brèche pour tenter de "reprendre la main" au sein de la communauté européenne et, dans le même geste, de satisfaire l'Arabie Saoudite qui est l'un de ses principaux bailleurs de fonds.

Ce n'est pas plus sérieux. L'Angleterre et l'Allemagne par la voix de Jack Straw et Joschka Fischer ont tous deux insisté sur la nécessité d'un arrêt du terrorisme pour envisager des pourparlers. Ils n'ont pas ménagé leur peine en se rendant dans les pays intéressés, pour analyser sur place toutes les causes du conflit.

L'Arabie Saoudite n'y fait pas mention, pas plus que la France, qui se contente d'émettre des communiqués lapidaires depuis le quai d'Orsay, guidé par des intérêts économiques à court terme, en vue d'un "choc psychologique" pour citer Hubert Védrine.

Cela rappelle tristement l'utilisation d’électrochocs au siècle dernier par la psychiatrie, alors incapable de répondre par des remèdes adéquats pour soigner efficacement une situation de folie.

Des progrès ont été accomplis, M. Védrine. On dispose aujourd'hui de moyens pour analyser et soigner les causes tout en préservant la vie du patient. Encore faut-il pour cela avoir un bon diagnostic et appliquer les bons remèdes.

"L'initiative saoudienne" et les "propositions" du Quai d'Orsay, ne font usage ni de l'un, ni des autres.

Un peu de bonheur dans un monde de brutes
26 février 2002
Dans l'actualité terrible qui nous déchire quotidiennement, il y a parfois des événements heureux, qui symbolisent à eux seuls la flamme vacillante d'un espoir de paix au fond du tunnel dont nous ne distinguons pas encore la sortie.

Un bébé de 10 mois abandonné sur un tas d'ordures a été sauvé par des médecins palestiniens, soigné par des infirmières chrétiennes et opéré du cœur par un chirurgien israélien.

La petite fille, qui a été symboliquement nommée "Salaam" a été découverte à Ramallah après le regain récent de violences.

Elle a été transportée dans un abri géré par des médecins palestiniens à Tulkarem et c'est un groupe d'infirmières de Betléhem qui l'ont ensuite recueillie.

Les médecins palestiniens ont remarqué qu'elle devenait cyanosée et ont décidé de l'emmener rapidement à l’hôpital à Jérusalem.

Le chirurgien Eli Milgarter a effectué une opération cardiaque et l’hôpital a pris en charge tous les coûts (12.000 Euros).

"Elle n'avait que la peau et les os quand elle est arrivée" déclare le Dr.Milgalter qui ajoute que Salaam est maintenant complètement rétablie.

La petite Salaam, malgré le regain de violence et le fossé des différences,a pu être sauvée par le concours de Palestiniens, de Chrétiens et d'Israéliens.

"Elle n'aurait pas survécu sans cela. Chacun y a mis du sien. Cela montre qu'il y a des bonnes gens des deux côtés, mais qu'ils ne représentent hélas plus une majorité".

La photo de Salaam peut être vue sur le lien :

http://photos.groups.yahoo.com/group/reponses-israel/vwp?.dir=/&.src=gr&.dnm=peacebaby410x388AP.jpg&.view=t&.done=http%3a//photos.groups.yahoo.com/group
/reponses-israel/lst%3f%26.dir=/%26.src=gr%26.view=t


Elle est à présent sortie de l'hôpital Hadassa de Jérusalem, après avoir récupéré de sa condition critique.

Albert Capino, portions © Ananova et Reponses_Israel lundi 25 février 2002.

Allons enfants ...
26 février 2002
On nous signale des heurts très violents dans les quartiers de Madeleine et Nétreville à Evreux, dans l'Eure.

Apparemment, les policiers ont arrêté un homme de 27 ans pour possession de stupéfiants.

Placé en garde à vue le vendredi 22 février au soir, il s'est plaint dans la nuit de douleurs abdominales et a été transféré dans un état sérieux à l'hôpital d'Evreux, puis Charles Nicolle à Rouen où il est décédé.

En l'état actuel de l'enquête, on pense que des sachets de drogue qu'il aurait avalé pour les transporter se seraient rompus dans son estomac pendant sa garde à vue et causé sa mort.

Comme ils en ont pris l'habitude à chaque fois qu'un décès survient suite à une intervention policière, une centaine de jeunes ont détérioré et mis le feu à une cinquantaine de véhicules et brisé des vitrines. Ils agissaient en petits groupes, mobiles et bien organisés. Aucune arrestation n'a été faite.

Craignant pour leur vie, les policiers du commissariat ont fait appel aux gardes mobiles qui ont réussi à restaurer le calme après plusieurs heures.

Je souhaite interpeller M. Le Ministre de l'Intérieur et M. Le Premier Ministre:

Vous rendez-vous compte, Messieurs, que des policiers risquent leur vie quotidiennement dans des enquêtes difficiles ?

Que lorsqu'ils osent arrêter des voleurs de voitures ou des trafiquants de drogue notoires qui ont le malheur de mourir en fonçant sur des barrages ou en ingérant des stupéfiants, ils subissent la vindicte de bandes organisées qui s'en prennent indistinctement aux forces de l’ordre et aux biens (pour l'instant) sur la voie publique ?

Ne faites-vous pas un lien de cause à effet entre la caution qui est donnée par notre gouvernement au "soulèvement" palestinien et aux désordres qui suivent les arrestations dans nos banlieues ?

Ne pensez-vous pas que des paroles telles que celles de M. Védrine diffuse sur nos ondes quand il déclare "Il n'y a pas forcément à être choqué que de jeunes Français issus de l'immigration éprouvent de la compassion pour les Palestiniens, et soient dans tous leurs états en voyant ce qu'il se passe." sont interprétés comme des encouragements à de tels comportements ?

Enfin, le fait de ne procéder à aucune arrestation ne confirme-t-il pas la parfaite impunité pour ceux qui s'adonnent à la "violence comme mode d'expression" pour reprendre, une fois de plus, les paroles de M. Védrine ?

Vous êtes proches d'avoir atteint les limites de votre politique. En soufflant sur les braises d’un feu qui paraît lointain, vous nous préparez des retours de flamme bien plus "de proximité", pour utiliser votre jargon.

La première mesure pour désamorcer ces flambées là, bien présentes près de chez nous, est que vous cessiez d'encourager des actes qui ont trait à la résistance autant que de Gaulle au Fatah (qui s'identifie à son action sans aucune vergogne).

C'est une mesure de prévention à appliquer d'urgence avant que les citoyens de notre pays se retrouvent dans une situation intenable.

Si je parle de mes concitoyens, c'est parce que je considère que vous avez des moyens de protection que le vulgus pecum n'a pas.

La dernière fois que j'ai dû faire face à des jets de pierre, c'était sur les berges de la Seine, où je passais en voiture. Des manifestants avaient investi le pont Alexandre III et lançaient des pavés sur tout ce qui bouge.

C'étaient des agriculteurs. Oui, ceux-là mêmes que vous allez courtiser au salon de l'agriculture ces jours-ci.

Alors que je décidais de sortir en empruntant la rampe d'accès pour me diriger vers la place de la Concorde, je fus stoppé par les blindés qui entouraient l'Elysée.

"Les chars contre les fourches autour du palais de l'Elysée". Belle image pour l'AFP qui pourtant n'en a pas pipé mot.

Il est vrai que nous avons une culture et un passé révolutionnaires en France. On a l'habitude.

Peut-être devriez-vous remettre une phrase célèbre au goût du jour pour votre campagne électorale : "Ils veulent du pain ? Donnez-leur de la brioche"*.

Albert Capino

* © Marie-Antoinette

La semaine iranienne
22 février 2002
Vous ne saviez pas ?

L'Iran est tellement jaloux de son modèle démocratique qu'il a décidé de le garder enfermé à triple tour.

Eh oui !

Akbar Ganji, journaliste, écrivain, chantre de du mouvement réformiste est parmi les 19 intellectuels poursuivis après la tenue d'une conférence à la fondation Heinrich Böll à Berlin.

Ganji a été arrêté le 21 avril 2000 et accusé notamment de "déclarations insultantes à l'encontre de la religion et de ses représentants, menaces contre la sécurité nationale et propagande hostile au système islamique ".

Rien que ça ...

Les Dieux sur terre que sont les mollahs ont, dans un premier temps condamné Ganji à 10 ans de prison et cinq ans d'exil.

Le 15 mai 2001, la cour d'appel commue sa peine en six mois de prison ferme.

Mais de nouvelles charges sont retenues contre lui. On exhume de vieux articles qu'il a écrits avant avril 2000 pour lesquels une peine d'isolement de 31 jours lui est appliquée.

Quarantaine, interdiction de téléphoner, de voir un avocat et autres traitements de faveur lui sont réservés.

Peu avant la fin de ses six mois de peine, en juillet 2001, le régime de Téhéran rejuge le cas de Ganji. Il annule la décision de la cour d'appel et condamne Ganji à 6 ans de prison. Ferme.

Quand on vous dit qu'on a affaire à de vrais libéraux!

Sont pas près de la lâcher la démocratie ...

Albert Capino, portions © PenCanada writers in prison comitee

--

Maintenant que je vous ai mis en appétit pour visiter ce délicieux pays, peut-être aurez vous envie d'y aller ou d'envoyer vos enfants y passer leurs prochaines vacances.

Richard Z. Chesnoff, du New York Daily News, vous a déniché un village avec ateliers d'activités.

Ne bronzez plus idiot, on va vous apprendre à utiliser des SAM-7.

Si vous habitez près de Roissy et que vous en avez marre du bruit des réacteurs, les "dignitaires religieux" iraniens sponsorisent un cours où vous apprend à vous servirde missiles sol-air de dernière génération qu'on vous vend à prix "promo" !

Si, si Mme Michu. Finies les boules Quiès et les casques de chantier, vous avez à présent les moyens modernes que le Général de Brigade Ali Reza Tamizi peut mettre à votre disposition pour quelques modestes Euros.

Les ateliers sont répartis avec de sympathiques camarades: le Hezbollah et le Fatah d'Arafat, dans le camp de Jenata (vallée de la Bekaa au Liban.)

Bien entendu, une fois formés, vous êtes libre de choisir votre bannière et de ne pas limiter votre choix : tout engin volant devient une cible potentielle.

Comment ? L'Iran financerait le terrorisme ? Les détournements ? Le dézinguage d'avions de ligne ??

Quelle mauvaise foi ! C'est comme si on disait que le Club Med est un camp d'entraînement. Je vais en parler à Hubert, c'est O - DIEUX !!!

Ouais, bon, c'est vrai que 20 palestiniens dont 3 membres du Fatah participent au cours. Mais, c'est qu'ils n'ont pas tellement l'occasion d'aller en vacances alors, on leur offre quelques jours en centre aéré. Quel mal y a-t-il à ça ?

Et qu'on ne vienne pas nous fermer notre village de vacances sous de fallacieux prétextes ou sinon, on vous pète une plainte au conseil de sécurité!


Albert Capino, portions © 2002, New York Daily News.

Ne soyons pas notre propre ennemi
22 février 2002
J'ai lu attentivement le discours de Sharon (merci à Menahem/CJE pour la traduction française).

Aux esprits chagrins et critiques en tous genres, j'aimerais répondre que des signes encourageants commencent à poindre:

- les assassins de Rehavam Zeevi ont "miraculeusement" été retrouvés et arrêtés par l'Autorité Palestinienne;

- Arafat semble délaisser, une fois de plus, la torche pour la lance à incendie et appelle à un cessez le feu;

- Selon les informations d'Aroutz 7, l'intensification des attaques terrestres et aériennes décidée récemment par le gouvernement de l'Etat hébreu suscite une réelle inquiétude dans les sphères dirigeantes palestiniennes. Au cours de la première réunion de la commission supérieure de sécurité israélo-palestinienne depuis des semaines, Jibril Rajoub (celui-même qu'Arafat a menacé de son arme) et Mohamed Dahlan ont décidé de réduire la violence. Les Israéliens se sont engagés de leur côté à lever certaines restrictions vis à vis des Palestiniens si le nombre des incidents baissait.

Si Sharon ne prétend pas être l'Abbé Pierre, on peut toutefois lui reconnaître qu'il est l'homme de la situation, sans doute la plus difficile que l'Etat d'Israël ait jamais connue.

Pour que sa politique sécuritaire puisse faire place à des négociations sur le plan politique, il faut avant tout que soient constatés de réels progrès sur le terrain. Seul un arrêt des violences permettra d'entamer des pouparlers dans un climat propice et serein. Ce n'est pas en demandant gentiment aux kamikazes de raccrocher leur ceinture d'explosifs qu'on obtiendra ce résultat.

Il ne convient pas de "mettre la charrue avant les bœufs", en anticipant des élections dans les territoires ou en reprenant des discussions sur fond d'alternance d'attentats et d'obsèques.

Le temps n'est pas aux dissentions, certes démocratiques, mais qui fragilisent l'établissement d'un dialogue avec les Palestiniens et apporte de l'eau au moulin des plus extrémistes d'entre eux.

Entre une gauche qui serait prête à brader la paix en revenant aux frontières d'avant-67, une droite qui voudrait durcir le conflit et des religieux qui voudraient faire la loi, le pays tout entier doit se rassembler autour de son premier ministre, montrer sa cohésion et sa détermination face au danger venant de l'extérieur.

C'est seulement dans ces conditions et au prix de concessions douloureuses mais nécessaires, que pourra s'établir une paix juste et durable.

Courage Arik, la route est longue mais tu es sur la bonne voie.

Chiche ?
Hubert Védrine a réagi au discours de Sharon.

Il "ne voit pas ce que des zones-tampon apportent" et estime que "cela ne résoud rien".

De la même manière, on l'avait entendu réagir aux déclarations de Michael Melchior de manière véhémente, en qualifiant "d'odieux" le fait de pouvoir penser qu'il y avait en France des actions antisémites.

Je propose donc à Védrine une expérience qui, si elle est concluante, devrait sans aucun doute lui permettre de voir les choses sous un autre angle:

Hubert, tu laisses la Safrane blindée au garage. Tu donnes congé pour la journée à tes gardes du corps. Tu demandes à ton escorte habituelle d'accompagner Mme Hariri faire ses emplettes au Faubourg St Honoré et tu viens avec moi dans le RER.

Je te prête une étoile de David (le petit modèle, discret, non-ostentatoire) que tu te mets autour du cou et on prend la direction de la Courneuve avec une valise couverte d'auto-collants "Israël", "Shalom" et "I love Eilat".

Pendant tout le trajet, on soupire d'aise en lançant à la cantonnade "c'est bon de rentrer à la maison".

Après les 15 jours passés au service orthopédique de Garches, je suis certain que tu verras l'utilité d'une zone-tampon.

Ici, la différence représente 15 jours d'incapacité de travail. En Israël, ce sont des vies qui sont menacées quotidiennement.

Bon ça va Hubert. Rends-moi mon Maguen maintenant!


Au feu les pompiers !
21 février 2002

Dans ses déclarations à l'Associated Press Arafat fait, une fois de plus, office de "pompier incendiaire".

En effet, lorsqu'il déclare qu'il croit "possible la reprise de pourparlers avec Israël" à condition toutefois que la communauté internationale exerce de "fortes pressions pour obliger Ariel Sharon à revenir à la table des négociations", c'est la seule demande de pressions qu'il faut retenir de son discours.

Pour ceux qui ont la mémoire courte, dois-je rappeler qu'Arafat a unilatéralement décidé : - de rendre les accords de Camp David inapplicables par des exigences supplémentaires de dernière minute alors qu'un accord était sur le point d'être signé ? *

- de déclencher une seconde Intifada aussi inutile que sanglante alors qu'Ehud Barak était encore au pouvoir ? **

- d'encourager les attentats par ses appels au martyre et par la remise en liberté de terroristes identifiés ?

Lorsque Arafat déclare par ailleurs qu'il faut "revenir à ce qui a été décidé", il me rappelle l'un de mes interlocuteurs qui jadis revint sur sa parole donnée en me disant: "c'est MA parole, je te l'ai donnée, je peux la reprendre". Très commode ...

Arafat juge que le fait que la pression américaine s'exerce surtout sur lui ''n'est pas très important''. En d'autres termes, il s'en fout. Tant qu'il a une réserve de "shahyds" à envoyer au casse-pipe, il peut continuer à mener sa campagne d'attaques suicidaires, tout en "tendant la main" devant les médias occidentaux.

Le "candidat-unique-maréchal-docteur-président à vie" (et titulaire du prix Nobel de la paix, ne l'oublions pas) fait battre mon cœur de démocrate quand il nous dit : "Ne sommes-nous pas les premiers dans le monde arabe à avoir organisé des élections démocratiques sous contrôle international?" Organisé est bien le mot. Au fait, qui était le candidat de l'opposition ? Allô ?? Le cimetière ??

Dernière ficelle (ou corde ou poutre comme vous voudrez) utilisée par Arafat (© Beria et NKVD) : je calomnie pour cacher mes propres turpitudes. Ainsi, les Israéliens "bombardent les écoles, les hôpitaux avec des bombes utilisant de l'Uranium appauvri". Mais c'est la crédibilité d'Arafat qui est tellement appauvrie pour qu'il en vienne à utiliser des arguments pareils !

1 : l'armée d'Israël ne bombarde pas les objectifs civils 2 : les armes utilisées sont conventionnelles 3 : les bâtiments utilisés par les factions armées palestiniennes sont systématiquement évacués après leurs "coups de main" par peur de représailles.

Le nerf de la guerre (car il s'agit bien d'une guerre), c'est le renseignement. Nul n'est infaillible mais à chaque fois qu'elle avait un doute, Tsahal s'est abstenue.

Si des assassins - potentiels ou déclarés - choisissent de s'abriter dans une école ou un hôpital (préalablement évacué), cela signifie-t-il qu'ils doivent tout à coup bénéficier de l'immunité accordée à ces édifices ? ***

Il est important que ceux qui commettent des assassinats sachent qu'il n'y aura ni abri, ni rémission.

 

 

* statut de Jérusalem Est et droit de retour des réfugiés Palestiniens en Israël

** la visite de Sharon sur le mont du temple, dûment validée par les autorités religieuses musulmanes de Jérusalem, n'eut lieu que plusieurs mois après le déclenchement de la 2è Intifada. Elle fut montée en épingle par les médias et servit de prétexte pour passer à sa seconde phase.

*** A titre d'exemple, vous pouvez voir la dépêche Reuters, reprise et diffusée par Yahoo intitulée :"Yasser Arafat au milieu des débris à Ramallah", où il inspecte les dégâts causés dans une "pension" !!! http://fr.news.yahoo.com/020221/85/2hqif.html Ben oui. Ce que la dépêche ne dit pas, c'est que les pensionnaires étaient des Tanzim... Chez nous, on appelle ça une caserne.


22 février 2002
Daniel Pearl est mort. Il avait 38 ans.
Je souhaite rendre hommage à sa mémoire, m'incliner respectueusement devant la douleur de sa famille et de ses proches.

Ses ravisseurs ont signé un acte d'une bestialité barbare. C'est même faire insulte aux animaux dont l'instinct ne comporte pas de perversité aussi abominable.

Dans sa quête de la vérité sur les motivations des extrémistes islamiques, Daniel Pearl n'a pas seulement fait un périple dans l'espace. Il a accompli un voyage dans le temps qui l'a mené au Moyen-âge. Aux tréfonds d'un monde que l'on croyait depuis longtemps disparu et que l'on voit ressurgir à travers des actes d'une indicible cruauté.

Ils n'ont pas d'excuse, pas plus qu'il ne revendiquent une quelconque motivation, sinon celle de provoquer des traumatismes en infligeant de terribles souffrances.

Stériliser les médias, les empêcher de réagir sans entrer dans un discours manichéen est une des facettes du terrorisme islamiste. L’avertissement est clair :"n'allez pas trop loin ou voici ce qui vous attend".

C'est un chantage ignoble, dégradant pour l'Islam dont j'attends qu'il se désolidarise totalement de ce courant. Nous devons certes nous garder de faire un amalgame mais c'est avant tout aux musulmans eux-mêmes de dénoncer, de combattre et d'éradiquer cette déviance malsaine au sein des leurs.

L'Afghanistan, l'Algérie mais aussi l'Arabie Saoudite, l'Autorité Palestinienne, l'Egypte, l'Iran, l'Irak, la Jordanie, le Liban, la Libye, la Mauritanie, le Pakistan, la Somalie, le Soudan, la Syrie, le Yémen pour ne parler que des plus atteints, sont autant de pays déjà contaminés par cette gangrène, prête à exposer le monde entier à une poignée de fanatiques qui veulent détruire la civilisation.

Daniel Pearl symbolise l'innocence, la candeur et l'ouverture d'esprit que ses assassins ont voulu annihiler dans une mise en scène cauchemardesque.

A l'heure où des voix s'élèvent encore pour déceler la moindre parcelle humaine qui pourrait habiter l'esprit des assassins, je demande que l'on cesse de s'auto-flageller, de tendre l'autre joue, au nom d'une humanité qui n'existe pas chez les bourreaux.

Le "monde civilisé" mène un combat sans espoir, s'il n'est pas compris et partagé par les populations des pays qui produisent ces machines à tuer.

Je demande que l'on pense enfin aux victimes et à leurs familles, à l'avenir que l'on réserve à notre civilisation, à nos enfants, et au delà de toute récupération, qu'elle soit politique, religieuse, nationale ou de quelque nature que ce soit, j'en appelle en particulier à tous les musulmans qui veulent inscrire leur peuple dans un monde de progrès, pour combattre de toute leur âme, de toutes leurs forces cette hydre obscurantiste qui, sinon, finira également par les détruire.Ce mail a été adressé séparément aux agences de presse arabes et musulmanes:

webmaster@mena.org.eg

fallb@pana.pana.sn

indiapub@nda.vsnl.net.in

Pakistan@asuacad.bitnet

kkhoury@nna-leb.gov.lb

wass@spa.gov.sa

suna@sudanmail.net

sana@net.sy

ialabed@wam.org.ae

mail@jamahiriyanews.com

wafa15@palnet.com

rmrs@nna-leb.gov.lb

ami@mauritania.mr

map@map.co.ma

baam@pana.pana.sn

dpd@sb.nic.in

muslims@asuacad.bitnet

tdomloj@nna-leb.gov.lb

jamal@wam.org.ae

pns-l@psuvm.bitnet

Aux médias Américains et Anglais:

onlinejournal@wsj.com

newseditors@wsj.com

feedback@wsj.com

netaudr@abc.com

newsonline.complaints@bbc.co.uk

alw@cbsnews.com

60m@cbsnews.com

michael.moran@msnbc.com

info@cnbc.com

today@nbc.com

cnn.feedback@cnn.com

eason.jordan@turner.com

tom.johnson@turner.com

comments@foxnews.com

editors@interactive.wsj.com

ombudsman@washpost.com

op-ed@latimes.com

letters@newsweek.com

letters@time.com

editor@usatoday.com

letters@nytimes.com

letters@suntimes.com

insight@orlandosentinel.com

forum@nando.com

foreign@nytimes.com

Aux Nations Unies:

inquiries@un.org

webadmin.hchr@unog.ch

Aux médias Français:

actualite-admin@fr.yahoo-inc.com

plenel@lemonde.fr

colombani@lemonde.fr

gilles.schneider@rfi.fr

henri.perilhou@rfi.fr

michele.claveau@rtl.fr

redac@tf1.fr

info@ap.org

contact@afp.com

info@leparisien.presse.fr

redactions@bayard-presse.com

christophe.deroubaix@humanite.presse.fr

amalric@liberation.fr

contact@france2.fr

permanent@lci.fr

courrier@europe1.fr

grandjournal@lci.fr

dired@lexpress.fr

redaction@nouvelobs.com

franceeuropeexpress@france3.fr


La force du renoncement à la violence
20 février 2002
Dans son éditorial du 14 février 2002 Jean Daniel du Nouvel Observateur défend, avec le talent qu’on lui connaît et sans guillemets, la cause de la paix.

La cause est grande, le ton est juste.

Mais la solution pour y mener reste cruellement absente de son argumentation.

Comment en effet, concilier ce besoin de paix avec la situation sur le terrain ?

Comment faire abstraction des rappels historiques sur lesquels sont fondés l’existence même des nations dans la région ?

Comment mettre en balance le chaos provoqué par un tyran dans sa fuite en avant irresponsable et la retenue d’une armée dont le métier est de défendre sa population ?

L’Intifada 2 est la plus grande entreprise de déstabilisation orchestrée par la Direction Palestinienne. Elle cherche à rompre l’unité du peuple israélien dont une partie juge que l’armée n’en fait pas assez et à déstabiliser l’opinion publique mondiale dont une partie trouve qu’elle en fait trop.

Cette « sale guerre » d’usure ne pourra pas avoir de résultats bénéfiques. S’il espère provoquer un dilemme insupportable dans les classes dirigeantes pour qu’elles interviennent en faveur des Palestiniens, Arafat rend en fait toute solution concertée insurmontable.

Comment justifier un retrait israélien sans donner de prime au terrorisme ?

Comment établir les bases d’une paix sous le feu quotidien des attentats ?

Le suicide des kamikazes est non seulement criminel mais totalement inutile.

Il ne fait qu’exacerber la frustration de leur population et alimenter le décompte morbide des dépêches d’agences de presse. Tuer d’autres civils ou des enfants ne changera rien, bien au contraire. Leur mort ne fera qu’accroître la profondeur du fossé qui sépare les parties d’un dialogue constructif.

Si l’on veut parvenir à une solution concrète, au-delà des mots il faut des actes.

Le premier est un arrêt immédiat, inconditionnel et total des attentats.

Autant il n’est ni réaliste ni justifiable de demander à Israël de renoncer à sa capacité de défendre sa population, autant on doit presser la Direction Palestinienne d’imposer à toutes ses factions, sans exception, l’arrêt total des attentats. Lui seul peut permettre d’envisager une reprise de négociations pour permettre de déboucher sur une solution pacifique et équilibrée.

Je connais suffisamment la mentalité orientale pour savoir que, des deux côtés, on est prêts à faire d’importantes concessions, même si elles sont douloureuses. Certes pour l’avenir, qui est porteur d’espoir si on envisage un règlement, mais aussi pour le présent, trop chargé de sang et dont on voudrait pouvoir parler au passé.

Il faudrait non seulement du courage mais de l’intelligence aux leaders Palestiniens pour renoncer à la violence aveugle comme moyen de pression. Elle ne mène nulle part et ne fait que meurtrir encore plus les deux peuples.

Et puisqu’ils ont versé les premiers le sang innocent en déclenchant cette deuxième Intifada d'où l’espoir est absent, ils peuvent, et selon moi ils doivent, prendre l’initiative de la faire cesser sans plus attendre.

Il devra s’en suivre une période de calme pour permettre aux deux peuples d’accomplir leur travail de deuil avant de pouvoir envisager les étapes suivantes.

Car bien que la paix soit primordiale, sa recherche ne pourra s’effectuer qu’avec un esprit serein, dans un climat de confiance qui doit être restauré, pas à pas.

Or nous sommes au contraire en ce moment au somment d’une vague de violence inouïe, à laquelle ses supporters doivent renoncer tout de suite et sans réserves s’ils veulent un jour se donner les moyens de construire une société civile, porteuse d'espoir et de progrès pour leur peuple.

Le plus tôt sera le mieux, il y a urgence.

Albert Capino